AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alaska - I hate mysteries. They bug me. They need to be solved.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alaska E. Williams


avatar

▲ Date d'inscription : 02/06/2016
▲ Messages : 14

MessageSujet: Alaska - I hate mysteries. They bug me. They need to be solved.   Jeu 2 Juin - 11:46


Alaska Evana Williams

I'm untouchable darkness, a dirty black river to get you through this. In the mouth of madness, down in the darkness


Nom : Williams
Prénom : Alaska Evana
Âge : 27 ans
Métier : Informaticienne
Situation familiale : Comment dire que lui il est si... Puis il est tellement sexy... Enfin il faut dire aussi qu'on ne peut être plus ... *in love sigh*
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Particularités : Je suis une It Girl moi voyons !
Habitudes : Geeker ○ Essayer de faire du sport ○ Parler sans réfléchir
Groupe : Humain
Avatar : Emily Bett Rickards

Anecdotes

Quand Alaska était petite, elle n’aimait pas son prénom. Pourtant il n’est pas si mal. C’est ce qu’elle a fini par se dire quand son cousin est venu au monde et qu’elle a appris son prénom. Elle s’en sortait finalement plutôt bien. Le pauvre.

Elle a une collection de peluches secrète, elle les accumule depuis son plus jeune âge, gardant surtout celle auxquelles elle est vraiment attachée. Presque toutes quoi… Lorsqu’elle sentait que sa mère menaçait de leur faire du mal (donc de les jeter au feu ou à la poubelle), elle les cachait et mentait en disant qu’elle les avait jeté elle-même. De suite, elle donnait l’impression de grandir plus vite, mais Alaska est une éternelle enfant… Aujourd’hui encore, dès qu’elle n’a pas le moral ou se sent un peu seule, elle se jette dedans et fait un bain de câlins fluffy.

Elle rougit hyper facilement et se tortille une mèche de cheveu ou encore joue avec ses lunettes quand elle est gênée.

Elle ne réfléchit jamais avant de parler, ce qui la met très souvent dans tes situations plus que cocasses. Néanmoins, elle tente toujours de se rattraper de sa manière un peu empotée. Bon, malgré ça, elle arrive quand même à garder des secrets… Elle sait être là pour ceux qui ont besoin d’elle !

Elle aime faire comme si elle savait parler français, mais elle a un accent tellement fort que ça la tourne très rapidement au ridicule. Mais elle s’en moque, elle aime ça.

Elle est accroc aux post-its. Mais genre beaucoup trop. Elle en a parfois en triple ou quadruple qui indiquent la même chose… De toutes les couleurs. Sur ses murs, son PC, son frigo, son portable, son chat… Partout… Une vraie invasion…

Elle a réussi à sortir en tête du MIT. Elle n’est peut-être pas la plus maligne qu’il soit, il n’empêche qu’elle n’est pas bête. Elle a enchaîné de bons jobs dans des coins plutôt sympathiques des Etats-Unis. Enfermée dans un bureau, toujours derrière un écran. Mais ça lui plaisait. Bref, elle a par contre décidé de l’enlever de son CV pour se trouver quelque chose à Beacon Hills de peur qu’on ne trouve suspect qu’elle cherche plus modeste, apparemment le fait qu’elle veuille se rapprocher de sa famille ne suffisait pas. Mais c’est ce qu’elle voulait, trouver un job plus calme pour avoir du temps afin de mieux s’affairer à son passe-temps favori… Impliquant les êtres surnaturels…

Caractère

Alaska est assise dans une salle d’attente, face à elle quatre types en costard portant, eux aussi, des lunettes de vue. Bonjour le cliché. Elle tente un petit sourire vers les autres candidats, sa remarque un peu plus tôt n’a pas engendré une conversation comme elle l’espérait, un sourire peut-être… Non ? Bon… Tant pis…
Voilà que son talon recommençait à taper nerveusement contre le parquet sombre, faisant lever les yeux au ciel et pousser un soupir à un autre des candidats. Alaska pinça ses lèvres en lui jetant un regard noir, allant pour lui tirer la langue pile au moment où la porte, qu’elle n’avait cessé de regarder depuis maintenant une heure, s’ouvrait enfin, l’obligeant à ranger sa langue.
« Mademoiselle Williams ? »
Alaska leva la main avec un grand sourire, en réponse, l’homme qui venait de l’appeler arqua un sourcil avant de rebrousser chemin :
« Veuillez me suivre, je vous prie. »
Elle se pressa, manquant de se tordre la cheville en se précipitant, ses chevilles peu habituées aux talons aiguilles… Il lui indiqua une chaise sans prendre la peine de lui jeter un coup d’œil avant d’aller rejoindre ses collègues. Alaska chuchota des remerciements avant de s’asseoir sur la chaise, ne sachant trop si elle devait croiser ou non les jambes, son dossier serré dans ses paumes, avant de se décider à le poser sur ses genoux. En face d’elle, quatre hommes qui n’avaient pas l’air plus sympathiques que ceux qu’elle avait eus en face d’elle dans la salle d’attente. Elle se racla la gorge avec difficulté, ils ne parlaient pas alors elle osa un :
« Bonjou-… »
« Mademoiselle Williams. Comme vous le savez, cet entretien se déroule en plusieurs étapes. Si vous passez celle-ci alors vous aurez le second entretien dans l’après-midi, entendu ? »
« Oui monsieur ! » Ajouta-t-elle avec peut-être trop d’enthousiasme vu le regard de biais qu’il lui jeta par-dessus ses lunettes en demi-lunes… Elle se pinça les lèvres et patienta quelques secondes avant que les questions ne tombent…
« Décrivez votre caractère en une phrase. »
Erreur, ce n’était pas une question, mais bel et bien, un ordre… Alaska inspira longuement sans trop réfléchir avant de pondre une phrase… un peu longue… Ils avaient qu’à préciser aussi…
« Je suis une personne très positive et optimiste, je mets toujours un point d’honneur à avoir le sourire et le transmettre aux autres parce que c’est pour moi primordial dans la vie, on ne peut pas bien travailler, ou même vivre d’ailleurs, sans un sourire et un peu de gaieté, c’est pour ça que je fais toujours en sorte de voir le bon côté des choses et des personnes pour mener au mieux mes projets et mes relations, attention, je sais aussi distinguer des situations ou relations trop complexes ou vouées à l’échec, mais je cherche toujours à tourner cela d’une meilleure manière pour les rendre favorables et efficaces, et lorsque ça ne marche pas, bin, alors j’arrête, mais faut vraiment que je sois découragée pour cela, ce qui arrive rarement, très rarement. Euh… Point ? »
Ajouta-t-elle avec une petite hésitation suite au blanc que sa phrase peut-être un peu trop détaillée laissa. Ils prirent quelques notes alors que l’un des hommes pouffa, la faisant déglutir avec difficulté d’autant plus lorsqu’elle remarqua le haussement de sourcil du second. Ce fut d’ailleurs celui-ci qui reprit :
« D’accord… Comment vous décriraient vos proches ? »
Aoutch… Tricky question… Qui eut d’ailleurs l’art de faire lever les yeux à Alaska, comme si la réponse allait être écrite au plafond, elle réfléchit un instant avant de lâcher en rabaissant les yeux vers les quatre impatients qui la fixaient de nouveau :
« Mes proches… Euh… Mon plus proche de proche à l’heure actuel, mon petit ami si vous voulez tout savoir… » Elle eut un petit sourire heureux avant de reprendre sans le quitter : « Il me décrirait de… » Elle réfléchit un instant et eut un petit rire avant de poursuivre : « Non, vous ne voulez pas savoir comment il me décrirait, mais s’il est avec moi alors que c’est un Dieu et je parle pas qu’en termes de physi-… Hum, bref, nous sommes ensemble depuis cinq ans onze moi et vingt-deux jours. » Oui, elle savait même ça… « Donc ça prouve que je suis quelqu’un qui arrive à être suffisamment stable dans ma vie, mais surtout facile à vivre, je pense. En toute honnêteté, je pense qu’il vous dirait que je cherche à aider, à me rendre utile, à résoudre les problèmes pour rendre la vie de tous plus facile… » Elle eut un nouveau sourire, plus petit et plus doux cette fois en se remémorant la première fois qu’il était venu vers elle et qu’elle avait cru halluciner quand il s’était adressé à elle, ELLE QUOI ! « Humhum. Pour ce qui est de ma famille, ils me décriraient sûrement comme une jeune femme pleine de vitalité et de joie de vivre, j’ai toujours un sourire au visage, il suffit de voir les photos de nos réunions de famille pour en être convaincu… Pour ce qui est de ma mère, elle m’a souvent dit ne pas être assez féminine et parfois même trop impliquée dans mon travail. Je suis féminine ! » Dit-elle en levant un doigt pour montrer ses talons et son make-up qu’elle avait galéré comme jamais pour bien faire en suivant l’un de ces fichus tutos YouTube. « Disons plutôt qu’elle n’a jamais compris pourquoi j’étais si décidée à faire de l’informatique mon métier, elle est un peu cliché et considère que c’est un métier d’homme. Je suis là pour lui prouver le contraire… » Si avec ça ils ne la prenaient pas… Elle espérait tout de même qu’il n’y ait pas d’autres candidates avec un ‘e’… Sinon elle allait avoir des difficultés…
L’homme qui l’avait faite rentrer dans la pièce se racla la gorge avant d’enchaîner avec une nouvelle question ou plutôt un nouvel ordre, et une petite remarque, Alaska se retenant de se facepalmer la gueule tant elle avait déblatéré pour pas grand-chose…
« Certes… Maintenant si vous voulez bien nous donner vos trois principaux défauts. »
Elle aurait dû réfléchir, mais Alaska a toujours été ainsi, à laisser ses paroles fuser sans avoir le temps de réagir. Disons que c’est sa manière de cacher ses sentiments ou d’évacuer sa tension… C’est pas la meilleure des solutions, mais on ne la changera pas là-dessus… C’est trop tard maintenant. Elle a toujours été maladroite, que ce soit en paroles ou en actes d’ailleurs… Disons que c’est ce qui lui donne du charme à défaut d’être un emblème de beauté…
« Haha, trois ? » Par exemple, elle aurait pu s’abstenir de ce soulagement, elle sait être pleine de défauts, mais elle les aime ses défauts… « Alors, alors… Je pense que vous l’avez deviné, je suis une grande bavarde, je ne suis pas du genre à garder ma langue dans ma poche, mais au moins, ainsi, je n’hésite pas à dire lorsque j’ai une question, une remarque ou un problème, j’en parle de suite et explique la chose dans les détails afin d’avoir au mieux une réponse ou réaction adéquate. » Oui, elle parle beaucoup, elle l’a toujours fait, mais attention, elle sait rester secrète, surtout lorsqu’elle sait que ce qu’elle peut dévoiler peut blesser ou autre. Elle n’est pas mauvaise, mais elle est aussi douée pour savoir des choses que ce soit sur un fait ou une personne, mieux vaut donc ne pas trop la pousser à bout ou encore ses proches. Elle sait se venger de la plus rigolote des manières… Pour elle. « Je suis un peu têtue. Lorsque j’ai une idée en tête, disons qu’il est un peu complexe de m’en défaire… Au moins, vous pouvez être sûrs que face à un problème, je chercherais par tous les moyens que j’ai en main de le résoudre, et quand je suis impliquée dans quelque chose, j’en vais jusqu’à perdre la notion du temps… » Puis elle reprit en se tapotant le menton, comme si ce geste allait l’aider à réfléchir, elle faisait plutôt le tri dans ses défauts pour effrayer le moins possible, oui… : « Et sinon… En troisième défaut… Rêveuse. Bien que je puisse parfois être un vrai moulin à paroles, je sais aussi très bien me perdre dans mes pensées, voire même me parler toute seule pour résoudre un problème. Au moins, avec mon crâne qui ne manque pas d’imagination, je ne manque pas de solutions ou de plans à mettre en œuvre ! » Finit-elle avec un large sourire, avec elle, c’est sûr qu’on arrive souvent au plan M ou même T… Tous ne sont pas forcément plausibles, mais elle cherche, elle n’a jamais dit être tout le temps réaliste…
« Bien. Et maintenant de même pour les qualités, je vous prie… Vous n’êtes pas obligé de trop vous y attarder… » La coupa-t-il avec un sourire amusé. Au moins, il avait l’air amusé, même si Alaska rougit légèrement. Ça c’était beaucoup lui demander, il ne se rendait pas compte de l’effort qu’elle allait devoir fournir…
« Trois qualités sans trop de détails… D’accord ! Alors… » Ce fut, de suite, un peu plus complexe, la faisant fouiller dans son cerveau quelques secondes alors qu’elle énumérait en comptant sur ses doigts pour ne pas se perdre… ou s’arrêter à deux… « Je suis une personne instinctive ! Je me fis beaucoup à mon instinct que ce soit dans mon travail, dans mon quotidien ou encore dans mes relations. Si je sens que quelque chose cloche et bien je ne ferai pas confiance à tel projet ou telle personne. Si le contraire a lieu, alors je m’y impliquerai, pour ce qui est des relations, lorsque la confiance est là, alors je suis loyale… Euh… » Elle faillit se frapper le crâne. Le monsieur avait dit pas trop de détails… Elle redressa ses lunettes sur son nez avant de reprendre en inspirant longuement : « Je sais détendre l’atmosphère en cas de tension ou de situation de crise, mieux vaut faire passer les choses dans une bonne ambiance et donc aller plus vite que lorsque le stress s’y immisce. » Fiou, GG, elle avait réussi pour ce point ! Maintenant, un dernier… « Et finalement… Je dirai que je suis une personne juste. Je sais différencier le bien du mal, les bonnes personnes des mauvaises et agir en conséquence. J’en ai suffisamment croisé dans ma vie ou celle de mes proches pour savoir ne plus me faire avoir à ce jour. » Finit-elle avec un sourire doux et sincère.
Ils prirent, de nouveau, quelques notes avant de la remercier d’un sourire :
« Très bien mademoiselle Williams, nous allons délibérer, veuillez attendre dans la salle d’attente, nous reviendrons vers vous dans quelques minutes si le second entretien a lieu d’être. Merci. »
« Merci à vous… »
Dit-elle en se relevant malgré la tension de ne pas encore savoir. Elle s’assit à sa place sous les regards des autres candidats, ne pipant mots vu qu’ils n’avaient pas voulu lui parler ou être sympathiques avec elle. Ils pouvaient toujours se brosser pour qu’elle lâche la moindre information. Eux, c’étaient des pas gentils. A peine assise, son pied se remit à mouvoir aux aléas de son stress, jusqu’à ce que la porte ne s’ouvre de nouveau et lui tende un papier :
« Vous devrez vous rendre au bureau C356 à l’étage cette après-midi à 14h30. Bonne journée à vous. »
Il n’avait pas l’air si fier du verdict rendu, mais Alaska ne se gêna pas pour afficher un large sourire et sautiller avec son papier pour sortir de la salle et aller se préparer pour la suite.

acidbrain




Derrière l'écran
Pseudo : Toujours le même
Prénom : ça n'a pas changé non plus
Âge : Toujours pas changé ! Fiou !
Pays : Au pays de la baguette
Code du règlement : Auto-validation Motherfuckers !
Inventé ou scénario : Inventé dans ma tête de schyzo
Commentaires : Je vous aime les gens
acidbrain


Dernière édition par Alaska E. Williams le Mer 23 Nov - 23:41, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaska E. Williams


avatar

▲ Date d'inscription : 02/06/2016
▲ Messages : 14

MessageSujet: Re: Alaska - I hate mysteries. They bug me. They need to be solved.   Jeu 2 Juin - 11:46


Histoire




« Et mer…credi… » Sifflait-elle en finissant son donut et son café, filant dans le bâtiment, ses talons malmenant ses petits petons bien comme il faut. Voilà qu’elle allait être en retard, elle avait passé trop de temps à se perdre dans l’album de son téléphone, à le regarder lui, avec elle, ses sourires qu’il lui accordait et qui la faisaient rayonner comme jamais. Elle avait voulu l’appeler mais s’en était abstenue avec grande difficulté, le sachant en déplacement… Et à forcer de rêver d’eux, elle en avait perdu la notion de temps, d’où son rush pour ne pas être en retard à son deuxième entretien… Elle dérapa devant la salle, jetant telle une pro de basket ses déchets en direction d’une poubelle. « Goal ! » Souffla-t-elle fière en rangeant l’une de ses mèches rebelles.
« Mademoiselle Williams ? » Elle se retourna pour voir la porte ouverte sur un autre homme en costard cravate, quelque peu vieux croûton à l’œil lubrique vu qu’il la détailla de haut en bas. Quoi ? Il n’avait jamais vu une fille postuler à ce type d’emploi ou quoi ? « C’est à vous… » Ajouta-t-il avec un sourire en coin, auquel elle tenta de répondre, le suivant jusqu’à ce qu’il l’arrête, faisant un petit geste du doigt, indiquant la commissure de ses lèvres : « Vous avez quelque chose… »
Elle s’écarta pour essuyer ses lèvres aromatisées au sucre de son dessert : « Oopsy… » Rigola-t-elle avant de se checker rapidement et d’entrer dans la deuxième salle d’interrogatoire. Elle ne se fit pas prier pour rejoindre son siège, toujours cette chaise simple sans bureau histoire de mettre d’autant plus mal à l’aise le candidat, ce-même siège toujours face à deux tables derrière lesquelles fixent sans aucune gêne apparente les bourreaux de la pauvre brebis qui était enfin assise et installée, son dossier déposé sur ses genoux, bien qu’elle doute de plus en plus de son utilité, pas de jambes croisées, le vieux n’en aurait été que trop heureux. Encore ce fichu silence gênant que la jeune femme se décida à nouveau de briser :
« Bonjour et euh… re-bonjour. » Sourit-elle en reconnaissant le gentil flic du précédent entretien. Les trois autres lui étant inconnus, ce qui était peut-être pas plus mal, elle ferait attention, cette fois à ne pas trop blablater comme elle a l’habitude de faire. Du moins, elle essaierait un peu plus cette fois.
« Mademoiselle Williams… » Voilà qu’encore une fois elle devrait se passer de salutations… Elle est belle la politesse… «  Vous semblez avoir marquée lors de l’entretien de ce matin… » Elle jeta un coup d’œil au gentil flic qui lui adressa un sourire, elle alla pour y répondre, mais se ravisa lorsque son voisin, bien moins souriant, reprit : « …d’où votre présence ici. » Elle opina, ne comprenant pas trop le silence qui suivit, regardant certains qui fouillaient dans leurs papiers, sûrement à la recherche de son Curriculum Vitae. Et ça vient préparé en plus… Elle ne savait pas trop si elle devait parler ou non et tenta malgré tout quelque chose :
« Merci de m’avoir ret-… » Ah bah non, elle n’était apparemment pas supposée l’ouvrir vu que le même bonhomme aux cheveux poivre et sel reprit la parole sans même prêter la moindre attention à la jeune fille. Quoi ? Il ne voulait même pas lui donner une chance ? Encore un drôle de coco… Il ne lui restait plus qu’à le convaincre comme il se doit… Elle resta là la bouche ouverte sa phrase se stoppant à la question « Commençons, voulez-vous ? Bien. » Elle n’avait pas dit oui, mais apparemment cette question tirait plus de la rhétorique qu’autre chose. « Vous êtes apparemment originaire de Beacon Hills. Bien. » Oui, bon, jusque-là pas de questions, mais Alaska allait quand même pour l’ouvrir avant de s’arrêter à nouveau en mode poisson lorsqu’il poursuivit, sans même lui adresser un regard, les yeux rivés sur ses papiers : « Parlez-nous de vous si vous le voulez bien, de vos années ici, du moins jusqu’à la fin de votre secondaire. » Toujours pas de questions et Alaska hésita le fixant en gardant le silence, préférant ne pas être coupée à nouveau. L’homme releva les yeux vers elle, un sourcil arqué : « Et bien ? » AH ! Enfin une question ! La jeune femme sourit, heureuse d’avoir enfin le droit à la parole. Deux minutes à ouvrir les lèvres sans rien pouvoir laisser sortir, c’était déjà trop pour elle, et le moulin à paroles se remit en marche l’air de rien, enjouée de parler de son enfance et adolescence ici, à Beacon.
« Comme vous l’avez dit, j’ai grandi ici, on avait une jolie petite maison dans un quartier plus que sympa à l’extérieur du centre, c’était super et en plus mon voisin avait un corgi trop mignons et je vous passe le nombre d’aventures qu’on a vécues ensemble ! » Premier soupir de l’interrogateur, mais elle n’y prêta pas attention, déjà partie bien loin dans ses souvenirs, une moue s’affichant sur son visage quand elle reprit : « Faut dire aussi que mon père s’était barré quand j’étais petite, et maman se tuait à la tâche pour m’offrir une vie digne de ce nom, c’est plus que sûr que je tiens ma détermination et mon acharnement d’elle, et pas de lui, si vous voyez ce que je veux dire. » Finit-elle avec un petit claquement de langue en regardant les costumes qui étaient alignés face à elle. « Mais grâce à elle, j’ai pu suivre ma scolarité à Beacon, je n’ai jamais manqué de rien et elle m’a d’autant plus donné envie de m’investir dans mes études. Faut dire qu’avec mon caractère un poil décalé, je n’attirais pas vraiment les autres gosses. Fausses amitiés sur fausses amitiés, je ne dirais pas que j’en ai bavé, j’ai fini par comprendre, que nous n’étions pas faits pour nous entendre les uns les autres, eux préféraient jouer au ballon et à la poupée, moi j’étais déjà penchée sur des bouquins et me faisait gronder lorsque je faisais mes petites expériences. » Un sourire nostalgique prit possession de ses lèvres en repensant aux fois où elle s’était enfermé dans la salle d’art plastique pour dépecer divers outils et objets et créer une petite horloge, retapant l’une des poupées de ses camarades pour l’améliorer. Ça n’avait pas été apprécié. Sauf par sa mère, fière qu’elle arrive à faire ça de ses petites mains, la rouspétant seulement devant les professeurs pour avoir une image de mère responsable. « Mes professeurs ont toujours cherché à m’arrêter, pas un n’a cru en mon potentiel, je sais même que dans mes carnets de liaisons, certains indiqués que je ne ferai rien de ma vie si je continuais de rêver et divaguer de la sorte. Mais avec mon parcours, je pense que j’ai de quoi retourner les voir avec un sourire marqué. » Ce n’était pas trop le genre d’Alaska de se venger, mais elle se souvenait avoir été frustrée de s’être autant fait reprendre alors que tout ce qu’elle voulait c’était créer, retaper et bidouiller. Pas jouer et faire du sport. Elle était une quiche en sport. Alors pourquoi se faire du mal ?!
« Ah je vous comprends, j’étais pareil. » Grand échange de sourire avec le gentil flic qui s’attira des regards plutôt froids de ses collègues, hormis le lubrique, lui s’était apparemment lancer à compter le nombre de boutons présents sur le chemisier d’Alaska. Mais elle n’y prêta pas attention, regardant le gentil flic avant d’ajouter : « C’est sacrément frustrant hein ? » Il opina de plus belle, avant d’être repris par l’un de ses collègues qui toussota un peu trop sèchement pour que cela paraisse réaliste. « Certes… » Reprit le premier homme à cravate pourpre et trop serrée, bien décidé à faire un peu plus avancer cet entretien. « Autre chose peut-être ? » Il regretta bien vite d’avoir insisté sur la chose, Alaska le devina sans grande difficulté en croisant son regard, et pourtant, elle n’est pas la plus douée pour cela. Elle tenta alors de faire un peu plus court en poursuivant : « Ma scolarité a été similaire jusqu’à la fin du lycée. J’ai toujours tout fait pour ramener de bons résultats à ma mère, elle était si fière que j’arrive là où elle n’avait pas réussi, et j’étais heureuse de lui montrer que je parvenais à étudier et appliquer ce que j’apprenais sans qu’elle n’ait à m’aider. Oui, j’étais très autonome, très rapidement. Très extravertie et hyperactive, je n’arrivais jamais à suffisamment m’occuper, c’est d’ailleurs de là que m’est venue ma mauvaise manie de me ronger les ongles, ou plutôt d’essayer, je sais pas mes dents ne doivent pas être assez aiguisée… Sinon, c’est aussi lors de mes années lycée que je me suis véritablement plongée dans ce monde merveilleux qu’est celui de l’informatique, c’était tout simplement impossible de m’en sortir, j’ai plongé en triple salto, c’est imagé hein, dedans et je ne suis pas prête de m’en sortir. Il y a tant à faire avec, tant à apprendre, à perfectionner et modifier alors pourquoi arrêter maintenant ? C’est comme ça que je me suis décidée à dédier mes études dans ce domaine. » Elle finit sa phrase dans un large sourire, se souvenant encore s’être perdue dans les brochures de nombreuses écoles d’informatiques, rêvant d’obtenir une bourse pour le faire et poursuivre son rêve.
« C’est cela oui. Mais vous n’avez pas suivi votre cursus universitaire ici il me semble, alors ? » Pourtant, ces informations étaient sur son CV… Mais la jeune femme sourit, heureuse de pouvoir partager à ce sujet. Oui, elle avait aimé ça, quitter la ville pour entrer dans de grandes écoles, elle avait aimé ça, rencontrer du monde à l’extérieur. Mais elle avait aussi beaucoup aimé revenir ici après tout ce temps. «  En effet, j’ai reçu une bourse pour entrer au MIT, mes meilleures années, j’y ai tant appris. J’ai donc quitté la ville, certes c’était triste de quitter ma mère, je ne vous raconte même pas à quel point elle s’est montrée possessive et protective à cette époque, elle était tellement mignonne ! Elle n’a pas arrêté de me répéter encore et encore de bien me nourrir, de faire attention aux garçons, de pas trop me tuer à la tâche, de donner des nouvelles et autres joyeusetés. Bon certes, j’ai fait tout le contraire, sauf pour ce qui est de lui donner des nouvelles, j’ai toujours mis un point d’honneur à ne jamais l’inquiéter. Bien me nourrir par contre, vu la charge de travail et mon investissement pour être en tête, c’était difficile de jouer au chef français en parallèle… Je vous passe les détails sur les garçons, au moins, j’ai réussi à croiser la route du meilleur et lui, je compte bien le garder avec moi ! » Ajouta-t-elle avec détermination, serrant le poing en se re-re-re-re-refaisant la promesse à elle-même. Son Jesse, il est à elle, on n’y touche pas, sauf elle, on ne lui vole pas, sinon ça va barder. Elle a beau ne pas être douée en sport, elle est prête à sortir les griffes et aiguiser un peu plus ses dents pour le garder pour elle seule. Elle se reperdait dans ses pensées, pensant à lui, à leur rencontre, et à son air de ridicule ahurie qu’elle avait été à l’époque. Air qui lui arrive encore aujourd’hui de revêtir lorsqu’elle se rend compte qu’un homme tel que lui, c’est-à-dire tout droit sortis du Valhalla, reste avec une fille aussi banale et intenable et pas douée qu’elle. Finalement elle doit être un peu sorcière qui sait…
« Et au sujet de vos études mademoiselle… » Insista l’homme qui avait joins ses mains sur la table, frappant sa paume d’un pouce, cherchant à exprimer en quelques sortes son impatience. « Ah oui ! » Elle se retint de se facepalmer le front, essayant de se remettre dans l’ambiance entretien d’embauche et d’arrêter de trop s’éterniser sur sa vie privée. « J’étais donc très investie, travaillais beaucoup en dehors des classes, après tout, c’est comme ça qu’on apprend le mieux non ? En pratiquant et en cherchant à aller plus loin que la théorie transmise, non ? » Son allié à costard opina de même que le lubrique, au moins, ils étaient deux de son côté, le coincé du derrière n’esquissa pas, se contentant de la fixer en attendant la suite, continuant inlassablement de martyriser son pauvre pouce contre sa peau. Décidément, il était loin d’être commode ce bonhomme. Alaska en vint même à espérer qu’elle n’aurait pas trop à le côtoyer si elle parvenait à se faire embaucher ici… « Bref… Quoiqu’il en soit, c’est comme ça que j’ai rencontré ma très chère partenaire et meilleure amie, même si j’ai longtemps été contre ce concept, Skye ! » Aaah Skye, elle n’était pas prête de passer à côté d’elle non plus, à qui penser d’autre lorsqu’il s’agissait du MIT ? Elles en avaient fait tellement des belles toutes les deux… « Je pense qu’on a bien plus appris ensemble que chacune de notre côté, il n’y avait pas vraiment de compétition entre nous deux, juste une sacrée ambition à gravir les échelons, percer les codes et découvrir un peu plus le monde informatique. C’est avec elle que j’ai fait mes premiers hac-… » Elle toussota, se reprenant de justesse, peut-être n’était-ce pas le meilleurs endroit pour se vanter de ces petits hacks que les deux étudiantes avaient eu l’occasion de performer dans leur studio d’étudiantes… « … Activités pratiques… Et c’était très constructif, c’est d’ailleurs comme ça que nous avons chacune finit par nous dénicher de supers stages en parallèle à une de nos années au MIT. J’ai tiré autant que possible de ces stages, j’en ai effectué plusieurs, adorant être sur le terrain et vraiment pouvoir mettre en pratique tout le savoir que mon cerveau s’était amusé à accumuler au fil des années. » Elle avait aussi sacrément aimé ses activités extrascolaires avec Jesse… Mais ce qu’elle avait le plus aimé, c’est qu’il la laisse poursuivre dans cette voie, sans la limiter ni rien, même si parfois, ses travaux, ses stages et autres ne lui permettaient pas de le voir suffisamment à son goût. Du moins à son goût à elle… Mais les retrouvailles étaient toujours des plus chaleureuses, alors une part d’elle était aussi contente que ces absences les titillent un peu de la sorte. Un sourire en coin apparu à la commissure de ses lèvres et elle se reprit. *Non Alaska, pas le temps de penser à ces jolis petits instants d’amoureux, back to work ma belle !* se gronda-t-elle intérieurement. « Et donc, c’est avec un amoureux en or et une amie au top que j’ai quitté le MIT, diplôme et recommandations en poche, sourire aux lèvres. » ça avait été une sacrée sortie d’ailleurs… Entre les profs qui étaient heureux de se débarrasser d’elle, ceux qui auraient aimé avoir plus d’étudiants investis, et les autres apprenants qui allaient regretter ou non les quelques gaffes minimes, à leurs yeux, qu’elles avaient pu faire, bras dessus, bras dessous, ça avait été quelque chose. Elle devait tant à ces années d’études, quelque peu nostalgique de ne plus pouvoir aller en cours, tout en étant très heureuse de pouvoir à présent rentrer dans la vie active…
« Bien, et pourquoi vouloir revenir ici après avoir fini le MIT ? » Questionna l’homme en arquant un sourcil, vu sa tête, il n’était pas un grand fan de la vie à Beacon… Sûrement lassé et rêvant de vivre dans une ville un peu plus vivante… Il avait bien tort, ça ne manque pas d’aventures ici, il suffit d’ouvrir un peu plus les yeux. Alaska répondit sans hésiter : « J’ai eu l’occasion de travailler un peu dans une entreprise où j’avais effectué un de mes stages après le MIT, mais c’était afin de mener à bien l’un de nos projets et l’amélioration du système de l’endroit, notre travail a porté ses fruits, mais j’étais assez nostalgique de ma vie ici, et d’autres raisons plus personnelles s’ajoutèrent à mon choix de revenir m’installer à Beacon Hills… » La jeune fille s’auto-félicita mentalement pour avoir réussi, pour une fois depuis le début de cet échange, à ne pas s’étaler sur sa vie privée, elle ne savait pas s’ils réalisaient à quel point c’était complexe pour elle de faire de tel. Peut-être un ou deux du groupe, quelques haussements de sourcils lui parvenant, mais elle ne céda pas et continua dans sa lancée : « C’est pourquoi je suis revenue m’installer ici, me suis trouvée un petit cocon ou vivre… » A nouveau elle fut fière de ne pas s’étendre sur le bel apollon avec lequel elle partageait enfin l’endroit. « Et c’est par la suite que j’ai trouvé votre annonce qui m’a de suite intéressée, d’où ma présence ici aujourd’hui. » Mes aïeux, elle avait presque l’air professionnel là de suite maintenant, il lui fallait quelques heures d’adaptation, mais au final, elle pouvait le faire ! « Et quels atouts pensez-vous apporté à notre établissement ? » Le regard du vieux croûton n’avait pas changé de cap, elle retint une moue et garda sa remarque comme quoi il pouvait toujours se brosser avant de penser pouvoir mater à sa guise ses ‘atouts’ qu’il semblait un peu trop regarder au goût de la blondinette. « Je pense que les connaissances que j’ai accumulées et mon attrait pour ce travail et ce domaine pourraient apporter et aider à améliorer votre système, je ne vous le cache pas, j’ai fait mes recherches, vous êtes calés ici, mais il y a toujours à améliorer, à retravailler, à bidouiller, et ça, c’est ce que j’adore, alors vous pouvez être assuré qu’avec moi derrière les écrans, votre système sera chouchouté et que je serai à ses petits soins. » Un sourire attendri naquit sur le visage de la jeune femme, oui, pour elle, le système informatique et les technologies sont de jolis petits bébés qu’il faut éduquer et pomponner. Et ça, elle a toujours adoré faire. Ce n’était pas près de changer. C’était certain.
« Très bien mademoiselle. » Elle se redressa sur sa chaise. Un très bien ? Elle aimait les très bien ! C’était bon signe un très bien non ? Puis le signe de tête satisfait du gentil flic était aussi cool non ? Bon on passe pour le regard du croûton, à se demander s’il avait vraiment écouté un mot de ce qu’elle avait dit depuis qu’elle s’était assise sur sa chaise. Quant à son principal interlocuteur, il restait de marbre, elle avait cessé d’espérer lui voir exprimer autre chose que de l’agacement et de l’ennui. C’était peut-être mauvais signe, mais Alaska n’a jamais été une fille défaitiste et négative, sauf lorsqu’elle était vraiment en manque d’énergie ou de son Jesse. Mais là, comment l’être ? Après tout, il allait bientôt rentrer normalement, hein ? Il allait revenir, alors tout irait encore mieux. « Nous vous recontacterons d’ici demain pour vous faire part de notre décision, nous avons encore quelques entretiens à faire passer. » Elle opina avec un sourire : « Merci beaucoup à vous de m’avoir reçu et écouter surtout. » Ils avaient même de quoi être félicités, parce que pour déblatérer, ça elle avait dû bien montrer qu’elle excellait en la matière… Elle se leva et vint leur serrer la main, un sourire complice avec son copain gentil, un sourire sérieux genre je me vends, je suis sage, mais un peu désolée d’être partie trop loin, faut savoir cerner tes candidats et les limites mec si t’es pas content, et un sourire très très bref au croûton décrépi.
Elle sortit de la pièce, poussant un long soupir de soulagement avant de filer pour appeler son Jesse, sortant de l’endroit pour rejoindre leur nouveau chez eux, impatiente de se débarrasser de ses talons qui commençaient véritablement à l’épuiser, à enfiler des vêtements plus confortables, à se démaquiller et surtout à savoir quand il reviendrait. Elle était encore loin de savoir que, malgré ses écarts et son excentricité, elle allait recevoir un appel, le lendemain pour lui accorder le poste, ni même qu’elle serait à même de fêter la chose avec son compagnon revenu bien plus tôt qu’elle ne l’aurait espéré. Bref, tout semblait bien parti pour elle, un retour en force dans sa ville natale. Qu’est-ce qui pourrait bien se passer et venir ternir sa jolie petite vie ?


acidbrain


Dernière édition par Alaska E. Williams le Jeu 1 Déc - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan T. McMillan


avatar

▲ Date d'inscription : 19/02/2016
▲ Messages : 95

MessageSujet: Re: Alaska - I hate mysteries. They bug me. They need to be solved.   Jeu 2 Juin - 16:02

FELICI... ALASKAAAAAAAAIAAAAAAAIIIIIIIIIAAAAAAAAAA
Putain t'en as mis du temps hein... ECRIS !!! Je veux en savoir plus maintenant !!! De suite !!! Là !!!!

D'ailleurs... POURQUOI T'AS PAS CREE DANAE ?§?§?§??§?§? NI REPONDU A MON RP ?§?§??§§? (oui j'ai la flemme d'enlever le maj pour les points d'exclamations, je vous emmerde)
Je vais bouder... et te souhaite pas la bienvenue parce que d'abord, bin je sais que t'es une habituée...

*fais du caca boudin en marmonnant dans sa choucroute*

_________________
International - Fucker
On était les rois du monde, on a foutu notre merde plus fort et mieux que toutes les générations. Nous étions si beaux ! On est des paumés. Je suis un et j’ai l’intention de le rester autant j’ai envie. Je préfère baiser ma propre mère plutôt que de laisser ces zombzombs ou qui que ce soit me priver de ma liberté.... × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse M. Blake

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 22/06/2016
▲ Messages : 7

MessageSujet: Re: Alaska - I hate mysteries. They bug me. They need to be solved.   Ven 14 Oct - 15:47

MA ALASKA N'A MOI QUE C'EST LA PLUS BELLE DE D'ABORD QUE JE NEM TROP TROP SUPER MEGA FORT DE L'AMOUR!!!!


                           

                           

                         

                         

                             

Nan c'est pas vrai j'me suis pas du tout énervé sur les smileys...

BON ye peux pas franchement gueuler de te dépêcher de finir ta fichette Parce que je suis pas mieux. Mais voilà et pis le Léo il va venir te harceler après (Du moins faut qu'il soit créé pour ça XD) !! >.<"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse M. Blake

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 22/06/2016
▲ Messages : 7

MessageSujet: Re: Alaska - I hate mysteries. They bug me. They need to be solved.   Dim 14 Mai - 11:54


Congrat’s
T’es validé !



Tu rejoins nos rangs !

Bienvenu à toi sur le forum !

Je t'annonce officiellement que ta fiche est VALIDÉE

Cependant il te reste quelques petites choses à faire avant de te lancer dans l'aventure :

★ N'oublis surtout pas de recenser ton avatar pour ne pas qu'il te soit piqué !
★ Tu dois aussi créer ta fiche de lien et de rp afin que les autres joueurs puissent te faire des demandes. N'oublis pas de recenser toutes tes fiches une fois cette étape terminée
★ On a tous besoin d'un endroit ou vivre et qu'on veut pas tous être sdf alors n'hésite pas à faire une demande de logement
★ Tu as déjà un compte parmi nous et le message du début t'ennuie car tu le connais déjà ... N'oublis de recenser ton multicompte
★ N'hésite pas à skyper ton staff pour tout contact en cas de problème


Le petit mot de ton chéri qui t'aime trop fort Suis venu avec Jesse parce que voilà, t'façon c'est lui qui t'aime le plus d'abord. Malgré que tu prétendes avoir "bâclé" JE KIFFES TROP! Donc te voilà validée! Moi maintenant je vais aller prendre mon petit déjeuner..

code (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Alaska - I hate mysteries. They bug me. They need to be solved.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alaska - I hate mysteries. They bug me. They need to be solved.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» i hate shonda rhimes, i hate everything. - sweva
» Love me, hate Me [PV Aarhyel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beacon Falls  :: Personnage :: Fiches de présentation :: Fiches validées-
Sauter vers: