AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood   Dim 19 Juin - 22:15


James Henry Blackwood

I'm untouchable darkness, a dirty black river to get you through this. In the mouth of madness, down in the darkness


Nom : Blackwood (mais ce n'est pas son vrai nom)
Prénom : James (nom d'emprunt) Henry (son vrai prénom)
Âge : 592 ans, 15 - 16 ans en apparence
Date de naissance : 17 aout 1424
Situation familiale : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel avec le temps
Particularités : Il a une bague ensorcelée
Habitudes : Il se ronge quand il stresse ○ Il allume son ordinateur portable quand il se léve ○ Il a toujours son i-phone constamment sur lui.
Groupe : Vampires
Avatar : Jared S. Gilmore

Anecdotes
Il rêvait d'être chevalier à la cours du roi Henry VI et il s'entrainait durement - Il s'est enfui quand il a su que son père voulait le marier à la fille de sa maitresse. En plus, il trouvait la fille moche ! - Quand il est devenu vampire, il était très cruel et sadique (il a même fait souffrir les enfants qu'il n'aimait pas étant humain) - Il a fini par se lasser des morts sans raison et a commencé à se contenter juste de tuer pour se nourrir, puis à maitriser sa soif (là on dit merci l'amour) - Il n'est plus puceau depuis bien longtemps croyez-moi ! - Il a tenté une fois d'être mousquetaire à l'époque où un certain D'arthagnan avait tenté sa candidature aussi - Il a eu de nombreux amants comme maitresses mais a une préférence pour les jeunes filles d'une quinzaine d'année (il les trouvait si belle et innocente, ce qui n'est plus vraiment le cas maintenant). - Il se sert toujours d'un humain pour le faire passer pour un tuteur et quand il lui pose problème, il n'hésite pas à le tuer - Il a été réellement amoureux deux fois (une fille et un garçon). - Il a horreur de pleurer devant les autres (il se cache pour que personne ne le voit).

Caractère

Sympathique - mystérieux - solitaire - sage - patient - calme - discret - observateur - curieux - rancunier - sadique et cruel par moment (moins qu'avant) - protecteur - loyal - soucieux - courageux - téméraire - optimiste - un peu "fouteur de gueule" - romantique - séducteur (mais pas toujours doué) - créatif - rusé - un peu prétentieux - honnête - franc (il te dira ce qu'il pense, même si ça peut te faire mal à entendre il s'en fout) - diplomate (quand ça peut lui permettre de sauver ses fesses) - profiteur - joueur - jaloux - attentionné - attachant - fier (trop parfois)

acidbrain




Derrière l'écran
Pseudo : Zanzan ou Sybline
Prénom : Sandrine
Âge : 29 ans (bientôt 30)
Pays : Belgique
Code du règlement : Code cookité by Anna
Inventé ou scénario : inventé
Commentaires : j'adore le design ^^
acidbrain


Dernière édition par James H. Blackwood le Mar 21 Juin - 1:33, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood   Dim 19 Juin - 22:15


Histoire







James  Henry Blackwood n’est pas mon véritable nom. C’est juste un nom d’emprunt pour passer inaperçu à cause de tous ces chasseurs de vampires et ces humains qui posèrent trop de questions. Seul Henry est mon prénom de naissance. Je n’arrive pas à m’en séparer. Allez savoir pourquoi ! Je suis né à la fin du moyen âge, dans une famille noble. Mon plus grand rêve depuis que j’étais petit, c’était de venir chevalier mais étant l’unique fils de la famille et dernier né dans une fratrie composée de six filles pour un garçon, je n’avais pas trop la chance de réaliser un jour ce rêve. Pourtant, j’étais motivé. Je m’entrainais tous les jours avec mon professeur d’escrime mais mon père refusait de me voir rejoindre la chevalerie. J’étais son héritier, et donc destiné à tenir le domaine familiale. Il y a des moments, je me maudissais d’être né à la mauvaise époque et je confirme : je suis non seulement né à la mauvaise époque mais dans la mauvaise famille aussi. Je n’ai rien manqué si ce n’était de l’amour de mon père. Ma mère était une femme admirable mais un peu trop effacée face à mon père. Mes sœurs aînées aussi s’effaçaient devant lui. Il dictait ses ordres et nous devions obéir sans donner notre avis. J’étais le seul qui osait lui tenir tête et même si je savais qu’il n’allait pas hésiter à me punir pour mon insolence. Jusqu’à mes quatorze ans, j’étais tranquille niveau prétendantes. Mon père ne m’en parlait pas ou peu. Il s’était d’abord occupé de marier mes sœurs les unes après les autres et je dois reconnaître que ça m’arrangeait qu’il s’occupe plus d’elles de ce côté-là que de moi. Mais le jour de mon quinzième anniversaire, il a déclaré devant tous les invités mes fiançailles avec la fille de la veuve Osborn. Tout le monde savait que c’était sa maîtresse et ma mère ne disait rien. J’étais furieux ce soir-là. Comment avait-il osé me fiancer sans m’en parler ? En plus, elle était moche la fille Osborn. Une vraie truie (je la surnommais ainsi d’ailleurs) ! Mon père ne trouva rien de mieux que de me mettre une claque et m’envoyer dans ma chambre. Ce fut à ce moment précis que je décidais de quitter tout ce petit monde qui me dégoutait de plus en plus. Les gens du peuple étaient à mes yeux plus libres que moi ! J’ai attendu que tout le monde soit endormi pour m’enfuir le plus loin possible de cette famille et de Londres. Bon, j’avais réussi à m’enfuir sans problème mais j’ai dû me cacher un moment encore à Londres. Les nuits étaient bien fraîches et j’avais souvent du mal à dormir. Un soir que je traînais du côté du port, j’ai croisé le chemin d’une jeune fille. Elle était belle et devait avoir environs mon âge, peut-être un an ou deux ans de plus. Je ne me souviens plus trop comment j’ai fini chez elle dans son lit mais je me souviens d’une vive douleur dans le cou et qu’elle m’avait fait boire un truc et puis, le trou noir quand elle me brisa la nuque.



A mon réveil, j’étais nu et mes souvenirs étaient flous. Mais une odeur enivrante attira mon attention. C’était un jeune garçon dont le poignet avait été coupé et je me sentais attiré malgré moi par ce sang qui en coulait. Je n’avais pu m’empêcher de le boire, sans savoir que je venais de me condamner à une vie de damnés. Ma créatrice apparût lorsque j’avais fini de vider le gosse de tout son sang. Elle me révéla son nom, Annabelle, et elle commença mon « éducation » comme elle aimait si bien le dire. Je devenais un vampire tout aussi cruel et sadique qu’elle mais nous restions « bien élevés » quand nous étions en société. J’avais revu mes parents et pour éviter que mon père ne fasse un esclandre, je n’avais pas hésité à le tuer en le vidant de son sang mais quand Annabelle s’en prend à ma mère, je l’arrêtais. Je ne voulais pas sa mort. Je l’avais toujours admirée, même si je la trouvais parfois soumise à père. Je voulais la transformer mais ma créatrice n’était pas de cet avis. Je ne l’écoutais pas et je me contentais juste de faire boire mon sang à mère, lui promettant qu’elle se sentirait plus forte. Puis, je fis comme Annabelle avait fait avec moi. Je brisais la nuque de ma mère mais à contrecœur. Ensuite, je décidais de l’emporter avec nous.  Mère s’était réveillée peu après et je lui avais amené avant le lever du jour un de ces sales nobles pourris gâtés qui prenaient plaisir de se moquer de moi et mes ambitions à devenir chevalier. J’étais devenu de plus en plus cruel et sadique. Je ne faisais rien contre le peuple mais j’avais une certaine haine envers la noblesse malgré que j’en fasse parti.

Nous ne pouvions pas sortir la journée, le soleil étant mortel pour nous. Puis, nous avions entendu parler d’un bijou ensorcelé qui permettait aux vampires. Seuls les sorciers pouvaient en créer un et Annabelle voulait à tout prix en avoir un. Mais seulement pour elle. Ma mère et moi, elle s’en foutait royalement. D’ailleurs, en parlant de ma mère, elle ne pouvait pas s’entendre avec ma créatrice et c’était ce qui allait nous séparer mais j’en reviendrai plus tard. Annabelle n’ayant pas réussi à avoir ce qu’elle voulait, j’étais passé à l’action en jetant mon dévolu sur une petite sorcière de milieu modeste en la charmant. Si vous pouviez voir la tête que faisait tout le temps Anna quand j’étais avec  Vivianne. Cette jeune fille était tellement naïve et fleur bleue que c’était facile de lui jouer les princes charmants avec elle. Elle avait fini par accepter de créer des bijoux ensorcelés pour moi et ma famille. J’avais fait passer Anna pour ma sœur et ça ne lui avait pas plu. « Pense au beau bijou que tu auras et à tout ce que l’on pourra faire une fois que l’on pourra enfin sortir à la lumière du jour ! » lui disais-je pour la calmer. Vivianne donna un médaillon à Anna et à Mère et à moi une chevalière. Une fois que nous avions obtenu ce que nous voulions, je n’avais plus qu’à la tuer. J’étais très cruel et sadique durant de longues années. Cela ne plaisait pas trop à ma mère qui essayait de me faire revenir sur le droit. Pendant des décennies, c’était comme ça. Je faisais couler le sang et elle essayait de me sauver. J’ai fini par m’en lasser et laisser seule Annabelle à s’amuser toute seule à faire couler le sang d’innocent. Je me contentais de tuer juste pour me nourrir mais j’avais encore du mal à maitriser ma soif contrairement à ma mère. Nous avions quitté donc Annabelle pour vivre notre propre vie, une vie paisible et tranquille en essayant de faire le moins de victime.



Au 17 siècles, nous étions arrivés à Paris. Ma mère se faisait passer pour une française après avoir réussi à adopter leur accent, j’avais plus de mal à parler français sans mon accent anglais. Du coup, je me faisais passer pour un anglo-français. Ça me semblait plus facile pour entrer ainsi dans les mousquetaires. Oui, après le monde des chevaliers, voilà le monde des mousquetaires qui m’intéressaient. Si l’on réfléchit bien, il n’y avait pas vraiment de différence, du moins à mes yeux. Ils étaient au service du roi et protéger autant le roi que la population. C’étaient en quelque sorte les chevaliers du 17éme siècles. Ma mère m’encourageait à les rejoindre mais il y avait un petit hic : mon apparence d’éternel adolescent. Je craignais ne pas être pris à cause de ça et c’est ce que fut arrivé. « Reviens quand t’auras pris de l’âge mon garçon ! » m’avait-t-on dit. Mais avec les encouragements de ma mère, ça m’a remotivait et le lendemain, je suis revenu, déterminé à prouver que je pouvais être un mousquetaire malgré mon « jeune âge ». J’avais provoqué un jeune qui avait été pris et nous nous étions battus en duel. Tout le monde avait fini par venir voir et au bout d’un moment, un homme, environs dans la quarantaine, était arrivé en hurlant. C’était Mr de Tréville, le capitaine des mousquetaires.  Je fus convoqué et sermonné évidemment. « Tu n’as pas été accepté ! Pourquoi reviens-tu ? » m’avait-il demandé. « Parce que vous vous êtes arrêtés sur mon âge avant de voir de quoi j’étais capable ! ». Là-dessus, il ne pouvait pas le nier. Il reconnut même que j’étais assez bien doué pour mon « âge » et finalement, mon culot fut récompensé. Je fus pris. J’étais un cadet et très heureux de l’être. Mère était fière de moi. Je m’étais même quelques amis, ce qui ne m’était pratiquement jamais arrivé. J’étais déjà un garçon solitaire depuis ma plus tendre enfance. J’avais sympathisé avec D’Arthagnan qui avait également postulé pour entrer dans les mousquetaires. Tout se passait bien pendant plusieurs mois jusqu’à ce qu’un ami mousquetaire vint me prévenir qu’un incendie s’était déclaré chez moi. Ni une ni deux, je courus jusqu’à ma maison où se trouvait normalement ma mère mais je découvris avec horreur que les lieux étaient effectivement en feu. Je criais après ma mère mais je ne l’entendis pas. Était-il trop tard pour elle ? Les flammes avaient tout ravagé mais on avait rapidement retrouvé les coupables. Des chasseurs de vampires ! Nous n’avions embêté personne, ni fait le moindre mal. Nous nous étions conduits comme des personnes civilisées malgré notre nature et ils nous avaient tout de même attaqués ! Si je ne m’étais pas retenu, j’aurais sauté au cou de ces deux chasseurs  et je les aurais vidés de leur sang. Ils furent condamnés mais l’un d’eux n’a pas pu se taire et a révélé mon secret. Heureusement pour moi, personne ne l’avait pris au sérieux. Je ne suis pas resté. J’ai prétexté qu’un oncle paternel m’avait invité à passer quelques temps chez lui pour me remettre de mon deuil.



Je suis en fait parti en Italie. Là-bas, j’avais une vie un peu débridée. Je tentais de draguer et j’avoue que je me prenais des râteaux mais je finissais toujours la nuit dans les bras d’une belle jeune fille pure et innocente ou d’un beau garçon. Quoi ? Cela vous choque ? Ne vous fiez pas aux apparences ! J’ai peut-être l’air d’un adolescent de quinze ans, je suis un adulte à l’intérieur. Bon, un adulte un peu gamin parfois mais je suis bien plus mature que ces jeunes d’aujourd’hui. Ma vie à présent ? J’allais me rendre dans la ville de Mystic Falls quand j’ai entendu parler de ce qui s’était passé et curieusement, je me suis senti attiré par une petite ville en Californie ; Beacon Hills. Charmante ville et waouh, quel hasard ! Il y a des vampires (bah rien de nouveau pour moi), des loups-garous (ils m’ont plutôt l’air différents ceux-là), des sorciers mais la nouveauté, c’est qu’il y a des druides (c’est des sorciers ou pas ?) et d’autres créatures surnaturelles. J’ai croisé à mon arrivée une créature aux yeux blancs qui voulait me bouffer le cerveau. Je lui ai aussitôt brisé la nuque. J’étais bien tranquille après. Je ne sais pas pourquoi mais je sens que je vais me plaire ici. Peut-être que je pourrai enfin jouer les héros sans avoir ces maudits chasseurs de vampires.

acidbrain


Dernière édition par James H. Blackwood le Mar 21 Juin - 1:29, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Effy Stonem

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 30/01/2016
▲ Messages : 40
Age du joueur : 25

MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood   Dim 19 Juin - 22:16

First !!!

WELLCOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOME

_________________

Effy Hale
CALL 911 NOOOW
No one broke my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood   Dim 19 Juin - 22:17

merci miss ^^
Revenir en haut Aller en bas
Nolan J. Evans

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 14/04/2016
▲ Messages : 30

MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood   Dim 19 Juin - 22:31

Bienvenue à toi avec cette petite bouille trognonne.

Bon courage pour l'écriture de ta fiche, hâte d'en savoir plus. ;3

_________________

When it all falls, when it all falls down.
I'll be your fire when the lights go out. When there's no one, no one else around. We'll be two souls in a ghosttown. When it all falls, when it all falls down. I'll be your fire when the lights go out.
by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood   Dim 19 Juin - 22:32

Merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Freddie D. Sainclair

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 16/05/2016
▲ Messages : 18

MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood   Lun 20 Juin - 1:24

Encore une fois bienvenue à toi sur le forum !
Très bon choix de feat et ton début de fiche est très intéressant, pressée de lire la suite !!

Bon courage pour ta rédaction et n'hésite pas si tu as des questions ;)

_________________
I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for.
.  ..  ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood   Mar 21 Juin - 1:34

Merci ^^ j'ai fini ma fiche je pense ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood   Mer 22 Juin - 2:55


Congrat’s
T’es validé !



Tu rejoins nos rangs !

Bienvenu à toi sur le forum !

Je t'annonce officiellement que ta fiche est VALIDÉE

Cependant il te reste quelques petites choses à faire avant de te lancer dans l'aventure :

★ N'oublis surtout pas de recenser ton avatar pour ne pas qu'il te soit piqué !
★ Tu dois aussi créer ta fiche de lien et de rp afin que les autres joueurs puissent te faire des demandes. N'oublis pas de recenser toutes tes fiches une fois cette étape terminée
★ On a tous besoin d'un endroit ou vivre et qu'on veut pas tous être sdf alors n'hésite pas à faire une demande de logement
★ Tu as déjà un compte parmi nous et le message du début t'ennuie car tu le connais déjà ... N'oublis de recenser ton multicompte
★ N'hésite pas à skyper ton staff pour tout contact en cas de problème


Le petit mot de l’admin Hey ! Bienvenue officiellement parmi nous. C'est une bonne fiche, l'histoire tient la route, il m'a manqué des détails que j'aurais aimé connaître mais je pense que ma curiosité sera comblé par quelques uns de tes RPs. ;3 Sur ce bon jeu parmi nous et à très vite !

code (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il ne faut jamais se fier aux apparences - James H. Blackwood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HOPKINS, ABEL ▬ Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine.
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
» Il ne faut jamais perdre espoir, rien n'est impossible. [PV MAYA]
» SCC ; Ne jamais sous estimer son adversaire |pv. Cha & Norim
» Il ne faut jamais prendre le métro [Terminer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beacon Falls  :: Fiches de présentation archivées-
Sauter vers: