AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Izzy - Not everyone gets the luxury of following their heart.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isabelle S. Lightwood


avatar

▲ Date d'inscription : 24/05/2017
▲ Messages : 12

MessageSujet: Izzy - Not everyone gets the luxury of following their heart.   Mer 24 Mai - 13:22


Isabelle Sophia Lightwood

I feel very proud of where I came from. I own it. I try to be the best version of me that I can be.


Nom : Lightwood
Prénom : Isabelle Sophia, mais elle ne le supporte pas du tout, alors appelez-la Izzy sinon elle aura l'impression d'entendre sa mère...
Âge : 23 ans
Métier : Danseuse ?
Situation familiale : Il y a bien quelqu'un de spécial dans son cœur.
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Particularités : Reine (diabolique) en cuisine et peut se battre en talons aiguilles.
Habitudes : Être positive pour rassurer autrui ○ Être coquette pour distraire ○ S'entraîner pour exceller
Groupe : Chasseur
Avatar : Emeraude Toubia

Anecdotes
Ø La mère d’Iz a toujours été bonne cuisinière, et déjà enfant, la jeune demoiselle désirait être comme elle. Elle l’a toujours regardé faire, espérant qu’elle lui apprenne, qu’elle lui enseigne, qu’elle partage ses connaissances avec elle. Mais ça n’a jamais été le cas. Sa mère a toujours tant attendu et exigé de son unique fille, sans jamais lui apporter le moindre soutien, sans jamais lui tendre la main, la regardant seulement à distance et surtout, de haut. Alors Izzy a cherché à apprendre seule, enchaînant les échecs, persévérant malgré tout, du moins, lorsqu’elle était enfant. Jusqu’à ce qu’elle lise la déception et la lassitude dans le regard de sa mère, lui brisant le cœur, laissant les fourneaux pour se focaliser sur son entraînement et ses études, décidée à exceller en tant que chasseuse à défaut d’être bonne cuisinière…

Ø Être une femme a ses avantages, mais aussi bon nombre d’inconvénients. Il faut savoir faire sa place, prouver ce que l’on est, ce que l’on peut faire, et Izzy l’a bien vite compris. Si elle voulait avoir une place dans cette famille, attirer un tant soit peu l’attention de sa mère, alors elle devrait tout donner pour prouver qu’elle était aussi apte qu’un homme. Voire plus. Alors elle n’a cessé de redoubler d’efforts, de repousser ses limites, se moquant de souffrir, tant qu’elle les dépassait, tant qu’elle arrivait à montrer qu’elle était forte, excellant en chasse et stratégie. Et elle y est parvenue, bien que le résultat tant espéré ne fût jamais réalisé.

Ø Lorsque la jeune fille sentait sa peine et ses peurs la happer elle filait se cacher des autres pour s’enfermer dans l’immense bibliothèque de la demeure familiale. Là, elle pouvait rêver en paix, laisser son imagination débordante la bercer et effacer au fil des pages des romans ses craintes et maux de cœur. Elle a sûrement dévoré plus d’une fois chacun des tomes présents sur ces étagères poussiéreuses, mais ne se lasse jamais de laisser ses doigts glisser sur les pages jaunis de ces œuvres.

Ø Son seul ami d’enfance, à cette époque qu’elle a le plus détesté et dont il lui reste le plus de cicatrices invisibles, ce temps où elle n’avait personne pour la soutenir. C’est alors qu’elle a rencontré ce chaton, abandonné et seul, lui aussi. En secret, voilà qu’elle s’est occupée de lui, les ronronnements et tendresses de la petite boule de poil parvenant à lui redonner le sourire. Elle l’a aimé, beaucoup, il comptait beaucoup à ses yeux. Mais Izzy a été bien naïve de penser qu’elle parviendrait à le cacher de tous… Car sa mère a fini par le trouver. Et ainsi les peines de la demoiselle sont revenues en force.

Ø Elle a toujours adoré les tulipes, se moquant amplement des rougeurs sur ses bras, des démangeaisons et surtout de ses yeux rougis et bouffis. Voilà qu’elle était allergique. Et elle n’avait cesse de se faire sermonner lorsqu’elle tentait d’en offrir à sa mère, cette-dernière s’emportant en voyant l’état pitoyable et ridicule de son enfant. Alors, au fil du temps, elle a cesse d’essayer, et elle s’est mise à détester ces vilaines fleurs…

Caractère

Isabelle est une jeune femme à la personnalité pimentée et plus complexe que l’on pourrait penser. Au premier abord, il est facile de deviner qu’Izzy est une personne compatissante, chaleureuse, douée d’un certain charme et ouverte à autrui. Mais il ne s’agit que d’une apparence que la jeune femme souhaite laisser paraître, laisser croire, gardant pour elle et ne dévoilant qu’à quelques rares personnes, qui elle est réellement. Une jeune femme bien plus torturée, complexée et préoccupée qu’il ne semble…
Lorsque l’on voit Izzy, l’on voit une jeune femme pétillante, joueuse, déterminée et sûre d’elle, une jeune femme qui a de la répartie, qui est fière de ses atouts et qui n’hésite pas à les utiliser pour charmer et quelque peu manipuler afin de parvenir à ses fins. Ouverte d’esprit, la jeune femme n’a pas de limites, une nature ne l’empêchera pas de flirter, bien au contraire, cela lui a été plus qu’utile dans ses chasses et ses recherches d’informations. Bien qu’elle fasse de son mieux pour ne jamais réellement s’attacher à quelqu’un, Izzy sait voir le bon en une personne, quel qu’il soit, elle ne sera jamais de ce type de personne jugeant aux premiers abords, selon l’apparence, sans chercher plus loin… Elle en a bien trop souffert pour cela.
Bien que souvent enfantine et dévergondée, Izzy est dotée d’une grande morale, peut-être l’une des plus matures de la famille Lightwood, intelligente, mais aussi bien éduquée, elle ne le montre pourtant que très rarement, aimant peut-être surprendre en se dévoilant un peu. Sous ses airs d’anges et sa beauté qui ne laisse pas les garçons indifférents, notre joli minois n’en reste pas moins une badass qui sait se défendre et botter le derrière de ceux se mettant sur sa route. Elle n’a jamais eu la langue dans sa poche, franche et direct, elle n’a pas peur de dire ce qu’elle pense ou de répliquer, seule sa mère savait lui rabattre le caquet, avec elle, jamais elle n’osait vraiment ouvrir la bouche, la seule personne au monde lui faisant vraiment peur… Ce n’est pas pour autant qu’Izzy était une enfant sage… Ne craignant en rien de briser les règles, certains diront qu’elle a un esprit rebelle, quelques rares devineront qu’elle le fait surtout pour attirer l’attention… Car oui, Izzy, derrière ses airs de femme assurée et déterminée est très loin de l’être. Souffrant depuis toujours d’un gros manque d’assurance en elle, complexée, que ce soit par ses formes, sa taille ou même sa manière d’être, elle a toujours craint d’être rejetée, moquée, regardée de travers... Le comportement d’autrui à son égard l’a beaucoup blessée, rencontrant de plus en plus de difficulté à faire confiance à qui que ce soit, préférant garder pour elle ses émotions. Il ne sera donc pas rare de la voir s’isoler pour se cacher lorsqu’elle se sent trop perturbée et mal, afin de pouvoir quitter son sourire habituel et continu pour laisser ses larmes et son air blessé s’emparer de ses traits. Voilà pourquoi Izzy joue une sorte de double-jeu, ne montrant jamais qui elle est réellement, ni ce qu’elle ressent pour ne dévoiler qu’une Izzy souriante, joviale, amusante et délurée.
Izzy est une personne de confiance, à l’écoute et fidèle. Pour elle, sa famille est son tout, elle y tient, elle les aime et a toujours voulu les rendre fiers. Très proche de son frère ou encore de son père, elle n’a malheureusement jamais su s’attirer les bonnes grâces de sa mère, son éternel conflit avec elle étant justement à l’origine de son mode de vie décalé et aspirant à plus de libertés. La plupart de ses complexes et de ses craintes sont d’ailleurs dues à cette relation chaotique qui liait la mère et la fille. Une relation tendue, froide, désagréable et effrayante, se détachant entièrement d’une relation parentale, Izzy cherchant continuellement l’approbation, la fierté de sa mère sans jamais l’avoir, ressentant presque de la jalousie en remarquant, au fil des années qu’elle n’était ainsi qu’avec elle...  Elle n’a jamais eu de lien très maternelle, le cherchant et le désirant plus que tout, se jurant de ne jamais être ainsi avec les autres, voilà pourquoi il est possible de trouver Izzy protectrice, compatissante et quelque peu maternelle avec ses proches, allant jusqu’à oublier ses propres désirs et besoins pour se préoccuper du bonheur de ceux qui lui importent.  

acidbrain




Derrière l'écran
Pseudo : Mon pseudo.
Prénom : Mon prénom.
Âge : Mon âge.
Pays : Mon pays.
Code du règlement : Mon auto-validation.
Inventé ou scénario : Scénario mais... Dixit la créatrice du scénario : "LICORNE TU SAIS QUE JE T'AIME MAIS TU TE DEMMERDE" Voilà, voilà.
Commentaires : No comment.
acidbrain


Dernière édition par Isabelle S. Lightwood le Ven 28 Juil - 20:19, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabelle S. Lightwood


avatar

▲ Date d'inscription : 24/05/2017
▲ Messages : 12

MessageSujet: Re: Izzy - Not everyone gets the luxury of following their heart.   Mer 24 Mai - 13:23


Histoire




D’aussi loin que puisse s’en souvenir la brunette, ses relations avec sa mère ont toujours été complexes et tendues. Pourquoi commencer son histoire de la sorte ? Cela est bien simple, parce que cette relation si particulière, qui liait les deux femmes, a construit l’histoire de notre chère protagoniste. Qu’elle le veuille ou non, sa mère a toujours eu une poigne de fer, un impact certain sur elle, ses choix, ses actes et parfois même ses pensées… Oui, Isabelle a toujours eu ce besoin de plaire à tous, mais surtout et avant tout à sa mère, peut-être parce que cela lui a semblé impossible dès qu’elle fut assez âgée et apte à se rendre compte des sentiments de ceux qui l’entouraient.
Son père l’aimait, elle le savait, elle le sentait, il le lui montrait, il le lui disait et elle n’en doutait pas. Elle était sa princesse, sa petite fille précieuse à la peau hâlée qu’il chérissait tant. Elle lui rendait cet amour incommensurable qui la faisait sourire et lui faisait produire ses sourires les plus radieux. N’omettant jamais de la féliciter et de la motiver à avancer lorsqu’elle rencontrait ses limites ou des échecs, des peurs ou des craintes, des espoirs semblant bien trop fébriles pour qu’elle les atteigne. Oui, il était là pour elle, il lui accordait une partie majeure de l’amour dont elle avait besoin et savait se montrer bon et indulgent à son égard. Le premier homme le plus important de sa vie, mais pas son seul héro.
Non, son autre héro ne pouvait être autre que son frère aîné, Alexander. Son véritable pilier en ce monde dur et sombre. Un autre qui savait lui accorder l’attention dont elle avait besoin. Son frère l’aimait aussi, elle n’en doutait point, il était là pour elle, il la protégeait, et même dans ses taquineries qu’il lui offrait déjà alors qu’ils étaient bien jeunes, elle savait qu’il était non seulement son frère, mais aussi son meilleur ami et confident. Qu’il le veuille ou non, du moins comme il semblait parfois le laisser paraître. Mais elle l’aimait pour cela, pour son amour parfois distant, parfois chaleureux, parfois bien présent. Elle l’aimait et le respectait comme personne d’autre pour son soutien et son aide, car sans lui, elle le savait, elle ne serait pas celle qu’elle est à ce jour.
Mais malgré tout cet amour et cette attention bien présente, ce n’était jamais assez… Ce n’était pas ce dont elle avait besoin. Sa mère a depuis toujours été une autre histoire… Distante dès la naissance, la regardant de haut avec des espérances bien plus hautes qu’elle ne semblait en avoir pour tout autre membre des Lightwood. Pourquoi ? Pour la simple raison qu’elle était non seulement son enfant, mais surtout sa fille. Et de par son genre, de par son statut de demoiselle, Isabelle était alors, dès la naissance, catégorisée comme jeune fille plus faible, plus niaise, plus distraite et bien moins douée de perspicacité. Et encore, la liste pourrait être bien plus longue, Isabelle ne manque pas de se remémorer cette liste que sa mère lui sortait à chaque contrariété, à chaque déception, et celles-ci étaient bien trop nombreuses au goût de la demoiselle en question… Mais malgré la froideur que lui accordait sa mère, Isabelle l’avait toujours idolâtrée, et ce même si cette femme froide et distante l’avait abandonnée alors qu’elle n’était qu’enfant. Ne prenant même pas la peine de soutenir sa petite d’à peine 5 ans alors qu’elle obtenait sa première rune, la fixant froidement à distance, lui imposant silencieusement de ne pas émettre le moindre gémissement et la couvrir de honte, regardant sa fille souffrir, les yeux emplis de larmes sans même ciller, sans même éprouver la moindre gêne ou douleur. La laissant seule, alors que sa fille faisait de son mieux, mordant sa langue à sang pour ne pas crier, pour ravaler ses larmes, pour ne pas pousser un soupir de soulagement à la fin, pour ne pas flancher alors qu’elle avait cherché un regard fier de sa mère à la fin alors que celle-ci avait déjà pris la main de son frère pour retourner à son entraînement. Izzy avait tant voulu libérer sa colère et sa peine à cet instant, elle aurait tant rêvé retenir sa mère et la confronter, mais elle n’avait rien fait, si ce n’est continuer de mettre cette femme sur un piédestal d’où jamais elle ne serait détrônée. Même après qu’elle ait fait ses choix d’armes, adoptant son fouet et sa dague, les lui montrant fièrement sans même parvenir à attiser son intérêt mais à nouveau sa déception. Encore et toujours… Il était difficile de connaître autre sentiment de la part de cette femme de caractère si forte, dure, mais sûre de ses faits et dires, ne se laissant jamais marcher sur les pieds… A part lorsqu’il s’agissait d’Alec, bien sûr. Oui, Isabelle l’idolâtrait comme la perfection qu’elle ne serait jamais, qu’elle n’arriverait jamais à atteindre bien qu’elle en rêve et sa mère semblait toujours se plaire à le lui faire comprendre en lui accordant ces regards froids et désapprobateurs.

Bien que son frère et son père lui aient procuré beaucoup d’amour et d’attention, Isabelle s’est toujours sentie rejetée. Pas par eux, mais par les autres. Tous les autres… Sa mère, bien sûr, mais pas que. Cela aurait été trop beau. Le vil ne manque à personne et surtout pas aux enfants, notamment ceux relevant les différences, ceux créant des complexes à d’autres qui n’ont rien demandé, ces complexes ne leur ayant même pas effleuré l’esprit, mais qui finissent encrés dans leur crâne à peine mentionnés. Voilà ce qui est arrivé à notre Isabelle, elle a eu bien des complexes, tellement, se battant pour les faire disparaître, les gardant encore aujourd’hui bien qu’elle n’ait en rien à se plaindre de ce qu’elle est à ce jour. Mais une fois que le crâne fait son affaire, c’est pour la vie, malheureusement, peu importe ce que vous avez réussi à achever, peu importe vos réussites, seuls vos échecs vous restent et cette peur des regards et des dires malsains.
« Regardez ! Voilà la grosse ! » « Elle est vieille en fait, elle a redoublé, c’est sûr ! » « Tu fais la maligne, mais ton frère ne sera pas toujours là pour toi ! » Encore et encore… Oui, la puberté avancée de la demoiselle n’a pas manqué de lui faire du mal. Mal vue des autres jeunes filles, trop regardée des garçons et bien souvent mal regardée, tous ces regards l’ont que trop souvent fait se recroqueviller sur elle-même, baisser les yeux, rougir et très fréquemment, pleurer. Et dire qu’elle avait été excitée comme une puce lorsqu’elle avait eu sa toute première rentrée… Elle regrettait bien cette puérile réaction et ses rêveries naïves. Elle a toujours eu un joli corps, et pourtant elle l’a détesté plus que tout, ce petit corps de jeune fille qui n’était pas fait pour son âge, qui la mettait mal à l’aise, alors qu’elle n’avait envie que d’une chose, être comme tout le monde et se fondre dans la masse, ne pas attirer le moindre de ces regards terribles. La jeune fille n’avait donc pas grande difficulté à respecter la 2e règle du code des Lightwood – Ne pas se faire d’amis en dehors du cercle des chasseurs. C’était bien simple, elle n’avait aucun ami, chasseur ou non. Et ce même si elle aurait adoré enfreindre cette seule règle… Elle ne voulait pas parler de ses problèmes, les considérant comme puérils, après tout, elle était la plus jeune des Lightwood, il fallait qu’elle fasse honneur à la famille. Alors elle n’a rien dit. Elle a gardé pour elle, elle a pleuré seule et a toujours affiché un large sourire lorsque son frère s’inquiétait pour elle, niant tout. Chez elle, elle espérait que ces railleries cessent, qu’elle ait enfin un peu de temps pour reprendre son souffle, mais quand ce n’étaient pas ses petits camarades, il s’agissait des futurs petits soldats de la famille, des précepteurs et autres enseignants. Elle n’en pouvait tout simplement plus.
Autant dire que sa première année et demie de cours fut des plus complexes, sombre et déprimante, jamais elle n’aurait cru qu’elle trouverait du réconfort dans cette vie qu’elle méprisait déjà si jeune. Elle avait décidé de sécher les cours, à défaut de briser les règles du clan voilà qu’elle allait à l’encontre de celles de son école… Il pleuvait, combien elle aimait la pluie et ses gouttes si fraiches qui parvenaient toujours à dissimuler les siennes et calmer ses tremblements nerveux et tristes. Combien de fois s’était-elle laissée glisser le long de ce mur, juste à l’extérieur de l’école, pour laisser aller sa tristesse, pour que son angoisse ressorte librement, ses poings se fermant, ses ongles s’enfonçant toujours un peu plus dans ses paumes, accentuant ces petites cicatrices que chacun de ces instants sombres lui laissait. Puis elle l’entendit, lui faisant redresser vivement la tête, un petit miaulement sorti de nulle part, chassant en une seconde ses pensées et peurs, croisant le regard de ce chaton, seul et perdu comme elle l’était en cet instant, cherchant lui aussi du réconfort, du soutien, un sourire… Et elle lui en accorda, alors qu’il vint frotter le bout de son museau contre sa main. Son premier ami, son seul pendant un certain temps, mais aussi le seul qui parvint à lui changer les idées, à éblouir son visage et à faire passer bien plus facilement ces instants si complexes à l’école et à la demeure Lightwood. Mais ces quelques mois de bonheur prirent fin, cette joie sortie ne nulle part ne manqua pas d’attirer les regards et les questions, et sa propre mère se chargea elle-même de prendre en charge ce passe-temps stupide.
Iz manqua à nouveau les cours, sautillant en faisant rebondir la balle qu’elle ramenait à Papouille pour jouer avec elle. Elle arriva dans la ruelle, accélérant le pas en entendant ses miaulements terribles y résonner, elle laissa tomber sa balle et sentit ses lèvres blêmir et trembler à la vue de sa mère, Papouille sans vie dans ses mains, la dédaignant du regard : « Vraiment Isabelle ? Tu n’as pas fini de me faire honte et de rabaisser notre nom ? » Elle lui passa à côté, jetant négligemment le chat à ses pieds comme s’il avait s’agit d’un vieux chiffon sale : « Tu ne seras jamais digne de nous ma pauvre enfant. Alors fais-toi plus petite et fébrile que tu ne l’es déjà, on te trouvera sûrement un rôle dans l’un de nos bureaux. » Pour la première fois, la demoiselle ressentit de la haine pour sa mère, pour tous ceux qui la rabaissaient et qui parvenaient même à se moquer de son attachement pour cette petite créature sans défense. Et c’est alors qu’elle prit la décision de les faire taire, tous. De leur montrer, de leur prouver, de les dépasser et de les rabaisser à leur tour. De vivre à sa manière, de grandir selon ses souhaits et de prouver qu’elle ne serait pas une simple employée de bureau, qu’elle serait bien plus, qu’elle parviendrait à la dépasser elle… À faire plus que son idole.

La transformation d’Isabelle n’échappa à personne. Elle n’était plus la même, loin de là, ne rejetant plus sa beauté et ses atouts, voilà qu’elle les mettait en avant, qu’elle s’en servait et savait les utiliser bien qu’elle reste adolescente. Ne manquant aucun entraînement, en plus de ses préparations personnelles, ou des cours particuliers avec son frère ou son frère, ses techniques se perfectionnèrent bien plus vite que quiconque ne l’aurait imaginé. Elle les impressionnait et voilà où était sa fierté, à rabattre le caquet de tous ceux qui s’étaient moqués, qui n’avaient jamais perdu une occasion de la rabaisser plus bas que terre, de la traiter d’incapable et de tare. Elle les faisait désormais tous taire, les uns après les autres, voilà qu’elle en intéressait même certains, attisant même parfois leur respect et leur envie d’atteindre son niveau. Comment ne pas se sentir fière après telle réussite ? Mais Izzy resta toujours les deux pieds sur terre, elle ne se berçait pas d’illusions, tout ça, ce n’était toujours pas assez, toutes ces personnes, elle s’en moquait, la seule qu’elle voulait impressionner et réussir à faire taire, c’était celle supposée être sa mère… Et malgré ses efforts, ses victoires, et même ses actes rebelles, jamais elle ne parvenait à s’attirer le regard de cette femme, même si sa force et ses compétences n’étaient plus à prouver, ce n’était toujours pas assez. Jamais assez…
Mais jamais plus Isabelle ne montrait à quel point l’ignorance de sa mère lui coûtait, la faisait souffrir et brisait son cœur. Jamais elle ne quitta ses sourires brillants, ses clins d’œil aguicheurs et ses rires provocateurs. Jamais elle ne cessa de développer ses compétences, de s’investir dans son rôle et de gagner en indépendance. Jamais elle n’arrêta de chercher à l’impressionner, à la faire regretter toutes ces années qu’elles n’avaient pas pu partager, cette relation mère-fille qui n’avait jamais existée… Et pour faire taire sa tristesse et sa douleur qu’elle gardait pour elle uniquement, Isabelle se focalisait aussi sur ses passe-temps, ses soi-disant ‘amis’ qui avaient été autrefois ses bourreaux, sur son frère et sa relation que lui seul ne percevait pas, sur son apparence et ses charmes, seules ses nuits étaient maussades, sombres et préoccupantes.
Elles le firent d’autant plus lorsqu’un de ses héros lui fut arraché. Son père… Elle le revoit encore, écroulé au sol, s’accrochant à la vie bien que celle-ci le quitte à chaque appel de sa fille, accrochée à lui. Elle l’avait prévenu, Alec aussi, ils n’avaient manqué de lui dire, s’en prendre à des innocents n’était pas une bonne idée, la menace gratuite des chasseurs ne feraient que réveiller celle bien plus puissante que renferme un innocent décidé à se défendre. Et c’est pour cela que cette femme, cette mère qui ne désirait que protéger sa famille de ces intrus armés, usa de ses pouvoirs pour arracher la vie au père des enfants Lightwood. Elle se revoyait, s’accrocher à lui, lui sourire fébrilement pour l’accompagner dans ses derniers instants comme il le méritait. Il avait fait une erreur, mais il restait son père, son très cher père et le sourire désolé qu’il lui accorda avant de partir, de la laisser seule, resta à jamais gravé dans son être. Bien que la haine animât nombreux membres du clan, seule la peine avait sa place dans le cœur de la jeune chasseuse. Elle ne méprisera jamais ceux cherchant à se défendre, à protéger leur honneur et leur innocence, même si cela avait causé la mort de son père adoré… Ce ne fut pas la haine et le mépris qui l’animèrent mais ce désir fout de changer cet état d’esprit conservateur et barbare qui était encré chez les chasseurs de la famille Lightwood. Et elle n’allait pas manquer de se battre elle aussi pour son honneur et ses convictions…

La tension ne manqua pas d’aller crescendo entre elle et sa mère, si bien qu’à ses 18 années, la jeune fille accepta avec un enthousiasme en rien dissimulé l’idée de vivre en alternance avec son frère désormais suffisamment mature pour entrer en université. L’idée de le voir partir, quitter cette demeure qui lui glaçait le temps, lui avait fait bien peur, mais comme toujours, il ne manquait de la protéger et de la sauver au dernier instant, l’accueillant bien que sachant parfaitement qu’il pourrait finir par le regretter et surtout encourager sa sœur volage et rebelle dans ses lubies et folies. Mais au moins, ils étaient ensemble, au moins il ne la laissait pas seule, et il devait très certainement, au fond de lui, savoir qu’elle avait besoin de lui, car sans lui, elle se serait réellement retrouvée seule, abandonnée et bien plus sujette à ses faux sourires et ses pensées sombres.
Et pourtant, il faillit l’abandonner… Lorsque, sujet d’une malédiction, la vie d’Alec fut bien plus que menacée, mettant sa jeune sœur dans un sale état. Jamais elle ne pourrait accepter la mort d’Alec, celle de son père la pesant déjà, la distance d’autant plus creusée avec sa mère la déchirant, mais la mort d’Alec, elle ne pourrait jamais l’accepter. C’est pourquoi elle lutta comme jamais pour lui sauver la vie, pour trouver une solution, un miracle qui saurait lui rendre le seul être auquel elle tenait sur cette misérable terre, même si ce miracle portait le nom de Magnus Bane et allait d’autant plus attiser la haine de sa mère à l’égard de notre chère Isabelle… Mais elle s’en moquait, elle le savait, car au fond, malgré les hurlements échangés avec sa mère pour sauver le fils de celle-ci, malgré les menaces crachées alors qu’elle envisageait de le mener au sorcier, elle n’écouta pas sa mère, elle ne fut pas blessée par sa langue pullulant de haine et d’horreur, la seule chose qui l’a blessée en cet instant, c’était l’idée de ne pas réussir à sauver son frère.
Combien d’année Isabelle s’en voulut d’être allé chercher de l’aide auprès de sa mère en premier… Un énième regret qui rongeait son cœur et qui prouvait qu’elle resterait puérile malgré tout. Alec était sauvé, mais dans son désir de rendre la vie de son frère aussi lumineuse qu’il le méritait, elle avait attisé la colère de leur mère. Celle-ci méprisait déjà Magnus pour ses pouvoirs, nous méprisait tant d’être allé vers lui pour sauver Alec, mais sa colère n’avait jamais été telle que lorsqu’elle avait appris pour l’amour que partageait son fils à l’égard du sorcier. Elle le chassa, elle feignait le mépriser, mais au fond, je le savais, ce n’était pas du mépris ni même de la haine qu’elle ressentait à l’égard d’Alec, mais de la peine, une tristesse sans égales de voir son fils lui être ainsi arraché, sa fierté, sa vie… Et elle ne manquait pas de blâmer sa supposée fille pour cela, après tout, elle était celle qui avait tout fait pour les jeter dans les bras l’un de l’autre… Mais Iz encaissait la tête haute, son sourire éclatant et provocateur aux lèvres et la fierté faisant pétiller son regard. « Au moins quelqu’un dans cette famille a la chance d’être heureux et de vivre la vie qu’il désire… » Ne manqua pas de lui siffler Isabelle alors qu’elle passait sa colère sur sa fille encore une fois, espérant que ses cris, ses menaces et ses phrases cinglantes finissent par la faire ciller, baisser sa garde, la briser et ainsi chercher à nouveau à plaire à sa mère, à réparer ce qu’elle avait causé. Mais c’était peine perdue lorsque le bonheur d’Alec était en jeu…
Mais la femme n’avait pas fini de briser cette famille, et après avoir perdu ce lien si fort qu’elle avait avec son fils, l’usant à force de chercher à le contrôler et finissant de le détruire en menaçant l’amour de sa vie, elle parvint à faire de même avec sa fille. La distance n’avait jamais manqué entre elles-deux, mais de là à choisir d’exécuter pour contrôler ? Isabelle ne la reconnaissait plus. C’est alors qu’elle prit ses distances, qu’elle choisit enfin de quitter officiellement cette demeure qu’elle n’avait jamais aimé, choisissant de prendre sa vie à elle en main, le désir de s’accorder les félicitations et sourires de sa mère lui important bien moins qu’autrefois. Après tout, c’était elle qui était à ce jour déçue de sa propre mère…

acidbrain


Dernière édition par Isabelle S. Lightwood le Jeu 10 Mai - 16:55, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec G. Lightwood

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 21/02/2017
▲ Messages : 25

MessageSujet: Re: Izzy - Not everyone gets the luxury of following their heart.   Jeu 25 Mai - 19:18

Bon j'ai mis le temps mais le voilà enfin ton message de bienvenu de la part de ton frère niappy (qui va surement bientôt le regretter)

Mais les petites soeurs sont parfaite parce que c'est une règle élémentaire dans la vie.

Maintenant faut utiliser ses petits doigts pour tapoter sur ton clavier et finir de tout remplir !! Aller hop hop au boulot

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec G. Lightwood

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 21/02/2017
▲ Messages : 25

MessageSujet: Re: Izzy - Not everyone gets the luxury of following their heart.   Jeu 10 Mai - 17:30


Congrat’s
T’es validé !



Tu rejoins nos rangs !

Bienvenu à toi sur le forum !

Je t'annonce officiellement que ta fiche est VALIDÉE

Cependant il te reste quelques petites choses à faire avant de te lancer dans l'aventure :

★ N'oublis surtout pas de recenser ton avatar pour ne pas qu'il te soit piqué !
★ Tu dois aussi créer ta fiche de lien et de rp afin que les autres joueurs puissent te faire des demandes. N'oublis pas de recenser toutes tes fiches une fois cette étape terminée
★ On a tous besoin d'un endroit ou vivre et qu'on veut pas tous être sdf alors n'hésite pas à faire une demande de logement
★ Tu as déjà un compte parmi nous et le message du début t'ennuie car tu le connais déjà ... N'oublis de recenser ton multicompte
★ N'hésite pas à skyper ton staff pour tout contact en cas de problème


Le petit mot de l’admin KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA J'aime j'aime j'aime et j'ai même pleuré (enfin eu les yeux humides en tous cas) !!!

code (c) crackle bones

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabelle S. Lightwood


avatar

▲ Date d'inscription : 24/05/2017
▲ Messages : 12

MessageSujet: Re: Izzy - Not everyone gets the luxury of following their heart.   Jeu 10 Mai - 17:32

*patpat son frère en photographiant ses petites larmes quand même*

Merci ! Contente que ça te convienne ;) et d'avoir enfin fini @.@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Izzy - Not everyone gets the luxury of following their heart.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Izzy - Not everyone gets the luxury of following their heart.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de LUXURY US AIRLINES
» LUXURY ISLAND - RPG
» African dictator's son orders luxury superyacht
» Canddature de Luxury US Airlines
» Nel Berrywood ou la confusion des genres ! [TERMINEE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beacon Falls  :: Personnage :: Fiches de présentation :: Fiches validées-
Sauter vers: