AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Mer 9 Nov - 17:09


Isak Holm

He is broken, but you love him anyway. Not because you want to fix him, but because he is the only one that knows you are just as broken as him...


Nom : Holm
Prénom : Isak
Âge : 21 ans
Date de naissance : 13 août 1995
Situation familiale : En couple, à moins que cela aussi ne soit que dans sa tête…
Orientation sexuelle : Homosexuel
Particularités : Voit apparemment des choses qui ne sont pas réelles…
Habitudes : Somnambule ○ Dessiner au crayon à papier ○ Se perdre dans ses pensées et son monde.
Groupe : Humain
Avatar : Tarjei Sandvik Moe

Anecdotes

. Ses parents lui ont toujours beaucoup demandé, ils attendaient beaucoup de lui d’autant plus lorsque sa grande sœur est décédée. Celle-ci s’est suicidée et Isak est celui qui a découvert son corps, le laissant choqué à vie, cette image le hantant encore par moment. Elle était si désespérée et sa vie lui était si dictée par ses parents qu’elle en est venue à se mettre une balle dans la tête. Isak s’est promis de ne jamais en arriver à tel extrême, de ne jamais se laisser décourager, même si une fois, il a failli à cette promesse. Ses parents sont sur son dos depuis.  

. Isak est mort une fois, il y a un an. Sa première et unique tentative de suicide à ce jour, même s’il hésite de plus en plus ces derniers temps à revenir à tel extrême. C’est Even qui l’a ramené d’entre les morts, mais ça notre protagoniste ne le sait pas… Pas encore. C’est de ce retour d’entre les morts que lui vient sa capacité de parler avec les fantômes…

. Son somnambulisme a débuté après les cauchemars engendrés par la mort de sa sœur. Il ne s’en rend pas compte mais il lui arrive de se réveiller dans des endroits incongrus et avec cela ont commencé les crises de panique… Il ne dormait tranquillement que lorsqu’il était avec Even, mais cela aussi semble lui être impossible désormais.

. Il est suivi par un psy depuis ses sept ans, suite à la mort de sa sœur, il ne supporte pas ces rendez-vous et d’autant moins les pronostics ou médicaments que lui prescrit son médecin… Il ne pensait pas être fou… Jusqu’à récemment.

Caractère

Isak était un enfant heureux et plein de gaieté, il a été de tel jusqu’à ses sept ans, grâce à sa grande sœur, parce qu’elle le protégeait, quitte à pourrir sa propre vie pour lui. Mais lorsqu’elle a quitté ce monde, elle a emmené avec elle la joie de vivre d’Isak, faisant de lui un garçon entièrement opposé à celui qu’il a pu être. S’enfermant dans un certain silence et une solitude extrême, il n’a jamais apprécié la condescendance d’autrui, ça le gênait. Il a toujours été un garçon sensible, facilement sujet aux émotions, bien qu’il n’aime pas le montrer, celles-ci le prenant souvent contre son gré, le forçant à s’isoler de plus belle pour ne pas avoir à subir le regard des autres. La pression de ses parents et ses conflits personnels le renfermant de plus belle sur lui-même, il ne pensait ne jamais plus pouvoir faire confiance à qui que ce soit.
Il a mené sa vie d’une manière disons amorphe et effacée. En grandissant, l’anxiété l’a gagné et l’a rarement laissé en paix, ces derniers mois, elle revient en force, lui happant sa vie et le faisant sombrer dans une certaine folie dont il n’est pas sûr de pouvoir s’extraire, il n’est même pas certain d’avoir envie de se séparer de cette folie… Sa solitude a fait de lui un dilettant du dessin. Il s’est perdu dans cette occupation, ce hobbie qui lui a toujours permit de chasser ses idées noires, il n’a jamais été courageux, mais le dessin lui a toujours permis de ne pas perdre pied et en arriver au même point que sa sœur.
De son silence et son détachement, Isak est devenu quelqu’un d’observateur, à défaut de vivre une vie palpitante, il est spectateur de celle des autres qui lui semblent toujours plus intéressante et mouvementé. Il ne sait pas que pourtant, sa vie a suffisamment de rebondissement pour intéresser n’importe qui… Il est quelque peu fataliste et sujet à la déprime, mais il n’est pas de ce genre de personne qui vont se plaindre sur tous les toits, qui font l’éloge de leurs malheurs pour faire leurs intéressants. Il ne le supporte pas de devoir écouter les autres se plaindre pendant des heures alors qu’il y a bien pire que leurs petits malheurs et insignifiants soucis. C’est ainsi qu’il voit les siens. Il est peut-être bon de finir en ajoutant qu’Isak est un garçon instable, il n’est pas violent, du moins il n’est pas réellement une menace en termes de force physique, mais il lui arrivera de s’emporter et d’adopter des propos cinglants pour être laissé en paix ou remettre ceux l’importunant à leur place. Quitte à s’attiser leurs foudres par la suite…

acidbrain




Derrière l'écran
Pseudo : Beasty
Prénom : Un prénom particulier que je n'aime pas
Âge : 21 ans
Pays : Quelque part dans ce monde qui crève lentement
Code du règlement : Validé par le panda
Inventé ou scénario : Inventé
Commentaires : Je suis peu présente les week-ends, je travaille et pourrais peu me connecter, désolée...
acidbrain


Dernière édition par Isak Holm le Jeu 24 Nov - 15:48, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Mer 9 Nov - 17:10


Histoire





But home is just a room full of my safest sounds.

Des cris. Encore et toujours des cris. Jamais de joie. Juste de colère. Isak n’est que trop habitué à ces cris, à ces expressions de mécontentement. Il est né avec les cris de sa mère. Il a grandi avec ceux de sa mère et de son père, mais pas que… Ces cris qui l’effrayaient bien plus que les autres, bien que moins puissants. Ceux-ci étaient… Etouffés, criards, horrifiés… Ceux d’Isa… Isabelle. Sa grande-sœur… Bien que les cris n’avaient cesse de fuser, ils n’étaient jamais à son encontre. Juste à la sienne.
Peu importe le nombre d’efforts qu’elle faisait, les notes qu’elle apportait, combien elle cherchait à les rendre fiers, à faire attention à son apparence, à sa manière d’être… Il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas. Ils n’étaient jamais satisfaits. Bien trop exigeants et désireux que leur fille aînée ne soit que réussites, ils en omettaient de la laisser vivre, de lui permettre d’être heureuse. Trop avares pour ouvrir les yeux, ils ne voyaient pas le malheur dans lequel Isa sombrait lentement. La seule lueur dans les ténèbres qu’était sa vie n’était autre que son petit frère, Isak…
Ils ne passaient de bons moments qu’ensemble, tous les deux. A croire qu’ils n’étaient heureux que lorsque leurs parents n’étaient pas en leur présence… Car dès qu’ils rentraient, alors la peur reprenait possession du visage d’Isa, la tristesse celui d’Isak. Il aimait sa sœur, plus que tout au monde. Et malgré le mal que ses parents lui faisaient, il ne pouvait s’empêcher de les aimer aussi. Pour la simple et bonne raison qu’ils leurs arrivaient de passer des moments plus calmes et joyeux, mais surtout, suite aux dires d’Isa : « Ils t’aiment toi… Profites-en Zak. Ils se calmeront un jour. Le problème, c’est… moi. » Ces paroles qu’elle répétait avec ce sourire triste. Il n’était qu’un enfant, il ne comprenait pas alors l’ampleur de ces mots, la force que sa tristesse avait gagné avec le temps… S’il l’avait su, alors peut-être aurait-il su que le désespoir la gagnait déjà bien trop…
Voilà un mois qu’ils avaient fêté son septième anniversaire. Un mois terrible où les cris n’avaient arrêté de croître. Isa était épuisée, physiquement et mentalement, elle était malheureuse, et avec cela, ses notes baissés, ses réussites n’étaient plus aussi cuisantes, engendrant de plus belle le mécontentement de leurs parents et les reproches cuisants. Mais l’horreur n’avait pas encore atteint son summum… Ce fut le cas lorsqu’Isak rentra chez lui, sourire aux lèvres, sachant qu’il aurait encore une heure et demie de libre avec Isa avant que leurs parents ne rentrent. Une heure et demie durant laquelle ils pourraient sourire et rire. Mais ce jour-là allait être bien différent… Il passa la porte, appelant sa sœur, étonné qu’elle ne soit pas descendue en trombe pour l’accueillir de leur habituelle étreinte. Il monta les escaliers, abandonnant son cartable à l’entrée, passa la porte de la chambre de sa sœur pour découvrir l’horreur. Cette image, cette scène qui resterait à jamais encrée dans son crâne, lui laissant cette cicatrice qui jamais ne le quitterait. Cette perte qui allait le déchirait et changer sa vie à jamais.
Elle était étalée à même le sol, les yeux grands ouverts, des larmes finissant de s’en échapper, dans sa main gauche, le revolver de leur père… Mais ce qui figea Isak sur place fut la vue de tout ce sang, ce flot rouge qui s’échappait de ses tempes pour rougir le sol d’un flot incessant, ces plaies béantes lui donnant un haut le cœur avant de lui faire perdre l’usage de ses jambes et de tomber au sol, reculant en se traînant, pleurant et niant de la tête. Mais elle était toujours là à le fixer de ce regard que la moindre once de vie avait quitté… Elle n’était plus. Elle était morte, trop épuisée par sa tristesse pour continuer de la sorte.
Il n’avait que sept ans, lorsque sa vie s’est embrumée, prenant cette teinte sombre qui l’effrayait tout comme elle n’avait arrêté de tuer à petit feu sa sœur. C’est ainsi que les cris ont repris, à son attention, que les cauchemars et les balades nocturnes ont débutés, mais aussi… Ces rendez-vous qui l’oppressaient plus qu’il ne l’aidait à avancer… Ainsi sa vie devint terne et triste, pendant encore plusieurs années…



I’m stuck in my daydream. And it hurts so bad…

Cette scène, toujours cette scène, elle n’avait arrêté de revenir le hanter, à chaque fois que la fatigue l’obligeait à fermer ses paupières. Dormir, il adorait ça avant, ce repos qui l’emmenait dans ce royaume merveilleux qu’est celui des rêves, ce pays où il se perdait dans ces images que son esprit d’enfant modelait. Mais rien n’était plus pareil maintenant. Le sommeil l’avait quitté après la mort d’Isa, il ne voulait plus dormir, car à chaque fois qu’il fermait les yeux, il la revoyait elle, étendue sur le sol, cette tristesse ravageant toujours autant son visage, son désespoir l’ayant tellement rongé qu’elle en était venue à telle détresse. Il ne voulait plus dormir, il en avait peur et à chaque fois qu’il lui cédait, alors la panique le prenait, le happant et malmenant ses nuits.
C’est de tel que ses escapades nocturnes sont apparues. Le faisant le lever de son lit, cet enfant aux yeux à mi-clos, mais vides de tout, fixant le néant alors que ses pieds dénudés touchaient le sol glacé de sa chambre qui avait perdu sa vie avec le départ de sa sœur. La première fois, il avait été retrouvé par ses parents dans la chambre de la défunte. Il s’était fait grondé comme jamais, le trouvant irrespectueux et allant jusqu’à le blâmer, ne se rendant pas compte de sa peur et crainte de se retrouver ici sans se souvenir de quoique ce soit. La deuxième fois… Il a été retrouvé sur la tombe de sa sœur… Et c’est alors que ses parents ont réalisé son somnambulisme. Les médecins n’ont pas été la première solution qui leur est venue… Accepter que leur fils perdait le contrôle, l’esprit, comme ils le susurraient si bien entre eux leur semblait inenvisageable… Alors, ils en vinrent à l’attacher pendant son sommeil, espérant le guérir… Le réparer… Le forcer à arrêter de se morfondre… Mais avec cela est apparu un nouveau trouble du sommeil à leur enfant… Les paralysies du sommeil.
La première fois, il a paniqué de ne pouvoir bouger, d’appeler à l’aide tout en étant obligé d’attendre le réveil de ses parents pour être libéré. Mais ils ont continué. Suffisamment de temps pour que les paralysies prennent le relai alors qu’ils se décidaient enfin à cesser de l’immobiliser. Même s’il était libre, il se réveillait et n’arrivait pas plus à se mouvoir, se retrouvant immobile dans son lit, à pleurer en silence, cauchemardant les yeux ouverts jusqu’à ce qu’enfin un de ses parents vienne le sortir de sa torpeur…
Ce n’est qu’après quelques mois que le couple Holm a enfin accepté sa défaite et les troubles persistants de leur enfant. C’est alors qu’ils ont décidé de l’envoyer voir un psy. Il détestait ça, se retrouver face à cet homme qui le regardait avec un œil qui le mettait mal à l’aise, les sourires qu’il arborait, visant sûrement à le rassurer, mais ne faisaient que le glacer un peu plus. Il était forcé de lui parler, sachant que s’il ne le faisait pas, alors, il pousserait ce soupir ennuyé, il en ferait part à ses parents et alors, il passerait une soirée terrible chez ses parents. Isak s’est forcé, il a essayé, mais rien n’a changé. Le somnambulisme était encré en lui, la panique, l’anxiété… Tous ces troubles ne le lâchaient pas. Alors, il ne lui restait plus qu’à espérer pouvoir les cacher à ses parents, se réveiller avant eux, rebrousser chemin au plus vite si escapades avaient eu lieu, ou lutter contre sa paralysie. Effacer les larmes, la peur, pour paraître ‘normal’ aux yeux de ses parents. Il rêvait ne plus avoir ces rendez-vous avec Monsieur Grant, ces rendez-vous qui l’insupportaient. Mais le couple n’était pas dupe. Monsieur Grant non plus. Et les années allaient se suivre sans lui permettre de se défaire de ces séances hebdomadaires…



I didn’t wanna fall in love, not at all, but at some point,
you smiled and holy shit, i blew it.


Isak était Sophomore quand son quotidien a été de nouveau bouleversé. Il lui arrivait parfois de se demander comment il était parvenu jusqu’à sa quinzaine d’années… Peut-être simplement parce qu’il se refusait d’agir de la même manière que sa sœur. Isa… Il ne se passait pas un jour sans que sa présence ne lui manque. Isak se maudissait de parfois pourvoir lui en vouloir, la blâmer de ses malheurs, il se détestait de penser de telle, se frappant le crâne pour chasser ces idées noires qui ne rêvaient que polluer un peu plus son cerveau malmené.
Dans son école, il était assez ignoré, pas harcelé, du moins pas méchamment, les jeunes ont toujours besoin de passer leurs nerfs et leurs suractivité sur les plus discrets, mais il s’y faisait, il s’en moquait, il se contentait de vivre sans vivre, sans apprécier la vie dans sa totalité. Il ne pensait pas plus se lier à qui que ce soit en cette nouvelle année. Jusqu’à ce qu’il remarque son arrivée à lui… Isak a toujours été observateur, et même s’il n’avait pas d’amis et se terrait souvent dans son coin de la cours ou de la cafétéria, cela ne l’empêchait pas de regarder les gens autour de lui… Et c’est ainsi que son regard a croisé le sien. Celui d’Even.
Il ne l’avait jamais vu. Elle non plus… Ils semblaient être tous les deux nouveaux dans l’établissement, Sophomore eux-aussi bien que lui semblait plus âgé. Even a capté son attention, Isak n’a pas su de suite pourquoi, comment cela se faisait que ses yeux n’arrivaient pas à se décrocher de lui, ne déviant que par surprise lorsque ceux d’Even vinrent croiser les siens dans un sourire amusé, le forçant à détourner son regard, se surprenant à rougir. Mais tout ne s’est pas fait en cette seule première journée d’échange de regards. Il a fallu bien plus de temps pour que nos deux garçons se rapprochent l’un de l’autre… Mais ce qu’Isak ignorait, c’est qu’Even le connaissait. Du moins, il était là pour lui.
Even et Faye. Ils semblaient être des adolescents tout ce qu’il y a de plus normal, mais étaient tellement plus. Des sorciers, l’un comme l’autre. Des sorciers qui avaient intégré cette école avec pour but, de surveiller l’enfant Holm. Qui aurait cru que les Holm auraient quoique ce soit à voir avec le surnaturel… Pourtant, leur importance est due à des événements qui ont été oublié avec le temps. Lorsque leur sang a été utilisé pour sceller le sort d’une sorcière maléfique qui ne vit désormais que pour défaire cette malédiction la privant de sa magie. Et pour cela, il lui fallait retrouver les Holm, mettre au point son rituel et enfin, verser le sang qui l’avait maudite. Ces pourquoi elle n’a cessé d’user de ses sbires pour traverser les âges, pour mener à bien son plan. Even et Faye étaient donc deux de ses petits soldats. Elle pensait les avoir sous son contrôle… Mais jamais, elle n’aurait cru que le descendant de son plus fidèle bras droit irait à l’encontre de ses plans…
Even non plus ne pensait pas, certes obéir ne lui plaisait pas, mais il savait que sa vie en dépendait. Il ne rêvait que de se débarrasser de la malédiction pour enfin répondre de ses faits et gestes, mais n’avait pas prévu de s’attacher au garçon dont sa liberté dépendait… Mais à force d’épier ce garçon qui ne savait rien et n’avait rien demandé, de le surveiller, il se remarqua à s’attacher à ce Isak torturé… D’autant plus lorsqu’ils ont échangé ce premier regard. Définitivement lors de leur premier échange. A jamais à la découverte de leurs sentiments respectifs…
Faye clamait qu’il fallait surveiller Isak à distance, mais Even ne l’écouta pas, se moquant de déclencher la colère de la descendante de la puissante sorcière. Faye ne lui faisait pas peur. Alors, il se justifia en disant qu’il serait plus simple de surveiller la clé du sortilège en se rapprochant de lui. N’attendant que le lendemain de leur premier échange. « T’écoute quoi ? » Voilà comment il avait abordé ce garçon terré dans son coin, ses oreillettes le décrochant de ce monde qui ne lui plaisait plus. Even n’avait pu réprimer un petit sourire en voyant le regard surpris d’Isak, celui-ci se retrouva a bafouiller avant de lui répondre : « Muse… » Et alors, Even s’était assis à ses côtés, s’imposant en lui piquant une oreillette. « Au fait, je m’appelle Even. » « Isak… » « Enchanté Isak. » Avait-il dit avec un sourire qui fit de nouveau rougir le garçon qui tomba petit à petit amoureux de ce sorcier qu’il allait priver sans le savoir de toute liberté…
Les mois avaient passés, avec eux, Isak était désormais plutôt sûr de son attirance pour celui qu’il pensait être juste un adolescent rebelle, sans comprendre pourquoi il restait son ami à lui, l’énergumène de l’établissement… « Tu n’as pas des plans avec… Faye, ta… ta copine ? » Isak avait hésité. Il savait qu’il y avait quelque chose entre Even et cette fille sans savoir quoi et ça le bouffait, le rendait jaloux, chose nouvelle pour le garçon. Il n’avait jamais vraiment osé demander à Even, par peur tout simplement et voilà qu’il osait enfin, alors qu’Even lui proposait une sortie en ce vendredi soir. Soirées qu’il passait la plupart du temps on ne sait où, mais il quittait toujours l’établissement avec Faye… D’où les idées de notre Isak. Il stressait en attendant la réponse d’Even, regrettant même d’avoir enfin osé. Jusqu’à ce qu’il se prenne une pitchenette sur le front et relève un regard mécontent vers un Even souriant et amusé : « Je suis célibataire Isak… et je m’en fous de Faye. Allé viens. » C’est alors que, pour la première fois depuis longtemps, l’espoir est réapparu dans l’esprit du garçon qui arborait un sourire rayonnant que peu lui connaissaient.
Ils ont roulé un moment, tous les deux sur la moto d’Even qui les menait Dieu seul sait où… Il s’arrêta à la lisière du bois, s’engouffrant dans la forêt jusqu’à une cabane de chasseur perdue au beau milieu de ce coin de nature. Il suivit Even a l’intérieur et sans savoir pourquoi, Isak se sentit en sécurité dans cet endroit en mauvais état, avec lui… « On est bien là hein ? Au milieu de nulle part… » Soupira Even avec un sourire qui affichait rarement. Ils sont restés des heures, à parler, à fumer, à rire, à se confier… Pour la première fois, Isak parlait de lui, de ses démons, de ses peurs… Il ne l’avait jamais fait et pourtant, ce soir-là, en sécurité, avec Even, il n’hésita pas. Ce-dernier l’écouta en silence, sans le quitter des yeux, attrapant juste sa main en voyant les larmes prendre celui auquel il n’était pas supposé tant s’attacher, lui murmurant avec un sourire réconfortant : « Isak, quand tu es perdu, tu n’as qu’à venir ici et je te trouverais d’accord ? Je suis là maintenant. » Isak n’eut pas à approuver, à répondre, tout se lisait dans son regard, son amour pour Even aussi, et c’est ainsi qu’ils ont échangé leur premier baiser, comme si tel échange coulait de source. Leur premier baiser et première étreinte…
Ils n’avaient pas besoin de mettre des mots sur leurs sentiments, après tout, ils partageaient ce même regard… Mais l’amour n’est pas aussi simple que dans les contes de fait. Un de ses effets secondaires n’allait pas tarder à briser notre Isak. Avec l’amour vient le bonheur, la joie, ces souvenirs magiques et émotions enivrantes mais aussi la tristesse, les pleurs et la douleur. Oui, leur amour semblait magique. Mais parfois, la magie n’est qu’illusion…




You are my personal end of the world.

|...|



Happiness is your hand in mine.

|...|



Everything is shattering, and it’s my fault.

|...|



Back from my coma.

|...|


acidbrain


Dernière édition par Isak Holm le Mer 7 Déc - 22:31, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Z. O'Brien

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 11/04/2016
▲ Messages : 26

MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Mer 9 Nov - 19:43

Bienvenue parmi nous Isak ! J'espère que tu te plairas ici.

Si tu as la moindre question ou besoin n'hésite pas à nous envoyer un MP, ou plusieurs, on est pas contre le harcèlement. ;3

Pressée de connaître un peu plus ton personnage. Bon courage dans l'écriture de ta fiche.


_________________



The boss... Yep, that's me!

I am the boss!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Mer 9 Nov - 21:36

Merci Charlie

J'ai fais une bêtise (histoire de bien commencer) j'ai pas placé mon sujet au bon endroit... c'est grave ?
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Z. O'Brien

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 11/04/2016
▲ Messages : 26

MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Mer 9 Nov - 21:51

Non ne t'en fais pas, j'ai déplacé le sujet ;3 (J'avais même pas fait attention comme je suis passée en coup de vent tout à l'heure ^^)

_________________



The boss... Yep, that's me!

I am the boss!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Mer 9 Nov - 22:00

Super, merci !
Revenir en haut Aller en bas
Macéo J. Cubbins


avatar

▲ Date d'inscription : 10/07/2016
▲ Messages : 149

MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Mer 9 Nov - 22:38

Welcome à toi Isak, Charlie a déjà tout dit, alors n'hésite surtout pas ;3
Ton personnage promet d'être intéressant, pressée de lire la suite !
Bon courage pour ta rédaction !

_________________
© LILACSKY.
 
« I have spent so much time with this Guy. I have learned a ton and been pushed both musically and in life by Him. I can’t imagine not even being His friend. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Mer 9 Nov - 22:45

Merci Macéo !
Revenir en haut Aller en bas
Emily K. Fitch

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 19/05/2016
▲ Messages : 12

MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Mer 9 Nov - 23:46

WELCOOOOOOOOOOOOOOOOOME

Bon comme d'hab elles ont déjà tout dis dur notre gentillesse, notre folie et notre amour du harcèlement !!!
Bon courage pour ta fiche !!

_________________

Emily Fitch
She's burn while I cried ...
... And I screamed her name
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Mer 9 Nov - 23:48

Merci Emily !
Revenir en haut Aller en bas
Alice Suzuki


avatar

▲ Date d'inscription : 30/09/2016
▲ Messages : 4

MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Jeu 10 Nov - 17:26

WELCOME !!!


Amuse toi bien sur ce forum !!! :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Jeu 10 Nov - 21:33

Merci Alice !
Revenir en haut Aller en bas
Nathan T. McMillan


avatar

▲ Date d'inscription : 19/02/2016
▲ Messages : 95

MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Mar 22 Nov - 23:06

Trop de mignonnerie dans ton personnage wesh, cette bouille à croquer qui donne à peine envie d'en faire une bouchée...

Bienvenue mon mignon *tend les bras pour avoir un câlin tripotage*

_________________
International - Fucker
On était les rois du monde, on a foutu notre merde plus fort et mieux que toutes les générations. Nous étions si beaux ! On est des paumés. Je suis un et j’ai l’intention de le rester autant j’ai envie. Je préfère baiser ma propre mère plutôt que de laisser ces zombzombs ou qui que ce soit me priver de ma liberté.... × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   Jeu 24 Nov - 14:23

^^ Merci Nathan

J'ai bientôt fini, désolée d'avoir été absente, j'ai été surchargée en devoir et exams



EDIT = Afin de ne pas double-poster, voici quelques nouvelles, j'ai dû mettre une pause dans mon histoire parce que... j'ai perdu mon disque dur qui contenait l'histoire en question et j'ai eu du mal à tout écrire à nouveau à cause de mes devoirs et autres. Je m'y remets et essaie de finir au plus vite (étant donné que c'est de la réécriture, je m'excuse si c'est un peu mal écrit ou rapide, mais j'avoue que j'étais un peu découragée de tout devoir recommencer), en m'excusant aussi pour l'attente et l'abus de la durée de ma fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...   

Revenir en haut Aller en bas
 
They say you're not real. I don't believe them. I'm right to do so huh ? Please enlight me...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» real nan cho
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» [Real Madrid] Riki Kaka'
» Real Life Bolter!
» Real Sociedad - Chelsea FC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beacon Falls  :: Fiches de présentation archivées-
Sauter vers: