AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ~Mon petit monde tout gentil et tout mignon~ enfin....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elsa Walsh


avatar

▲ Date d'inscription : 16/05/2016
▲ Messages : 18

MessageSujet: ~Mon petit monde tout gentil et tout mignon~ enfin....   Lun 16 Mai - 5:51


Elsa Walsh

I'm untouchable darkness, a dirty black river to get you through this. In the mouth of madness, down in the darkness


Nom : Walsh
Prénom : Elsa
Âge : Enfermée dans son corps de 16 ans maintenant elle en a 19.
Date de naissance : 01/08/1996
Situation familiale : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétéro
Particularités : Jeune vampire de 3 ans.
Habitudes : Faire de l'escalade en plein air ○ jouer (piano et violon) et écouter de la musique ○ Lire et dessiner en haut d'un arbre ○ Boire du sang d'animaux sauvages ○ Communiquer avec sa famille et ses amis
Groupe : Vampire
Avatar : Juno Temple

Anecdotes

- Nos parents adoptifs à Ethan, mon frère jumeau et à moi nous ont dit, un jour, qu'on avait été abandonnés à l'entrée d'un orphelinat alors qu'on était que des nourrissons. La nouvelle nous a pas choquées ou attristés comme nous étions fières d'être recueillis par la famille Walsh et qu'on avait des liens très forts avec nos deux frères, nos parents et notre sœur. Jamais on a essayé de chercher qui était nos vrais parents et du pourquoi de cet abandon, ne tenant pas compte qu'à notre véritable famille qui ne nous a jamais abandonnés.

- Il faut savoir que c'était une famille de chasseur, on a eu donc droit à avoir une éducation très poussée sur les êtres surnaturels et comment les combattre. Mais qu'il ne fallait pas non plus oublier le reste de la vie, c'est-à-dire les cours, les amis, les activités sportives ou culturels etc…

- Pour ma part, je ne suis pas une passionnée du sport, même si j'y arrive bien, voir, très bien avec les entraînements que je fais avec mes grands-frères. Cependant, ce n'est pas ma passion, ce que j'adore c'est le piano, je pourrais y jouer tout le temps…C'est pour cela que je débutais les cours à l'âge de 5 ans. Sans me vantais, j'ai réussi à gagner de nombreux prix grâce à mon talent. Que ça soit au collège ou au lycée, j'étais la première à m'inscrire au club de musique pour jouer au piano.

- Début lycée, j'ai rencontré au club, un garçon qui s'appelait Jess MacNamara. Un garçon qui avait un talent monstrueux pour le violon c'était complètement bluffant. Il a réussi à me faire connaitre des sentiments qui m'étaient inconnus. Malheureusement, rien ne c'était passé et j'ai beaucoup regretté mes actes envers lui…

- Ah j'oubliais, petite, mes frères me racontaient souvent leurs aventures de chasse. Mais moi, têtu comme une mule, j'en avais assez des histoires et je voulais voir de mes propres yeux les êtres surnaturels. Le soir, très discrètement, Ethan et moi on suivait ceux qui partaient à la chasse. Le problème, c'est que je me perdais tout le temps, ayant un sens de l'orientation vraiment pourris. Heureusement mon frère jumeau arrivait toujours à me retrouver mais j'avais toujours droit à ses moqueries. Enfin ça ne durait jamais longtemps comme on était rapidement découvert par notre famille. J'entends encore les cris monstrueux de ma mère et les mille punitions qu'elle nous donnait.

- Bien entendus, vers l'âge de 14 ans, j'ai eu droit de chasser et d'avoir avec moi ma première arme, une magnifique dague en argent, mais assez pointus pour faire mal.

Je vais m'arrêter là dans les anecdotes, car au cours du lycée un événement dramatique c'est passé. Mais pour le savoir il est nécessaire que je vous raconte mon histoire qui est à la fois horriblement triste, mais aussi pleins d'espoirs….
           

Caractère


Je pourrais me définir comme quelqu'un de très gentil, qui ne cherche pas la bagarre et qui s'intègre bien dans la société. Je suis très souriante, aimant délirée avec ma famille et mes amis. Je suis aussi très protectrice avec mon frère jumeau Ethan, ce qui a le don de l'énerver. Physiquement je suis forte, comme j'ai eu l'éducation d'une famille de chasseur, mais je déteste la violence gratuite. Par contre, quand c'est nécessaire je peux être très direct avec la personne et la blessait par mes paroles. Cela m'est arrivée que rarement.  Je ne me laisse pas faire par les autres et je me défends très bien. Je déteste la manipulation, le harcèlement et le bizutage.  

Je vous ai présenté en quelques lignes mes qualités, voici maintenant mes gros défauts :

J'arrive très bien à cacher mes sentiments, par contre, Ethan découvre très rapidement ce que je ressens vraiment. Je peux être très faible psychologiquement et avoir beaucoup de sentiments négatifs tels que la solitude, l'angoisse et avoir peu confiance en moi. Je peux aussi facilement pleurer tout comme je peux cacher une tristesse derrière un sourire. Ce qui me désespère et qui m'énerve c'est d'être constamment comparée à Ethan seulement parce que nous sommes jumeau et que dans certaines matières il est plus fort que moi.

Intellectuellement, j'ai une bonne connaissance sur la chasse et sur le piano. Cependant, pour ce qui est des cours…on va dire que je donne tout mon possible.

acidbrain




Derrière l'écran

Pseudo : Mini-Lou !!!!!            
Prénom : Jo(séphine) [Jo c'est mon second surnom]
Âge : 22 ans
Pays : France
Code du règlement : écrire ici
Inventé ou scénario : Scénario
Commentaires : JE SUIS FORTEMENT MOTIVEE A REPRENDRE LE RP !!!! Et à a voir des mégas géniaux liens et que la Elsa rencontre pleins pleins de personnes    
acidbrain


Dernière édition par Elsa Walsh le Ven 1 Juil - 2:51, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa Walsh


avatar

▲ Date d'inscription : 16/05/2016
▲ Messages : 18

MessageSujet: Re: ~Mon petit monde tout gentil et tout mignon~ enfin....   Lun 16 Mai - 6:00


Histoire




Introduction :


C’est la nuit, je suis perdue sur un océan sombre, mes pieds touchant une eau glaciale, comment est-ce possible me demanderez-vous ? La seule explication que je peux vous donner, c’est que dans un rêve l’imaginaire devient réalité.

Je suis assise sur cette eau noire, mes bras fins entourant mes genoux qui étaient contre mon torse et je pleure. Je suis dans un état bien pitoyable, jamais je ne m’étais vue comme ça… Dans ce rêve… Non plutôt dans ce cauchemar, je suis entourée des ténèbres et mon seul soutien est cette gigantesque lune qui éclaire une bonne partie de cette eau sombre. Je suis si seule….

Brusquement, le jour se lève, un splendide soleil remplace la lune et l’eau noire de l’océan devint d’un magnifique bleu transparent. Je me relève, fixant droit devant moi, une personne s’approche tout doucement. Je ne fuis pas, car je sais qui elle est, c’est mon frère jumeau Ethan. Il est devant moi et tous deux, nous nous regardons heureux. Pourquoi je vois mon frère ? Je ne sais pas… Il n’y a aucune logique dans un rêve et il est incontrôlable. Il me dit des mots, mais je ne les comprends pas, comme s’il me parlait dans une autre langue. Je lui demande de répéter, je veux savoir ce qu’il a à dire…Ça me semble tellement important. Malheureusement, mon frère jumeau ne se répète pas, ne laissant qu’un simple sourire triste.

Pourquoi ce sourire ? Ethan n’a jamais été aussi triste et moi non plus. Il faut que je me réveille, je le dois, je ne supporte pas de le voir comme ça et je me sens terriblement mal, comme si on m’enfonçait une dague dans le cœur.

Le ciel changea une troisième fois, laissant une nuit glaciale inquiétante sans lune, sans étoiles et sans Ethan. Toujours pieds nus sur l’eau qui est redevenue noire, je cours à toute vitesse. Allant tout droit, je crie désespérément le nom de mon frère jumeau. Il n’a pas droit de me laisser, Ethan a toujours été avec moi, pourquoi il n’est plus à mes côtes ? Je veux le voir et le serrer contre moi.

Je m’arrête, le ciel était devenu blanc et je pouvais voir une eau rouge sang. Je n’aime pas ça… Je veux me réveiller… Pourquoi je rêve de ça ? Je ne comprends pas. Je tombe brusquement sur mes genoux tellement je tremble à cause de la peur. Ethan est devant moi, le visage livide, il pleure, il me dit encore des mots incompréhensibles et moi je ne comprends toujours pas.
Je veux lui dire quelque chose, mais aucun son ne sort de ma bouche. Il est trop tard…Il tombe devant moi s’enfonçant dans cet océan rouge sang.

Je crie, je pleure, je panique, je veux me réveiller… J’entends une voix à l’horizon qui m’appelle. Qui s’est ? Je ne sais pas… Mais je veux fuir cet horrible océan… Je me relève brusquement et je me remis à courir pour rejoindre la voix.

J’ouvris enfin les yeux, je suis enfin réveillée et délivrée de ce mauvais rêve. Ethan me regarde avec beaucoup d’inquiétude, j’ai dû crier et pleurer comme une madeleine pendant mon rêve et ça a dû le réveiller. Il a eu tellement peur, qu’il me serre avec force dans ses bras, je lui dis que ça va mieux et que c’était un mauvais cauchemar. Bien entendu, il me demande ce dont j’ai rêvé pour que je lui raconte. Pas question, je ne peux pas lui dire que j’ai rêvé de sa propre mort… Je lui mens en lui disant que j’ai complétement oublié. Bien entendu, il ne me croit pas, mais il laisse de côté pour le moment. Je regarde le cadran du réveil, bientôt cinq heures du matin, dans trois heures, il faut qu’on aille au lycée et franchement, je n’ai pas du tout envie d’y aller. Mais, je suis rassurée, mon frère jumeau va très bien, je peux donc dormir en toute tranquillité. Je me rendors donc bien profondément sans cauchemars cette fois-ci.


Chapitre 1


Je dormais paisiblement et profondément, pas de mauvais rêves au rendez-vous et j’en étais bien heureuse. Soudain, j’entendis ma porte s’ouvrir brutalement, j’ouvris un œil pour voir l’un de mes frères crier qu’il fallait que je me bouge. Trop concentrée à garder mes yeux fermés, je ne vis pas ce stupide grand-frère ouvrir brusquement les rideaux, m’enlevant avec une délicatesse hors du commun de ma couette et me faire tomber du lit. Je me relevais, avec une petite douleur dans le dos, avant de crier à mon tour. Je me mis debout, lançant un regard bien meurtrier à Stannis puis je jetais un regard au cadran de mon réveil. J’étais méga en retard… Pire que ça… Criant de plus belle que c’était vraiment la crotte, je poussais de toutes mes forces Stan pour qu’il sorte d’ici et que je puisse m’habiller en quatrième vitesse.

Plutôt présentable, si ce n’est potable, je courais prendre mon sac de cours, croisant les membres de ma famille qui me regardaient avec, pour certains, des yeux ronds et d’autres de petits sourires amusés étant donné que j’étais méga à la bourre, encore une fois. Je leur disais un bonjour vite fait, bien fait, avant de sortir de chez-moi. Heureusement, il était possible d’aller à pied jusqu’au lycée, je courais donc vers ma destination. Je montais quatre à quatre les escaliers jusqu’à ce que j’arrive au dernier étage, devant ma salle de cours. Bon, j’avais trente minutes de retard, je n’avais aucune excuse acceptable et, chanceuse comme je suis, j’avais une prof extrêmement sévère. Ouais, bon d’accord, j’avais vraiment la poisse….

Frappant à la porte, j’entendis la prof qui demandait à ce que je rentre de sa voix désagréable et froide. Poussant un petit soupir, je rentrais dans la salle de cours. Bien entendu, j’ai eu droit à une bonne morale sur mon retard et une bonne retenue le samedi matin. Franchement, je n’avais clairement pas de chance ce jour-là. Passant devant les élèves, certains qui étaient mes amis et qui me regardaient avec un petit sourire, d’autres qui étaient des pintades et qui se foutaient royalement de moi. Mais bon, moi, je m’en moquais, je voulais juste être tranquille et que ma malchance ne s’aggrave pas plus. Arrivant devant Ethan, je lui lançais un regard d’un noir intense et menaçant, il ne m’avait pas réveillée, en plus, il était parti sans moi et Monsieur me regardait avec une petite moue à peine désolée, sachant que ça l’amusait et que je détestais ça. Sans dire un mot, je m’assis à ma place, silencieuse et sans vraiment écouter le cours en repensant à mon rêve.

La journée se passa tranquillement, rigolant et m’amusant avec mon groupe d’amis. Embêtant de temps en temps mon frère jumeau. Une journée plutôt banale et sans vraiment d’intérêt particulier, mais c’était ce que j’adorais. Puis, il fut 18h00, l’heure à laquelle on allait avec mon groupe d’amis au club de musique.

Un beau jeune homme était assis par terre avec ses oreillettes dans les oreilles. Bloquant l’entrée de la salle, n’ayant sûrement pas fait attention à l'endroit où il s’installait. L’appelant, plusieurs fois, il ne répondit pas, tellement il était à fond dans sa musique. Je m’accroupis pour avoir son attention, je croisais son regard, je manquais un battement de cœur. Le coup de foudre ? Non franchement tout ça pour un regard ? Il ne faut pas exagérer non plus ! Me relevant doucement, je me décidais à faire la conversation, après tout, il était mignon et puis ce n’est pas tous les jours que mon cœur manque un battement de la sorte... Il me répondit qu’il s’appelait Jess MacNamara, que ça faisait quelques jours qu’il avait intégré ce lycée et qu’il souhaitait faire partie du club de musique. Rentrant dans la pièce, mon groupe d’amis se mit à lui poser mille et une question. Ce que j’appris, c’était qu’il jouait du violon et que ses parents étaient musiciens. Son rêve étant de devenir violoniste et de jouer partout dans le monde pour transmettre sa musique. Pour nous montrer ce qu’il savait faire, il nous joua un morceau. La mélodie était tout simplement magnifique, pas d’erreurs de notes ou de sons, c’était juste sublime. Quand il eut terminé, beaucoup ont applaudi, subjugués par son talent. Mais je n’ai pas réussi à applaudir tant il me fixait avec un regard si intense que je commençais sérieusement en avoir marre de ce cœur qui battait beaucoup trop fort. Je n’ai pas été élevée dans une famille où on s’étend beaucoup sur les histoires d’amour, alors deviner ce que je ressentais n’était pas la chose la plus simple pour moi…

Étant présidente du club, jouant moi-même du piano et sentant que l’on pourrait se faire de superbes duos tous les deux, je l’acceptais volontiers dans le club, il était la perle rare qu’il ne fallait surtout pas perdre. Je lui expliquais rapidement le règlement, lui présentant les membres du club et l’objectif qui était d’arriver premier à un concours qui allait bientôt avoir lieu. J’expliquais aussi que les musiques qu’on avait faites étaient soit des musiques tirées de films ou de jeux vidéo étant une grande geek et la présidente du club… Donc je choisissais les musiques, attendant tout de même l’approbation de notre petite troupe. À la fin de ma longue explication, il fut tellement enthousiaste à l’idée de rejoindre le club qu’il m’accorda un sourire rayonnant. Nouveau battement de cœur raté. C’est qui ce garçon bon sang ! Il m’a demandé de quel instrument je jouais et je lui ai répondu que je jouais du piano. À la suite de ça, il fut d’autant plus intéressé, me demandant à ce qu’on joue ensemble. Décidément, nous étions sur la même longueur d’onde... Il faut savoir que dans le club, nous étions une petite dizaine de personnes à jouer de différents instruments ou à chanter. Je m’installais derrière le piano, commençant à jouer une mélodie très douce, suivit par le violoniste, ça donnait un son splendide. Suivis par les autres membres de l’orchestre, c’était vraiment superbe, on en aurait presque eut les larmes aux yeux.

La musique se termina et un cri de joie retentit dans le club, tellement on était content de notre performance. Tout cela grâce à l’arrivée du fameux Jess… J’étais définitivement intriguée par ce garçon…

Chapitre 2 :



Je voulais que cette journée dure éternellement, que mon bonheur puisse rester encore un peu plus longtemps. Et comment j’aurais aimé te dire combien tu me manquais, tant j’avais de choses à te dire et tellement je regrettais… Malheureusement, ma vie n’a jamais été un conte de fée, loin de-là, ce moment que j’ai passé avec toi, Jess, restera gravé dans mes souvenirs. Cette gentillesse que tu m’as accordée, ce sérieux que tu t’es donné pour le club et pour moi. Et surtout, cet amour que tu voulais me faire partager… Je le savais… Et tu sais quoi ? Dès le premier jour, j’avais eu un coup de cœur pour toi. Malheureusement, je n’ai jamais pu te l’annoncer et je suis partie sans te donner aucune nouvelle. Aujourd’hui qu’est-ce que tu deviens ? As-tu trouvé un autre amour ? Es-tu encore triste de ma brusque disparition. Tant de questions me trottent dans la tête, mais il est hors de question que tu me vois… Pas dans cet état… Je suis dangereuse et je suis devenue un monstre qu’il faut éviter comme de la peste avant qu’il ne soit trop tard.

Après ta prestation, tu as tout fait pour sympathiser avec moi, restant toujours à mes côtés, ne voulant en aucun cas me laisser toute seule. J’étais tellement heureuse quand tu as rencontré pour la première fois mon frère jumeau Ethan, certes, il n’avait aucune confiance en toi, il faut le comprendre, il était beaucoup trop protecteur envers moi, mais malgré tout, je pouvais voir ce petit regard heureux qu’il avait lorsqu’il rencontrait mes amis.

À la fin de cette merveilleuse journée, chacun des membres du club est rentré chez soi, profitant pour passer du temps en famille et pour déguster de bons repas. J’avais fait de même, marchant vers ma maison, entendant encore mon cœur qui palpitait face à ton talent de violoniste. Mon portable a sonné, c’était toi, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un grand sourire. Tu m’avais tout de suite demandé mon numéro de téléphone, me promettant de ne jamais me persécuter par appels, par contre tu m’as bien précisé que les messages seraient une toute autre histoire. Tout en discutant de musique ou de jeux vidéo, je marchais, allant à droite à gauche sans réellement savoir où j’allais. Mais je m’en moquais l’importance, c’était d’entendre ta voix. Puis tu me parlas de ta famille, m’expliquant que tu n’avais pas eu une enfance très facile. Ta mère était décédée dès ta naissance, par un animal inconnu qui l’avait attaqué lors d’une nuit de pleine lune. Étant une jeune chasseuse, je savais que ce n’était pas un animal… Mais plutôt un loup-garou. Inconscient du monde surnaturel, je préférais ne pas t’en parler, ne voulant pas ouvrir une blessure du passé. Ton père, te dorlota comme il fallait, te donnant tout son amour. Mais le soir, tu voyais bien qu’il était triste…

Tu m’as aussi parlé de tes tantes et de tes oncles, certains odieux envers ton père, qui ne pensaient qu’à lui faire du mal en lui reparlant inlassablement de ta mère. D’autres, qui s’occupaient de vous en vous aidant au maximum. Aujourd’hui encore, ton père t’aime et tu l’aimes aussi, vous avez un lien indestructible qui ne se brisera jamais malgré les obstacles qui peuvent apparaître.

En cette fin de journée, tu t’es confié à moi sans jamais me mentir. Je t’ai parlé à mon tour de ma famille adoptive. Gardant secret le fait que j’étais une chasseuse et que j’attaquais les êtres surnaturels dangereux. Pourquoi fallait-il toujours mentir ? Que ce serait-il passé si je t’avais mis au courant qu’il y avait dans ce monde des vampires, des loups-garous ou autres ? Encore des questions qui n’auront jamais de réponse.

Je m’assis dans un parc seule, te parlant pendant des heures et des heures. Aucun de nous, ne voulait raccrocher. Puis, ce fut le moment de se dire au revoir, me disant que tu avais quelque chose à m’annoncer demain. Je rougis violemment, car je savais pertinemment ce que c’était… Tant tu étais gêné, tu me laissas sur un « bye bye » rapide avant de raccrocher. Mon cœur battait encore plus fort que d’habitude. Et je n'imaginais même pas la tête que je devais avoir. Je me relevais du banc pour enfin rentrer chez moi. Jetant un coup d’œil à l’écran de mon téléphone, je vis une bonne centaine de messages de ma mère et de tout le monde voulant savoir où j’étais… Mince, il était vraiment tard et la nuit commençait à tomber.

Je marchais tout droit en pensant qu’il s’agissait du bon chemin, traversant des ruelles et rues qui m’étaient inconnues. Mon portable commençant dangereusement à ne plus avoir de batterie. Mais il ne fallait pas que je désespère, je pouvais trouver mon chemin toute seule comme une grande sans l’aide de personne. Malheureusement, je ne trouvais pas la route pour rentrer chez moi. J’allais pour appeler Ethan, quand je vis le chargeur vide et mon portable qui s’éteignait brusquement sans me laisser une seule chance. Bon seule, dans le noir, sans personne à l’horizon, ça fait quand même bien flipper… Quelques larmes commencèrent à couler le long de mon visage avant que j’aperçoive une ombre s’avancer vers moi. Prise par la panique, je lançai un bon coup de pied à l’attention de l’inconnu, puis me reculais d’un mètre, prête à me défendre. La personne tomba sur ses deux genoux, avant d’allumer son portable pour que je voie son visage. Et mince, c’était Ethan, bien entendu, ça ne pouvait être que lui qui savait où me trouver, où me chercher, comme il me retrouvait toujours.

Inquiète, j’accourus vers lui, lui demandant comment il allait. J’ai eu droit à sa colère et nombre d’indignations de sa part. Bon, il est vrai que j’avais peut-être dû frapper un peu fort, mais bon, il aurait très bien pu se défendre non ?

Ethan se releva avec difficulté, ne voulant aucune aide pour marcher. Brusquement, il me prit la main pour pas que je me reperde de nouveau. Je me demandais toujours comment il faisait pour me retrouver comme ça. Bien entendu, il ne m’a jamais donné de réponse, préférant jouer les mystérieux en disant simplement que c’était un secret. Je lui parlais de Jess et de la discussion qu’on avait eue… Grave erreur de ma part… Ethan furieux me fit la morale disant que c’était beaucoup trop tôt que ça faisait seulement une semaine que je le connaissais, qu’il ne fallait pas que je me précipite. Bref, un long discours que j’écoutais à moitié. D’un côté, j’étais d’accord avec lui, mais d’un autre, je pouvais retourner contre lui son long discours. Bref, après de longues minutes de souffrances à entendre mon frère jumeau rager contre Jess qui n’était même pas là, on arrivait enfin à destination.

La soirée fut extrêmement difficile, comme ce stupide frère jumeau en parla à tout le monde. Franchement, je vous jure… Enfin, personne n’avait confiance en Jess et mes parents me répétaient que c’était beaucoup trop tôt. Bref, après des heures de bagarre et d’énervement, on partit tous à la chasse. Essayant au maximum de bouder Ethan, dans ma tête, ce fut le grand combat. Était-ce vraiment une bonne idée que je lui dise oui ? Allait-il me laisser un peu de temps avant que je lui donne ma réponse ?

La chasse se termina tard, rentrant chez nous, Ethan me prit légèrement à part pour s’excuser d’en avoir parlé. Bien entendu, il était mon frère jumeau, je ne pouvais jamais lui faire la boude très longtemps. Et puis d’un côté, il avait tout à fait raison… D’un sourire, je lui dis que tout était pardonné, puis chacun partit se coucher dans sa chambre respective.

À mon plus grand malheur, je n’arrivais pas à dormir. « Oui » ou « non », dois-je attendre avant de dire que je l’aime et attendre de le connaitre un peu plus ? Je n’en savais trop rien… Petit à petit, mes yeux se renfermèrent et je m’endormis en rejouant toujours ce cauchemar horrible.

Je n’aurais jamais pensé, que le lendemain allait être la dernière fois que je verrais Jess, ni qu’il me restait un jour avant de ne plus revoir Ethan… À ce moment de l’histoire, ma vie a été détruite, ne voyant aucune lueur d’espoir…. J’avais réussi à détruire ma famille… Celle qui m’avait tant aimé…. Comme je regrette de vous avoir fait souffrir de la sorte…. Comme je regrette de ne pas être aussi forte….. J’aimerais tellement retourner en arrière….. Le conte de fées aurait pu continuer, mais le cauchemar que j’avais tant redouté prit place, m’enfermant dans les ténèbres.

Chapitre 3 :


Cette nuit-là, mon cauchemar fut différent des autres, au moment où l’eau était rouge sang, preuve qu’Ethan allait mourir devant moi, le paysage disparut ainsi que mon frère jumeau. Je me retrouvais dans une pièce toute blanche, de chaque côté se trouvaient deux portes : l’une avait un étrange symbole qui ressemblait à un cœur, l’autre avait le même cœur, mais embroché par une épée de chevalier. Je le savais, soit je décidais de sortir avec Jess et être heureuse avec lui, mais je serais toujours dans le mensonge. Impossible de lui dire que je suis une chasseuse d’êtres surnaturels… C’était beaucoup trop dangereux. Soit je ne sortais pas avec lui et je continuais à faire la meilleure amie qu’il a toujours connue. Mais mon cœur allait en souffrir…
Je devais être vraiment perturbée, pour rêver à la fois de la mort d’Ethan, mais aussi de mes choix en termes de sentiments. Il était encore bien tôt pour que je sache ce que j’allais faire… Pourquoi la vie était aussi compliquée… J’aurais bien aimé que quelqu’un décide à ma place. Mais rien à faire, demain Jess allait faire sa déclaration et il fallait que je lui donne une réponse claire. Je me retournais vers une porte, mon choix était fait, j’avais écouté mes sentiments, seule dans cette pièce blanche. Il était temps que je me réveille. J’ouvris donc la porte, à ce moment-là, mon réveil sonna, signe qu’il était l’heure.

J’ouvris brusquement les yeux, éteignant brusquement le son de mon réveil, je m’habillais en quatrième vitesse. Pour la première fois, heureusement qu’il faisait beau, je mis une robe et des bottines. Je me maquillais devant le miroir faisant bien attention à ce que je faisais. Il était rare que je sois aussi belle, d’habitude, je n’accordais pas une grande importance à mon physique. Mais là, je me devais de le faire quelle que soit ma décision.

Ethan rentra précipitamment dans ma chambre, encore en pyjama, cette fois-ci, c’était lui qui était en retard et non moi. Il y a eu un moment de silence quand il me vit. Je pouvais le comprendre, moi aussi, j’étais en quelques sortes dans le même état à me regarder dans le miroir. Je ne me reconnaissais pas… Mais bon, ce n’était pas grave, aujourd’hui était un jour exceptionnel. J’avais bien le droit de m’occuper de mon physique de temps en temps. Je me retournais pour le regarder et lui fis un petit sourire gêné. Lui seul pouvait comprendre mon comportement et ma décision. Ethan me regarda silencieux, ce fut une discussion de regards un peu comique, mais à la fin, il me complimenta sur ma tenue et me dit que ce n’était pas la peine de l’attendre pour aller au lycée. Je finissais de me préparer et fut parée pour partir. J’eus droit à toutes sortes de commentaires de la part de mes frères, mais j’étais trop concentrée sur ma journée pour dire quoi que ce soit.

Les heures de cours se passaient ainsi que les pauses, je ne faisais pas attention aux regards des gens qui me regardaient avec surprise. Ou les bagarres d’Ethan avec les autres gars qui me regardaient un peu trop et qui faisaient des remarques plutôt osées, on va dire. Je n’avais pas vu Jess de toute la journée et il fallait que je le retrouve à la fin des cours dans la salle du club. J’eus droit à toutes sortes de questions de la part de mon groupe d’amis et de la raison du pourquoi le club était fermé aujourd’hui. J’avais un peu honte de moi de le fermer juste pour des raisons personnelles, mais mon groupe me comprit, m’embêta et me donna même des conseils. J’avais de la chance de les avoir et qu’ils soient avec moi.

Je comptais les minutes lors du dernier cours, ne comprenant rien à ce que me disait mon prof de physique. Puis, à la toute fin, le cours se termina, il était l’heure que j’aille rejoindre Jess. Je partis précipitamment, entendant à peine Ethan qui me criait qu’il allait m’attendre pour rentrer. Je montais quatre à quatre les escaliers pour arriver enfin dans la salle du club. J’ouvris doucement la porte pour entendre une magnifique mélodie qui envahissait toute la pièce. Debout au milieu de la pièce, il était là, jouant du violon avec un sérieux qui lui était méconnaissable. Jess était magnifique et je m’en moquais si mes pensées faisaient trop fleur bleue. Quand il eut fini, il me sourit, heureux que je sois ici. On parla pendant quelques minutes de tout et de rien, puis vint le moment où il me fixa et me déclara brusquement sa flamme. Jamais personne ne m’avait fait autant de compliments et m’avais donné autant d’amour. Sans m’en rendre compte, je commençais à pleurer face à ses paroles. J’étais heureuse, trop heureuse, avec un grand sourire aux lèvres, j’acceptai ses sentiments. Oui, j’allais devoir mentir sur le fait que j’étais une chasseuse d’êtres surnaturels, mais ça allait être le seul secret… Je voulais sortir avec quelqu’un et avoir un copain qui me respecte, qui m’aime et qui me protège. Doucement, il s’approcha pour m’embrasser tendrement et délicatement, ce fut un moment inoubliable, restant aujourd’hui encore gravé dans ma mémoire. Malheureusement, cet instant fut coupé par l’arrivée de mon frère jumeau qui avait pénétré sans rien dire dans la salle pour me fâcher vu que je prenais trop de temps. Et je ne vous raconte même pas sa réaction quand il nous a vu échanger un baiser. Il prit mon bras pour que je parte avec lui, lançant un dernier regard à Jess qui me fit un geste disant que ce soir, on allait s’appeler. Je lui fis un petit clin d’œil avant de me retourner vers Ethan pour lui lancer un regard désespéré par son comportement.

En rentrant chez moi, j’eus droit à une grande surprise, Seth et sa petite famille étaient là pour nous accueillir. Avec un grand sourire, je le serrais fort dans mes bras tellement j’étais heureuse de le retrouver. C’était la fête, tout le monde était heureux, on rigolait et s’amusait. J’eus un petit temps pour m’éclipser avant le repas afin de pouvoir appeler Jess. Lui promettant que le  lendemain, on pouvait se faire une petite journée rien que tous les deux.
Je descendais au moment du repas, je baignais dans le bonheur, mais j’eus une petite pointe d’inquiétude en descendant, comme si quelque chose allait se passer. Je n’y fis pas attention pour me concentrer sur ma petite famille, on était tous ensemble rien n’allait se passer… Grossière erreur de ma part de penser de telle, ma vie allait être détruite et j’allais perdre la personne qui  comptait le plus pour moi…

Au milieu du repas, parlant tranquillement, la porte s’ouvrit brusquement, laissant un groupe de vampires sanguinaires rentrer dans la maison. Tout le monde se redressa dans un même geste, prêt à attaquer, armes en mains, étant des chasseurs, nous avions toujours une arme sur nous sinon, dans des situations telles que celle-ci, c’était la mort assurée. Le combat commença, on avait pris le dessus et, ensemble, nous étions plus forts qu’eux. Ethan et moi, nous nous retrouvâmes dans le salon, seuls avec deux autres vampires. Malheureusement, un me prit au dépourvu et m’immobilisa en attrapant mes deux poignets. J’essayais désespérément de m’enfuir, de me dégager, mais rien à faire. Puis, il regarda mon frère avec un regard malsain et décrit nombre de choses horribles et obscènes qu’il allait me faire subir. Je suppliais Ethan de ne pas l’écouter, mais rien à faire, son regard était terrifiant, pour la première fois, il était hors de lui et prêt à massacrer celui qui était devant lui. Sans prendre garde, le vampire prit mes deux poignets en une seule main, pour que l’autre main attrape mon cou et le serrant de plus en plus fort, enfonçant ses ongles dans ma peau. Je criais de douleur, tellement ça me faisait mal, j’entendais mon frère crier avant de se précipiter vers nous, mais l’autre vampire, qui n’avait été que spectateur jusque-là, le mit à terre. Ils étaient beaucoup plus forts que nous. Je ne pus m’empêcher de pleurer, tellement la douleur était horrible et tant j’étais en colère contre ceux qui avait brisé ce moment familial chaleureux. J’avais de plus en plus de mal à respirer et je sentais que j’allais perdre connaissance. Soudain, Ethan, qui avait réussi à blesser l’autre vampire, l’immobilisa et lui tordit son bras gauche. Avec une grande détermination, mon frère jeta de sa main gauche sa dague qui embrocha l’œil du vampire qui m’étranglait. Il me relâcha et je pus enfin respirer de nouveau, par contre, je saignais énormément tant le vampire avait enfoncé ses ongles dans ma peau. Je tombais à genoux, commençant à être épuisée. Mon frère accourut vers moi et heureusement, il avait un bandage sur lui pour arrêter le saignement de ma gorge. Il me rassura que ce n’était pas grave et que tout irait pour le mieux. Malheureusement, les deux vampires se relevaient brusquement, pour nous immobiliser de nouveau. Tout se passa en un éclair, le vampire qui me tenait, m’obligea à regarder Ethan et me chuchota des choses à l’oreille, comme quoi j’étais impuissante et que c’était à cause de ça qu’on allait tous les deux mourir… Ma faute si Ethan allait mourir… Je criais de plus belle, le suppliant de me tuer à sa place. Sans prévenir le vampire qui tenait Ethan, lui mordit le cou, arrachant sa peau et le laissant retomber dans un bain de sang. Je ne pouvais plus retenir mes larmes, criant de toutes mes forces, me débâtant pour le sauver. Mais j’étais impuissante et faible face au vampire qui me retenait et devant mes yeux, je voyais mon propre frère jumeau mourir petit à petit. La dernière chose qu’il me montra, ce fut son dernier sourire avant de s’effondrer par terre sous les ricanements des deux vampires.
Je murmurais le prénom de mon jumeau, espérant qu’il allait se réveiller. Mais ses yeux restaient clos malgré mes appels… J’avais perdu une partie de moi-même, je me sentais vide et je ne réalisais pas encore qu’il était mort. Pourquoi lui et pas moi ? Lui qui était si fort, lui qui m’avait protégée… Pourquoi étais-je vivante alors que je n’avais pas pu le sauver… J’aurais dû mourir à sa place… Ethan… Ethan… Je… L’ais tué… Mon propre frère jumeau… Je suis si faible….

Brutalement, je donnais un coup assez fort au vampire qui me retenait et qui m’avait obligé à regarder la scène. Prenant ma dague, je l’enfonçais dans sa peau, donnant des coups de pied et de poings. Encore et encore, je voulais qu’ils ressentent ma colère et ma tristesse, qu’ils souffrent. Je ne me reconnaissais plus… Je massacrais ce vampire, mes mains étaient remplies de sang… Je ne voyais pas celui du vampire, mais plutôt celui d’Ethan… Car c’est moi qui l’ai tué… J’aurais pu le sauver… Je me devais de mourir avec lui… Je ne pouvais pas rester vivante… Je m’enfonçais dans les ténèbres. Ma belle robe que j’avais portée pour Jess, était rouge sang. Brutalement, l’autre vampire me jeta par terre, je ne ressentais même plus la douleur, tant j’étais perdue. Je n’allais plus le revoir, plus pouvoir lui parler, le serrer dans mes bras… C’était comme si, j’étais déjà morte….

Je sentis les deux dents pointues du vampire me mordre cou. J’abandonnais, j’allais pouvoir retrouver Ethan et c’est tout ce qui comptait. Je repensais à mes parents, à mes frères et ma sœur… Mais je suis faible et c’est ma faute si Ethan est mort… Je suis tellement désolée de les faire souffrir… Ils allaient nous perdre tous les deux… Je m’en veux pour tout… Ethan… Aide-moi…

Mes dernières larmes coulèrent sur mes joues avant que je m’effondre par terre, ne voulant qu’une seule chose : retrouver Ethan…

Chapitre 4 :


Je sombrais doucement dans les ténèbres, quand brusquement, je sentis une odeur onctueuse envahir mes narines. J’ouvris d’un coup mes yeux, je ne savais pas pourquoi, ni comment vous l’expliquer, mais je me sentais différente. Mais cela m’importait peu, tout ce que je voulais, c’était savoir ce que c’était, cette odeur qui me donnait horriblement soif et qui m’intriguait tant. Tel un robot, je me le relevais, sans vraiment savoir où j’allais, j’entendais des personnes qui essayaient tant bien que mal de m’arrêter. Mais moi, je ne voyais pas en quoi je faisais du mal, je voulais juste savoir ce que c’était et boire. Forçant un peu ceux qui m’empêchaient d’avancer, j’arrivais à destination.

Je voyais des silhouettes qui me regardaient, j’avais l’impression qu’elles criaient mon prénom. Je continuais d’avancer sans vraiment voir où j’étais et sans comprendre ce que je faisais ici. Brutalement, une main m’attrapa le poignet, paniquée j’essayais tant bien que mal d’échapper à sa poigne. J’avais peur, j’avais soif et je voulais qu’on me laisse tranquille. Rien à faire, cette main ne voulait pas me lâcher. Ma panique fut si intense que je fus contrainte de crier et d’être un peu plus brutale. L’odeur si délicieuse était si proche, il était hors de question que j’abandonne maintenant.

Je bousculais l’inconnu, avant de m’approcher un peu plus vers l’odeur. M’accroupissant vers la forme noire, j’entendis des pleurs, des cris, des formes noires essayant de m’éloigner. Néanmoins, je tenais bon et je m’approchais de plus en plus de l’odeur. La reniflant, tel un prédateur, je ne pus attendre longtemps avant de me plonger dedans pour boire. Quand j’avalais ce liquide rouge, je me rappelais de tout ce qu’il s’était passé. Je regardais mes mains, j’entendais des voix, mais je n’arrivais pas à comprendre ce qu’elles disaient. Du sang sur mes mains… Je m’essuyais la bouche pour y voir aussi du sang… Mais le sang de qui ? Paniquée, je comprenais petit à petit ce qu’il m’arrivait… Mais c’était impossible… Non, je ne voulais pas de ça… Je relevais doucement la tête pour voir qui j’avais attaqué. Ce fut le drame, Ethan, livide allongé par terre, sur le sang sec de l’attaque précédente, il y avait de nouveau du sang. C’était moi… Je l’avais mordu… Je suis un monstre sanguinaire et j’ai bu le sang de mon frère jumeau. Je l’ai trouvé délicieux… Je suis horrible… Pourquoi je suis vivante ? J’aurais préféré être morte que de devenir un monstre si hideux… Le même monstre qui a tué mon frère… Je suis horrible…

Le traumatisme fut si intense que je n’arrivais même pas à pleurer. Au contraire, je rigolais… Mais c’était un rire noir et triste. Je ne contrôlais plus rien, je n’arrivais pas à dire quoi que ce soit. Je me sentais mal… Horriblement mal. Mais je n’avais pas mal au cœur, pourquoi mon cœur ne battait-il plus, pourquoi je me sentais morte et vivante à la fois ? Je mis ma main sur ma poitrine, espérant ressentir au moins un battement… Mais je le savais très bien… C’était impossible. Pas un bruit, je n’étais plus humaine… Ce fut la goutte qui fit déborder le vase, je criais, frappais par terre, appelant mon frère jumeau désespérément, hurlant des paroles incompréhensibles. Je suis un monstre… Un horrible monstre qu’il faut tuer… Je ne veux pas être comme ça… Non… Et je ne veux pas regarder ma famille… Des chasseurs… Il faut que je le fasse moi-même.  
Sans un regard en arrière, je pris la dague d’Ethan, les larmes arrivaient, je ressentais une tristesse que je n’avais jamais connue auparavant. Ma vie était finie… J’étais déjà morte… Mais on ne m’a pas accordé le privilège d’être aux côtés de mon frère… Ma faiblesse l’a tué. Je l’ai tué… Je suis un monstre… Je l’ai tué… Je suis un monstre… Je ne peux pas rester en vie. Je tuerais tout le monde après Ethan si je reste auprès de ma famille. Je voyais les corps de mes parents, de mes frères et de ma sœur étalés devant moi, morts. Dégout, souffrance, haine…Trop de sentiments négatifs… Mes mains ne tremblaient pas, je devais le faire. Je levais mon bras, prête à partir, quand une main beaucoup trop forte pour moi m’empêcha de faire quoi que ce soit. Je me retournais pour voir Stannis et Seth qui me tenait fortement pour m’empêcher de me tuer. Je leur souris en disant qu’il fallait qu’ils me laissent faire, que je ne voulais pas qu’ils aient cette responsabilité. Que c’était notre devoir de chasseur de tuer un être surnaturel et notamment les vampires. J’étais devenue l’ennemi de la famille… Non pas un ennemi… Un buveur de sang… Un monstre sanguinaire…

Brusquement, mes deux frères me prirent dans leurs bras, me disant que je serais toujours leur petite sœur qu’ils aimaient tant et qu’ils ne voulaient pas me perdre. Pourquoi tant de gentillesse ? J’ais tué Ethan, ils devraient me détester, me rejeter… Et surtout, pour ce que je suis devenue… Mon père, arriva prêt du groupe, m’attrapant brutalement par les épaules. Je voyais leur tristesse et leur haine à l’égard des vampires qui nous avaient attaqués. Les yeux larmoyants, mon père me disait qu’il ne pouvait pas perdre un autre enfant et que je serais toujours sa fille et qu’il était hors de question qu’on me tue pour ma nature. Des mots réconfortants que je devais accepter… Pourquoi cette hésitation ? Je voyais très bien que ma famille m’acceptait comme j’étais et qu’elle me protégerait quoiqu’il arrive. Alors pourquoi j’avais ce dégoût, ce mal-être ? Je lâchais la dague, pour m’approcher du corps d’Ethan.
Son sourire était resté, je caressais doucement son visage, lui chuchotant des excuses, des remerciements. Je ne voulais pas qu’il parte, je voulais qu’il reste à mes côtés. Il était encore bien trop tôt. Mais rien… Le vide, les yeux d’Ethan restaient clos, il avait perdu la vie…
Le fait d’avoir bu le sang d’Ethan a achevé ma transformation. Je ne pouvais me considérer comme humaine ou chasseuse. J’étais devenue un vampire… Un monstre sanguinaire qui boira pour l’éternité du sang humain ou animal. J’allais devenir la proie de tous les chasseurs, l’ennemie des loups-garous et d’autres êtres. Pour les humains, je serais un être à fuir absolument. Mes larmes continuèrent de couler tant je me sentais mal et dégoutée de ce qui se passait.

Mes parents m’emmenèrent loin du corps d’Ethan, je ne voulais pas m’éloigner de lui. Mais il le fallait.    

Je ne savais pas quoi faire, j’avais bu pour la soirée, en plus du sang humain et étant vampire, je ne pouvais m’endormir. Je ne voulais pas retourner dans ma chambre… Trop de souvenirs… Trop de souffrance. Je rassurais tout le monde qu’il fallait qu’ils dorment et qu’ils se reposent et surtout qu’il ne fallait pas qu’ils s’inquiètent pour moi. Je me devais de réfléchir à ce que j’allais faire maintenant. Bien entendu, personne ne me croyait, je devais être dans un état vraiment pitoyable pour bien montrer mes sentiments. Quand je fus certaine que tout le monde essayaient tant bien que mal de s’endormir, je partis de la maison.

Non loin, il y avait une forêt, j’avais besoin de courir, de me dépenser, d’être un peu toute seule et de me dire que ce n’était qu’un horrible cauchemar. J’étais entrée dans la chambre d’Ethan, voir ses affaires si bien rangées par rapport aux miennes, un mur rempli de photos de nous, de la famille, de ses amis. C’était dur… Horriblement dur… J’ai ouvert son armoire pour prendre une chemise. En la mettant, je me regardais dans le miroir, mais je ne voyais pas mon reflet, mais celui d’Ethan. Il était peut-être toujours vivant, errant quelque part ? Il avait l’air triste dans le reflet, c’était le fait de me voir, c’est ça… Pour la première fois, Ethan me détestait vu que je l’avais tué. J’avais peur... Je ne savais plus quoi penser… Quoi faire… J’étais perdue… Ethan où es-tu ? J’ai besoin de toi… Aide-moi, je t’en prie…

Je voulais courir, pour aller mieux, mais mon courage avait disparu. Je voulais rester dans cette chambre, parce que, peut-être que je devrais prendre la place de mon frère jumeau ? Peut-être que c’était ça la solution ? J’étais perdue… Et je perdais la tête, je le ressentais… Mes sentiments négatifs étaient beaucoup trop forts. À l’intérieur de moi, j’étais détruite…

Ce miroir me faisait du mal, je devais le détruire, je lui lançais plusieurs coups-de-poing. Réveillant tous les membres de ma famille. Mes parents arrivèrent, en ouvrant brusquement la porte de la chambre très inquiets. Je regardais le miroir brisé et je leur disais qu’il ne fallait pas qu’ils s’inquiètent, qu’il y avait juste une grosse araignée et qu’il fallait impérativement la tuer. Je retournais mon visage pour voir Ethan, oui, il était vivant tout cela n’était qu’un mauvais rêve. Je lui souriais pour qu’il me défende. Car il était près de moi et m’a toujours défendue, alors je vis qu’il approuvait mes paroles.

Je ne comprenais pas pourquoi mes parents et mes frères semblaient si perdus, Ethan avait approuvé, il était juste à côté de moi et il discutait. Alors pourquoi cet air ? La fatigue peut-être ?

Chapitre 5 :


Je voyais bien que mes parents ne savaient pas comment se tenir devant moi. Mais je ne comprenais pas la raison de ce changement brutal. Certes, il était tard, mais ce n’était pas de ma faute s’il y avait une araignée sur le miroir d’Ethan et qu’il fallait absolument la tuer pour qu’elle n’embête pas mon jumeau qui déteste, par-dessus tout, ces bestioles. Ce que je ne comprenais pas, ce fut aussi ce regard tellement inquiet et un peu bizarre qu’ils m’adressaient, comme si j’étais folle.

Soudain, mon père demanda à ce que tout le monde aille dormir. Bizarre… Tout le monde me jeta un dernier regard avant de quitter la pièce. Je haussais des épaules, sans vraiment réfléchir au pourquoi et au comment, de toutes façon mon cerveau était vide, je ne pensais plus à rien comme si j’étais une coquille vide.
Ethan me prit doucement la main, me regardant, en souriant et me disant qu’il ne fallait pas que je m’inquiète. Je le fixais, serrant un peu plus sa main, je ne voulais pas le perdre. Comme à son habitude, il me demanda à ce qu’on se promène dans la nuit en cachette. Je lui fis un grand sourire et sortis de la chambre, n’étant absolument pas fatiguée. Marchant doucement pour ne pas faire de bruit, on traversa la salle à manger ainsi que le salon, pour sortir de la maison. Sous la nuit étoilée, je me sentis horriblement triste, pourquoi ? Je ne savais pas… Non, je n’avais pas envie de réfléchir… Ni de penser… Juste profiter de l’être qui compte le plus pour moi.
Brusquement, je me mis à courir, de plus en plus vite, je pouvais voir qu’Ethan me suivait. Sans raison particulière, j’avais besoin de me dépenser. Où j’allais ? Je n’en savais rien… Je voulais juste courir, pour ne pas penser… Ça me faisait peur… Mais Pourquoi ? Je ne me comprenais plus rien.
Je rentrais dans cette forêt que je connaissais par cœur, voire même plus qu’avant, comme si je pouvais tout ressentir. À peine essoufflée, j’arrivais à destination, un lieu secret entre Ethan et moi. Un gigantesque arbre était devant moi, il était magnifique. Petits, on s’amusait à faire des découvertes et à mettre une croix sur les choses qu’on trouvait. Je m’approchais de la petite croix blanche gravée sur le tronc d’arbre. Sans raison particulière, je me mis à trembler, des larmes coulèrent le long de mon visage, je me sentais mal à la vue de cet arbre. Je tombais brutalement sur mes genoux, je poussais un cri terrifiant en regardant mes mains, il y avait du sang dessus.

J’avais du mal à reprendre mon souffle, je ne devais pas penser… Pas me souvenir… Non, je ne veux pas… Je vis au loin, le repas de famille, tout le monde heureux, Ethan et moi qui sourions. Puis la porte qui tomba brutalement… Je ne pus me retenir, criant. Non, je ne veux pas me rappeler. Je me pris la tête entre les deux mains tant la souffrance était abominable.
Jusqu’au moment où je sentis deux bras me serrer avec force, ne me lâchant en aucun cas. Je ne sais comment ma mère avait fait pour se retrouver derrière moi, en train de prendre dans ses bras, me disant des paroles réconfortantes. Cela me calma directement, l’amour d’une mère envers sa fille est le plus efficace des remèdes contre la peur. Je la serrais fort, mes larmes ne voulant plus s’arrêter. Je relevais doucement la tête, Ethan était bien là, nous regardant avec un sourire, mais ses yeux montraient de la tristesse, voire même de la haine. Pourquoi un tel regard à mon égard ? Non… Ne me déteste pas… Pas toi… Je t’en prie.

Je me desserrais des bras de ma mère afin de me relever doucement. Je me mis en face d’Ethan, le fixant de mes yeux larmoyants, il avait un regard si dur. Dans un chuchotement, je pus lui demander ce qu’il lui prenait. Ethan répétait sans cesse que c’était de ma faute… S’il était… S’il était quoi ? Je ne comprenais pas… Je ne veux pas qu’il me rejette… Puis il me pointa du doigt continuant de me dire que c’était de ma faute.
Je me bouchais les oreilles pour ne rien entendre, je ne voulais pas écouter, ni parler, je voulais juste m’enfuir loin… Très loin…

Comme par magie, le faux Ethan disparut laissant place à celui qui était si gentil avec moi. Oui, c’était lui, et pas un imposteur. Derrière mon frère jumeau, je vis mes deux grands frères courir vers moi, j’entendais aussi les pleurs de ma mère derrière moi. Tous deux me prirent dans leurs bras, pourquoi personne ne parlait à Ethan ? Cela ne semblait pas le déranger, comme il continuait de me regarder avec un sourire bienveillant. Oui, il était bien vivant… Pourquoi je ne cessais de me répéter ça ?

Je n’arrivais pas à dormir, ma sœur avait décidé de dormir avec moi, pour me réconforter… Mais de quoi ? Et puis, j’avais l’impression qu’ils voulaient me dire quelque chose, mais quoi ? C’était étrange comme atmosphère. Vesper dormit profondément, je sortis doucement du lit, ne savant pas quoi faire d’autre. Dans la cuisine, je me permis de prendre un verre de lait… Mais ce fut la catastrophe, le goût était immonde, une odeur pourrie m’envahissant ma gorge. Je recrachais tout par terre, en regardant la bouteille, je vis qu’elle n’était même pas périmée. Je vis Ethan derrière moi, qui me regardait avec beaucoup de douleur dans son regard. Je me retournais brusquement, après l’amour d’un frère, la haine, maintenant, j’avais sa souffrance. Il me chuchotait que ce n’était pas de ça que j’avais envie… Mais de bien autre chose… Une nouvelle chose… Mais quoi ? Je lui demandais ce que c’était, mais c’était peine perdu, il voulait que je le découvre par moi-même.

Sans comprendre pourquoi, j’eus besoin de jouer au piano, je lui fis un grand sourire avant d’annoncer que comme je n’arrivais pas à dormir, je voulais faire du piano. Mon frère jumeau me prit par la main et nous repartîmes en dehors de la maison. Je me remis à courir à toute vitesse, heureusement à cette heure-ci, il n’y avait personne. On arrivait dans une salle de conservatoire fermée à clé. On réussit à monter sur le toit du bâtiment pour trouver une petite fenêtre que l’on pouvait facilement briser et suffisamment grande pour nous laisser rentrer.

C’était une petite salle, mais au moins, au milieu, il y avait un merveilleux piano à queue. Sans attendre une seconde de plus, je m’assis devant l’instrument et commençais à jouer. La mélodie devenait de plus en plus brutale, j’inventais complétement ce que je faisais. Tout était concentré sur mes sentiments cette nuit-là. Tristesse, haine, peur et autres m’envahissaient à chaque note que je jouais. À mes côtés, Ethan fermait les yeux pour mieux ressentir la mélodie. Il a toujours adoré m’écouter au piano et me disait souvent que je pouvais être une professionnelle.
Je fis plusieurs morceaux jusqu’à finir par la préférée d’Ethan, une mélodie très douce et très calme.

Après des heures et des heures à jouer, je regardais ma montre, il était l’heure qu’on décampe avant qu’on se fasse attraper par la sécurité et qu’on rentre à la maison sinon on allait entendre des sons bien moins mélodieux de la part de nos parents.



acidbrain


Dernière édition par Elsa Walsh le Sam 1 Oct - 1:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa Walsh


avatar

▲ Date d'inscription : 16/05/2016
▲ Messages : 18

MessageSujet: Re: ~Mon petit monde tout gentil et tout mignon~ enfin....   Dim 18 Sep - 18:58


Histoire




Chapitre 6 :


Le lendemain matin, on retourna à la maison, mes parents m’avaient tout de suite enlacée, me répétant qu’ils avaient eu bien peur. Je fus surprise de leur comportement, pourquoi autant de peur ? Ils avaient l’habitude de nos petites fuites et nos bêtises… Et pourquoi aucune attention à Ethan ? Leur fils qui était là, à côté de moi en train de regarder sans poser la moindre question. Je ne pus m’empêcher alors de leur demander pourquoi ils ne disaient pas la même chose à Ethan. Blanc… On pouvait ressentir un horrible malaise…

Mon père demanda à ma mère de nous laisser, moi, j’eus un haussement de sourcil, bon ok, c’était une bêtise, mais Ethan était autant responsable que moi, donc il ne fallait pas non plus que je prenne toute seule pour nous deux.

Il nous emmena dans son bureau, rare était ceux qui pouvaient y rentrer à part pour nous faire la morale. Notre père ferma doucement la porte, je regardais avec admiration ce bureau assez en bazar. Rempli de papiers, de cartes, d’armes de chasseur et de photos de famille et d’amis. Il me prit par les épaules, me regardant droit dans les yeux, d’un regard beaucoup trop sérieux, mais aussi triste. Mon père me posa une seule question qui me fit me sentir mal : « Ma chérie, peux-tu me raconter ta journée d’hier ? »

Pourquoi cette question ? Pourquoi je ne voulais pas y penser… Hier… Hier… Que s’était-il passé hier… D’un chuchotement, je répondis :

« Hier, comme d’ habitude, je suis allée en cours… Je me suis bien habillée, comme j’allais donner ma réponse à Jess comme tu le sais. Pour l’occasion, je me suis même mise en robe et j’étais heureuse de voir que j’étais, en quelques sortes, regardée. »

J’eus un petit rire gêné avant de continuer :

« Après, je suis allée à tous les cours et la journée s’est passée tranquillement, jusqu’à la dernière sonnerie qui a annoncé la fin. Euh… Hum… Comment dire, après j’aie retrouvé Jess dans la salle de musique et on a longuement parlé et il m’a avoué ses sentiments que j’ai acceptés, malgré le fait que je sais que cette relation va être bercée par le mensonge dû à notre vie de chasseur. »

En parlant, je ne regardais pas mon père et je fis un petit regard vers Ethan pour qu’il m’aide un peu. Mais il ne semblait pas décidé à coopérer et me regardait avec un regard trop sérieux à mon goût. Puis je me retournais vers mon père pour voir encore un regard sombre et triste. Jamais il n’avait été aussi expressif, je n’avais rien fait, pourquoi était-il aussi sérieux ? Je repris mon histoire :

« Je sais… J’ai peut-être fait une erreur en acceptant cela, mais Papa, je veux vivre comme une lycéenne normale, qui tombe amoureuse d’un beau garçon, qui en plus est violoniste et joue comme un professionnel. Ne t’inquiète pas, je ne vais pas abandonner mes études ou ma vie de chasseuse, cela me tient trop à cœur. Après, oui on s’est embrassé et ne t’énerve surtout pas, on n‘est pas allé plus loin. C’est à cause de Jess que vous êtes tous bizarres ? Parce que vous avez peur de me perdre ? Mais je vous aime tous autant, il ne faut pas que vous vous en inquiétiez ! Et puis, surtout vous le savez déjà. Ethan l’a presque accepté… N’est-ce pas ? »

Je me retournais vers lui pour avoir une réponse, à mon grand soulagement, il opinait d’un signe de tête. Puis je repris la parole pour regarder droit dans les yeux mon père :

« Tu vois ! Il n’y a pas de quoi s’inquiéter, je vous promets de faire bien attention… Mais… Je veux voir ce qu’il va se passer. Et je ne me fais pas d’illusions non plus… Le prince charmant n’existe pas. Mais Jess, c’est vraiment un gars bien Papa… »

Mon père baissa un peu les yeux réfléchissant à ce qu’il allait répondre, moi, je continuais de le fixer en espérant qu’il comprenne. Puis, il dit d’une voix douce en faisant bien attention à ses mots :

« Je... Je ne sais pas comment te le dire Elsa… Mais… Il faut que tu continues à me parler d’hier… Ne pose pas de questions, juste parle et souviens-toi. »

Depuis quand mon père devait faire le psychologue avec moi, c’est à rien y comprendre. J’allais très bien, pourquoi il était si sérieux et si triste… Et puis me souvenir de quoi ? Je ne comprenais rien, hier… Hier était une journée pleine de surprise, alors pourquoi me poussait-il à raconter ma journée. Je commençais à m’énerver et je lui répondis :

« Qu’est-ce que vous avez tous depuis hier soir ? Je vais bien. Pourquoi tout le monde me regarde bizarrement, comme si j’étais folle ? Pourquoi vous avez l’air aussi triste… Comme si… Comme si… Quelqu’un était mort. »

Cette dernière phrase me fit perdre la parole, perdre un être proche… Les larmes de ma mère dans la forêt, les regards de mes frères et de ma sœur quand j’étais dans la chambre d’Ethan, mon dégoût en voulant boire du lait et surtout… Ce vide que je ressentais. Non, ne pense pas, continue à parler... Tout va se résoudre, mais ne t’arrête pas. Mon père me prit brusquement les mains et m’encouragea à parler. Ne pense à rien… Parle de ta journée… C’était une journée banale rien de plus… Continue… Ne tremble pas et sois forte. Je repris donc :

« Alors… On a joué un morceau tous les deux… Papa, c’était magnifique, tu ne peux pas imaginer comme je suis heureuse de l’avoir rencontré. C’était merveilleux comme déclaration, aucun garçon, hors mes frères, ne m’avait donné autant d’importance. Et puis, je suis sûre qu’on peut faire de belles choses tous les deux comme participer à des concours, devenir des professionnels et faire les musiques des jeux vidéo ou des films. Qu’est que je raconte-moi ? Je pars beaucoup, mais beaucoup trop loin là… N’est-ce pas ? Mais… Pourquoi tu pleures papa ? »

Il s’était effondré sur sa chaise de bureau, ne tenant plus sur ses jambes et avait les larmes aux yeux. Je m’avançais vers lui pour aller lui faire un gros câlin quand il m’arrêta et me demanda de continuer. De plus en plus inquiète, je regardais Ethan, il n’avait pas bougé d’un pouce, mais jeta un regard désolé à notre père comme s’il ne pouvait pas avancer plus. Les deux me faisaient peur, j’avais envie de m’enfuir… Une voix dans ma tête me disait de continuer toujours et d’avancer.

Je pris donc mon courage à deux mains et poursuivis :

« Du coup… Ethan m’avait attendu et on est rentré ensemble, n’est-ce pas ? On en a parlé, et même si tu le connais, il a caractère de frère très protecteur… Non Ethan, ne fait pas mine que c’est faux ! C’est tout à fait vrai. Et puis ce n’est vraiment pas bien de rouspéter comme ça franchement.
Enfin bref, on est rentré à la maison, là, on a vu Seth et sa famille et on a du coup profité avec eux. Puis, après bah, j’avoue avoir eu un petit coup de fil de Jess, c’est justement parfait qu’on en parle maintenant Papa, parce que voilà, il m’a proposé une sortie avec lui aujourd’hui. Tu accepterais que je sorte cette après-midi ? »


Je fis un petit peu les yeux du chat battu et vis bien Ethan lever les yeux au ciel complétement désemparé par la situation. Je vis encore quelques larmes dans les yeux de mon père, mais un léger sourire était apparu comme s’il était fier de moi et il me dit d’un chuchotement :

« On verra ça plus tard ma belle, faut que j’en parle à ta mère et la connaissant, elle ne va pas être très contente sinon. Mais vas-y finis… »

En disant cette dernière phrase, tout sourire avait disparu de son visage, je fermais un instant les yeux en repensant à la fin de cet appel. Je me voyais raccrocher le téléphone pour rejoindre ma famille qui s’était installée pour manger. Tout le monde avait le regard souriant, rigolait, m’embêtait… Puis… Brusquement, quelqu’un fit tomber la porte d’entrée… Qui s’était… Je ne veux pas m’en rappeler. J’ouvris doucement les yeux pour reprendre avec une voix tremblotante :

« On a raccroché comme il était tard et surtout qu’il était temps qu’on aille manger. On a raconté nos vies à table, j’ai annoncé que j’allais participer à un super concours musical avec tout mon orchestre et j’ai fini par ma rencontre avec Jess et par le fait que j’allais sortir avec lui. Puis… Il y a eu… Euh… La porte d’entrée qui s’est ouverte brusquement… Laissant place à un groupe de… Je… »

J’allais pour continuer à parler, mais rien ne sortit de ma bouche, je la fermais un instant essayant de me rappeler de ce qu’il s’était passé. Trou noir… Rien… Je ne me souvenais de rien alors que s’était hier. Je refermais les yeux en espérant que cela m’aide à retrouver la mémoire… Je me sentais bête d’avoir oublié. Je me perdis dans mon monde abandonnant mon père et mon frère jumeau. Je me revis à cette table à côté d’Ethan, quand la porte s’est ouverte brusquement, tout le monde s’est levé prêt à attaquer. C’était des êtres surnaturels, j’en étais sûre, mais quoi ? Je n’arrivais pas à me rappeler. Mes parents dans la cuisine en train de nous protéger, mes deux frères protégeant le fils de Seth, Vesper et la femme de Seth combattaient aussi dans le salon. Je me vis me battre avec ma famille, quand brusquement… On fut légèrement séparés. Ethan et moi étions dans une pièce non loin du salon. Et puis on combattait de toutes nos forces… Après… Après… Je me vois me battre et abattre un être surnaturel.

Brusquement, j’ouvris les yeux, oubliant où j’étais et avec qui j’étais. Avec Ethan, on avait réussi à abattre un être. Puis deux autres sont arrivés… Bien plus forts et bien plus difficiles à vaincre… Une voix me disait de continuer à me souvenir, que c’était vital pour moi. Je repris mon récit, mais ce n’était pas d’une voix claire, mais au contraire, dans un petit chuchotement à peine audible :

« C’étaient des êtres surnaturels qui sont venus nous combattre sans aucune pitié. Ethan et moi, on a été séparés du reste de la famille nous retrouvant dans une pièce non loin du salon. On a réussi à en battre un, puis deux autres ont débarqué beaucoup plus forts et beaucoup plus durs à battre. Après… Après… L’un des deux m’a attrapé et a dit des choses horribles pour mettre en rage Ethan. »

Je me sentais mal… Horriblement mal… Comme quand j’étais dans les bois. Pareil, je me pris la tête, tant je sombrais dans une atroce douleur. Mon père me prit dans ses bras, me chuchotant que c’était bon, que c’était suffisant et que je pouvais arrêter. Oui, je ne voulais pas me souvenir… Pourtant, une voix… Pas n’importe laquelle… Ethan me disait qu’il fallait que je continue et que je me souvienne.

Je refermais les yeux plus fortement, je me devais d’être courageuse et faire face à ce souvenir. Un être m’avait attrapé, je voyais Ethan furieux comme jamais. Qu’avait-il dit pour que je retrouve mon frère jumeau dans un état pareil ? Je souffrais et Ethan aussi, on avait tous les deux du mal à les combattre… Non, lui, il était fort… Moi, j’étais faible… Terriblement faible et je n’avais rien fait à part crier et pleurer.

J’ouvris les yeux pour me mettre face à Ethan, je lui pris la main tout doucement et je lui dis d’une voix pleine de sanglots :

« Même si c’est dur, il faut que je me rappelle n’est-ce pas ? Alors dis-moi que c’est-il passé après… Je t’en prie… Dis-moi la vérité. Je n’en ai aucun souvenir… Pourquoi tu ne dis rien… »

Mon frère jumeau s’avança vers moi et me prit dans ses bras. Puis, il me dit un mot… Un mot qui changea tout… Un simple mot qui me fit voir la suite de mes souvenirs… Non de mes souffrances. D’un simple chuchotement, il répondit :

« Sang ».

Chapitre 7 :


« Sang, sang, sang…. »

Je me sentais hypnotisée par ce simple mot : le sang. Brusquement, je me sentis complétement changée. J’avais soif… Je regardais mon père, sentant l’odeur de son sang circulant dans son organisme. Non… Je ne le voyais plus comme mon père, mais comme une proie et pour survivre, il fallait boire son sang.

Je m’approchais de plus en plus, prête à l’empêcher de s’enfuir, ne voulant qu’une seule chose boire son sang. Brutalement, la porte s’ouvrit laissant place à mes deux frères qui m’immobilisèrent. Ils étaient forts, beaucoup trop forts pour moi qui n’étais qu’un jeune vampire. Je me débattais comme une folle, mais rien à faire, ils me tenaient fermement. Vesper se précipitait pour me forcer à boire une fiole de sang. Cela me fit un bien fou, c’était délicieux, l’odeur était certes très différente de celle que j’avais sentie auparavant, mais c’était suffisant pour ne plus avoir soif.

Petit à petit, je reprenais mes esprits, je voyais que tout le monde avait débarqué dans le bureau de notre père. Brusquement, je me levais, regardant la fiole vide par terre proche de moi laissant une petite goutte de sang sur le tapis. D’une main tremblotante, je m’essuyais la bouche et je vis avec horreur du sang. Vampire… Être surnaturel qui ne buvait que du sang, une race pouvant être considérée comme immortelle, mais il y avait des faiblesses et pouvait mourir.  

J’écarquillais les yeux tant j’étais sous le choc. Quand et pourquoi j’étais devenue un être sanguinaire… Non, un horrible monstre ? C’était impossible, j’étais une chasseuse… Devenue un vampire… Je fixais Ethan, son visage avait changé, il était devenu mauvais, non ce n’était pas mon frère jumeau qui était devant moi, mais quelqu’un d’autre. Il s’approcha doucement, me chuchotant toujours la même phrase qui me glaça :

« Tu m’as tué… Tu m’as abandonné à mon triste sort… C’est toi qui aurais dû mourir… Maintenant à ton tour de souffrir pour l’éternité vampire ! »

Je l’ai tué… Je l’ai tué… J’ai tué mon propre frère jumeau… Je suis un monstre… Je dois me souvenir de ce qu’il s’est passé. Brusquement, je sentis deux mains attraper mon cou, celles de mon frère jumeau, celles d’Ethan. J’ai peur… Je ne veux pas me souvenir… Je refermais mes yeux, me laissant bercer par les ténèbres. Ethan… Ethan… Que s’est-il passé ? Je dois le savoir même si tu veux me protéger, il le faut.

Il apparut devant moi dans les ténèbres, c’était bien lui avec son sourire chaleureux et qui avait perdu toute trace de méchanceté. Il pointa du doigt un cercle, je m’approchais doucement puis je rentrais dedans. Le décor changea, remplacé par la scène de combat contre les vampires. Nous étions, Ethan et moi, dans un sale état et tous deux avions été attrapés par les deux êtres surnaturels eux-mêmes mal en points. Je me vis crier de toutes mes forces, suppliant d’arrêter, mais il était trop tard le vampire avait tué mon frère jumeau… Ethan n’était pas vivant.

J’ouvris yeux, devant moi, il y avait mes deux frères qui tenaient fermement mes deux poignets. Ethan était mort… Et pourtant, mon frère jumeau était bien devant moi. Ce n’était pas possible… Mes frères me relâchèrent et avec difficulté, je me relevais. Je regardais tout le monde qui était dans la pièce. Personne ne disait un mot, ne sachant pas très bien comment gérer la situation. Je pris la parole la première :

« Ce n’est pas possible… Ce n’est pas possible… Ethan est là ! Je le vois ! Il est ici dans cette pièce ! Il m’a tenu la main, on s’est promené hier… Non, il ne peut pas être mort, ce n’est pas vrai ! Tout le monde me voit n’est-ce pas ? Stannis, Vesper, Seth, maman et papa… Je ne suis pas folle… Pourquoi personne ne parle ? Pourquoi… Pourquoi… Pourquoi je perds complétement la tête… »

Seth me serra fort dans ses bras avant de me répondre d’une voix remplie de souffrance :

« Elsa… Tu es la seule à le voir… Hier, tu parlais toute seule, il n’y avait personne en face de toi… Et là, tu t’es étranglée toute seule… Le choc est si dur pour toi que tu vois Ethan alors qu’il est... Mort. »

Je relevais directement la tête. J’étais folle… Je perdais la tête… Il fallait m’emmener loin… J’allais devenir dangereuse. Je me reculais de quelques pas, voyant Ethan qui apparaissait de droite à gauche disparaissant de temps en temps. Non ce n’était pas Ethan, juste le reflet de ma folie, de ma solitude et de ma tristesse d’avoir perdu mon unique frère jumeau. À cause de moi, je faisais souffrir ma propre famille…

J’essuyais tant bien que mal mes larmes avant de dire avec une voix fragile :

« Je suis désolée… À cause de moi… Je vous fais encore plus souffrir… Je sais plus quoi faire. Je suis complétement perdue. »

Mon père reprit la parole :

Il faudra certes du temps, mais je te connais, tu apprendras vite et tu pourras surmonter n’importes quelles épreuves. Tu n’es pas seule, tu nous as nous et on sera toujours à tes côtés… Toujours… N’oublie jamais ça ! Nous ne voulons pas ta mort, je me dois de te protéger, de t’apprendre à contrôler ta soif et tes pouvoirs vampiriques. À cause de moi… Nous serons toujours à tes côtes… Alors crois en nous ! »

Ce discours m’a permis de me réveiller, de ne pas abandonner et de surmonter le monstre que j’étais. Avec un petit sourire, je dis d’une voix en essayant d’être le plus clair possible :

« Merci de votre confiance, mais vous êtes des chasseurs et je me dois par respect pour notre famille de ne pas vous demander de l’aide pour mon apprentissage vampirique. Papa, tu le sais, il y a pleins d’autres qui ont connu la même chose que moi et par contrainte, ils sont devenus des monstres sanguinaires. Je dois me battre jusqu’au bout pour ne pas sombrer encore dans les ténèbres. Je vois encore Ethan, je me sens encore vide et j’ai encore beaucoup de regrets. Mais l’amour que j’ai pour notre famille et votre aide m’ont ouvert les yeux et je dois faire mon apprentissage seule et que vous ne soyez pas en complicité avec un vampire… Votre ennemie… »

Je devais faire mes choix moi-même et ne pas être en danger ma famille. Je jetai un dernier regard de la journée à Ethan. Mon premier objectif étant de diminuer mon hallucination.

Chapitre 8 :


Deux ans après :

J’appuyais sur la dernière note de musique avant de me relever pour saluer les spectateurs qui m’applaudissaient. Je portais une magnifique robe rouge que ma mère m’avait offerte et de magnifiques talons noirs. Devant moi, il était là, à me regarder, fier de ma prestation. Il m’aura fallu deux ans pour m’entraîner comme une folle pour être enfin dans cette grande salle à jouer dans un concours de lycée. Tout semblait tellement grand et pourtant, je ne voyais que toi qui me fixais, je sais… J’en ai bien conscience… C’est l’heure de se dire en revoir car tu n’es qu’une simple hallucination de ma part. Tu n’es pas vraiment Ethan, tout ça, c’est dans ma tête… Il faut que je l’accepte et je me dois de te laisser partir.

Je pris le micro posé sur le piano pour dire ces quelques mots :

« J’aimerais, avant de partir, jouer un dernier morceau, mon frère jumeau Ethan l’adorait et je sais, où qu’il soit, qu’il l’entendra. »

Les quatre membres du jury parlèrent entres eux, puis l’un d’eux se leva pour accepter ma demande. Je le remerciai d’un signe de tête avant de m’installer et de poser doucement mes doigts sur le clavier. Je fermais les yeux, repensant à ma famille, à mes amis, à Jess et à Ethan. J’ouvris brusquement les yeux en commençant une mélodie calme et reposante. C’était une totale improvisation, écrite par mes soins à la demande d’Ethan avant le drame.

Je sentis sa présence à côté de moi, souriant toujours et encore. Des larmes commencèrent à couler le long de mes joues tant j’étais à la fois heureuse et triste de jouer ce morceau. Je le savais qu’il fallait que j’aille de l’avant sans l’oublier… De plus en plus fort, je tapais sur chaque touche, mettant en valeur tous mes sentiments. Plus je jouais, plus je me sentais mieux, plus forte et plus déterminée à jamais. Mes doigts commencèrent à me faire mal, mais je m’en moquais, j’avais besoin d’être parfaite pour ce morceau et de ne faire aucune erreur.

Je calmais doucement le rythme de la musique, un petit sourire aux lèvres, le premier depuis très longtemps. Je m’imaginais sur le même océan que dans mon rêve, jouant de ce piano à queue, Ethan à mes côtés et un magnifique cerisier en fleurs de l’autre côté. Tout en jouant, je regardais mon frère jumeau, qui semblait enfin être en paix. D’un grand sourire, je lui dis ce simple mot :

« Merci… »

Je retournais mon regard vers le piano, ne le voyant plus dans mon champ de vision. Brusquement, la mélodie devint de plus en plus forte tout en restant douce. Ne pas le regarder, je me dois de le laisser partir. Je sentis un simple courant d’air, comprenant qu’il était parti. Je finis le morceau, me relevant doucement pour saluer une dernière fois, les jurys et les spectateurs. J’eus droit à un tonnerre d’applaudissements et je repartis derrière les rideaux.
Je courais dans les coulisses pour sortir à l’extérieur sous le ciel étoilé de New-York. Ethan avait disparu et je sentais ma solitude reprendre le dessus. D’un regard déterminé, seule au milieu de ce trottoir, je criais de toutes mes forces :

« JE TE PROMETS DE RESPECTER MES PROMESSES ET QUE J’IRAI TOUJOURS DE L’AVANT !!! »

Je poussais un dernier cri de désespoir, de haine et de souffrance. C’était plus dur que je le pensais, mais il fallait que je continue… À vivre et garder pour moi mes regrets. J’enroulais mes bras autour de mes genoux et reposais ma tête dessus tout en pleurant. Je pouvais sentir qu’une personne était accroupie devant moi, mais je n’avais pas la volonté de relever la tête surtout si c’était pour revoir mon hallucination. Il était parti à tout jamais… Elsa, tu devras vivre avec ça et surmonter ça sans jamais avoir peur.

J’entendis mon « professeur » m’appeler afin que je le rejoigne. Il s’appelait Kazuki Tanaka, il m’avait prise sous son aile quand je partis de chez-moi. C’était l’un des plus grands amis de mon père, en qui il avait toute sa confiance. Lui aussi était un vampire et il avait beaucoup d’expérience dans ce domaine. Mon père l’avait rencontré, tout jeune, alors qu’il venait tout juste d’utiliser son arme de chasseur. Mais en aucun cas, le vampire voulait le mordre, au contraire, il était l’un des rares à préférer le sang des animaux. Kazuki apprit à mon père tout ce qu’il voulait savoir sur les vampires et comment les combattre, mais en lui faisant bien savoir qu’un vampire qui pouvait contrôler sa soif, n’était pas dangereux. Au contraire, il pouvait vivre avec les humains et devait juste s’adapter à leur environnement.

Il était marié à Yuki, sa femme, vampire, elle aussi, depuis quelques siècles. Ils ont toujours été ensemble et ont dû adopter pour élever un enfant. Elle était d’une gentillesse hors du commun et d’une grande patience. Ils étaient, tous les deux, originaires du Japon, mais avait déménagé au Canada pour des questions de travail.

La famille Tanaka m’a été d’un grand secours, grâce à eux, j’ai appris à contrôler mes pouvoirs, à surmonter mes sentiments pour ne surtout pas les supprimer. La chasse fut facile étant une chasseuse depuis la naissance, boire du sang fut bien plus compliqué. Maintenant, je contrôle ma soif de sang et mes pouvoirs vampiriques. J’ai encore des difficultés ça c’est sûr, mais par rapport à mes débuts, j’y arrive beaucoup mieux.

Essuyant mes larmes, je me relevais pour le rejoindre. Voyant mes yeux rouges, il me prit dans ses bras, me disant que c’était merveilleux ce que j’avais fait et que les jurys étaient conquis. Tous les élèves se retrouvaient dans le hall du conservatoire à attendre les résultats. Je voulais devenir une professionnelle et monter de plus en plus les échelons.

Les quatre jurys arrivèrent, l’un d’eux ayant la feuille du classement dans les mains. Il nous remercia tous de notre volonté à faire de la musique et surtout qu’il était dur de choisir les dix premiers étant donné qu’on était tous très bons. Ce discours me faisait chaud au cœur, mais j’étais aussi bien stressée, je voulais voir mon classement, savoir si j’avais bien réussir avant d’aller chasser. Malheureusement, l’heure tournait et j’avais du mal à tenir en place vue que ma soif devenait de plus en plus incontrôlable. Le plus dur fut la foule de personnes autour de moi, je pouvais sentir leur sang circuler dans leur organisme. Mais je me devais de me contrôler, il était hors de question que je boive du sang humain… Je l’avais promis… Promis en regardant droit dans les yeux d’Ethan.

À la fin du discours, le jury accrocha la fameuse feuille, tout le monde se précipita dessus pour savoir où ils étaient. Je me précipitais devant, bousculant certains élèves, jusqu’à ce que je puisse voir ce qui avait été écrit. Je ne pus m’empêcher de faire un cri de joie. J’étais dans le classement des dix premiers, mais surtout, j’étais la première. J’avais réussi, j’étais tellement heureuse et émue. Je courais vers Yuki et Kazuki pour leur annoncer la bonne nouvelle. Ils me prirent tous les deux dans leurs bras, fiers de moi.

Je m’écartais doucement, faisant un dernier sourire à leur attention avant de me précipiter vers la sortie. Il était l’heure d’aller chasser dans Central Park. Arrivant à destination, je pris la dague d’Ethan avant de l’enfoncer d’un coup sec dans le corps de petits écureuils trop mignons qui n’avaient rien demandé. J’étais toujours dégouté de faire cela, mais je n’avais pas le choix pour survivre et surtout pour tenir ma promesse faite à Ethan. Je sortis du parc, portable dans les mains, pour annoncer la bonne nouvelle à mes parents, à mes frères et à ma sœur.

Je donnais souvent des nouvelles pour qu’ils ne s’inquiètent pas et surtout, parce que j’étais loin d’eux. Mais il était temps que je rejoigne le Canada, ma famille me manquait.

Chapitre 9 :


Deux ans en arrière :

Après l’épisode dans le bureau de mon père, tu avais disparu pendant toute la journée. Essayant tant bien que mal de ne pas penser, je profitais des membres de la famille. On essayait de rigoler, de jouer ensemble et de ne pas se rappeler. Stannis était partit de la maison, il avait des obligations de chasse mais je savais que c’était pour mon bien et qu’il ne voulait pas me faire du mal.

Mes parents me parlèrent de Yuki et Kazuki, un couple vampirique qui connaissaient que trop bien. Ils avaient réussi à contrôler leurs soifs et surtout à maitriser leurs sentiments. Ils habitaient non loin de la maison et j’en était bien heureuse, il était hors de question que je coupe les ponts avec ma famille.

Le lendemain, je les aie rencontrés, ils ont été adorable et m’ont pris sous son aile. Un soir, je suis partit avec eux, il était temps que je boive du sang. Ma première goutte de sang après ce fameux soir, ce fut si difficile et très douloureux.

On était dans la même forêt, celle qu’on connaissait trop bien. Il était tard, très tard, mais je commençais à avoir soif. On s’enfonçait de plus en plus dans les profondeurs quand tout d’un coup le couple s’arrêta. Devant nous, se trouvait une magnifique biche, Kazuki me pris part les épaules me disant qu’il fallait que je le fasse. Je regardais l’animal, il fallait que je fasse le premier pas et que je tue cette pauvre bête pour survivre. Je sortis ta dague, même si je me devais de ne pas penser pour ne pas redevenir folle, j’avais besoin d’avoir un objet qui t’avais appartenant et qui te tenait à cœur. Je m’approchais doucement, ne savant pas très bien comment faire mais surtout je n’avais pas envie de tué même si c’était pour ma survie. J’étais à quelques mètres de la biche, la lune éclairant faiblement le paysage et je te vis derrière l’animal. Tu souffrais ne voulant pas que je fasse cela, mais tu n’étais qu’une hallucination…Je t’ai regardé pendant quelques secondes sans rien dire puis pour la première fois j’ai détourné le regard et j’ai enfoncé la dague dans la chair de la biche.

Je pouvais sentir ta présence, mais je m’interdisais de te regarder, tu n’étais qu’une hallucination de ma folie, de ma tristesse et de ma solitude. Je voyais le sang coulais, d’un coup brusque qui ne me correspondais en aucun cas je buvais le liquide rouge tel un animal affamé. Non pas un animal…tel un monstre…un vampire.

Tu me regard, je le sais, mais je ne peux pas regarder. Pardon Ethan, je n’ai pas droit de le faire. Je savais très bien que ça allait être dur mais il ne faut pas que je retombe dans ma folie, sinon on m’aura perdu à tout jamais. Ne fais pas ça, ne t’accroupis pas alors que je suis en train de boire du sang. Ne pas le regarder…ne pas le regarder…Puis tu me parle, me demandant à ce que je regarde mes mains. Pourquoi tu dis ça ? Je ne comprends pas…Non je ne dois pas réfléchir, ce n’est que dans ma tête, il n’est pas là. Ethan est mort…Ethan est mort.

A la fin de la gorgée, je prends le risque de regarder mes deux mains et je ne pus m’empêcher de crier. En voyant le sang sur mes deux paumes, je repensais à cette nuit, à ton propre sang qui était sur moi. Grave erreur de ma part, je relevai la tête pour te voir, tu me regard mais c’est vide sans aucun sentiment. Brusquement tu tombes raide mort à côté de la biche, tu es ma plus grande faiblesse et ma propre folie. Je sentis deux me prendre par les épaules, me disant des paroles rassurantes et me valorisant. Cette tendresse me fit du bien, me détendu et je fus plus calme. C’était Yuki qui m’avait enlacé pour je revienne à la réalité. A mon plus grand soulagement le corps disparut et je partis en courant vers la sortis de cette maudite forêt. Tu ne peux pas savoir comment je la déteste, comment je voudrais qu’elle disparaisse. On est partis, je pleurais comme une madeleine, je ressentais trop de sentiments et j’avais peur d’être trop faible pour ne pas passer outre ta mort.

Ma famille nous attendait, inquiet de cette première chasse vampirique. On leurs raconta ce qui se passé sans mentionné le fait que j’avais fait une petite crise.

Les jours se passèrent ainsi, après manger tout le monde partait chasser en tant que chasseur et quand la soif était trop importante j’y allais à mon tour pour boire. Mais tu restais ici, à m’observer, à me faire peur, ne voulant qu’une seule chose c’est que je te regarde et que je pense que tu sois réel alors que tu n’es que ma propre folie. Plus je t’ignoré, plus tu me faisais souffrir car tu voulais que je te donne mon attention. Je ne peux pas…comprend-moi…pour la première fois on était très différents…Mais ce n’était pas toi…

Tu ne voulais pas disparaitre, non je ne voulais pas que tu disparaitre. J’étais faible, je disais des promesses que je ne tenais pas. Je me sentais lamentable et j’avais honte de moi envers ma famille.

Après la chasse vampirique, je passais mes soirées à aller dans l’ancien club de musique du lycée. Jouer, toujours jouer du piano sans jamais m’arrêter, me rappelant des jours quand j’étais normal et une chasseuse. Nos moments à nous et notre famille, celle de mes amis et la courte histoire d’amour que j’ai reçu de Jess. J’avoue il me manque terriblement, je veux me serrer dans ses bras, l’embrasser, lui dire comment je l’aime et que j’ai envie de rester avec lui. Mais c’est mort n’est-ce pas ? Je ne vais jamais grandir et lui il va vieillir, je ne boirais que du sang animal et lui devra supporter cela. Je ne pourrais jamais avoir de descendants et il devra accepter cela. Jess devrait faire de nombreux sacrifices à cause de moi. Non, je resterais à jamais dégouter de ma nature, il était hors de question que je la partage à qui que ce soit. Je me fis donc une promesse à moi-même la disant à voix haute :

« Je ne tomberais jamais amoureuse quoi qu’il arrive… »

Si tu m’entendais, tu aurais crié mais tu n’es pas là enfin si mais ce n’est qu’une folie de ma part. Chaque fois que je joue jusqu’au matin, tu es calme mais je continue fermement à ne pas te regarder.

Je n’ai plus retourné au lycée, je n’ai plus revu mes amis et ni Jess. Je me sentais horriblement mal de les avoir abandonnés sans donner aucune nouvelle. Tellement j’avais de messages et d’appels, j’ai détruit mon téléphone. Je ne veux pas leurs faires du mal…j’ai peur de devenir incontrôlable.

Les journées se passèrent ainsi : le piano et la chasse. Mais mes parents étaient très inquiets de ma situation, qui ressemblait plus à une dépression qu’autre chose. Ils demandèrent donc à Kazuki et Yuki de m’emmener un peu plus loin que la maison, voir d’autres horizons.
Avant de partir pendant quelques temps de la maison, je me suis recueillis un soir sur ta tombe. Je t’ai déposé une fleur et j’ai beaucoup discuté de tout et de rien. Là j’étais sûr que c’était toi et pas l’hallucination qui me fixait comme si mes mots étaient adressés à elle alors que non. Puis je t’ai fait cette fameuse promesse que je n’oublierais jamais :

« Ethan…Je vivrais malgré ma nature et les difficultés. Je ne ferais souffrir personne et je me battrais jusqu’au bout. Je ferais tout mon possible pour être l’humaine que j’ai toujours été : amusante, rigolant de tout et n’importe quoi, faisant des bêtises, découvrant de nouvelles choses, courant dans des lieux inconnus et surtout avoir une grande confiance en moi. Je ne pourrais pas t’oublier mais j’essayerais à ne plus penser à cette fameuse soirée. Allant de l’avant et réalisant mes rêves, surtout celui d’être une pianiste professionnelle. »

Je me tus un instant, laissant le vent du soir soufflais légèrement mon visage. J’allais partir d’ici, j’étais toute triste de dire en revoir à mes parents et à mes frères et sœur. Mais il m’était vital que j’aille mieux, que je contrôle tout et que je redevienne la Elsa Walsh non le vampire. Je me relevais doucement, j’avais tellement parler que le soleil commençait à se lever doucement marquant un nouveau départ pour moi. Je me permis de regarder droit devant moi, d’habitude ton faux toi était là, mais cette fois-ci mon hallucination avait disparus. Je sortis une lettre de ma poche la déposant à côté de la rose. Puis je me retournais et dis d’un chuchotement :

« Tu me manque… »


Avant de verser quelques larmes et de partir pour rejoindre ma famille.    

Chapitre 10 :


J’ai voyagé avec Kazuki et Yuki, visitant de nombreux pays et rencontrant de nombreuses personnes. Je me suis liée d’amitié avec des humains, des vampires, des humains et même d’autres êtres surnaturels que je ne connaissais pas l’existence. J’allais dans des villes ou il y avait peu d’humains, n’allant jamais dans les capitales peur de devenir vraiment incontrôlable. Bien entendue, mon hallucination était toujours là mais était beaucoup plus calme même lorsque je buvais du sang. Je me sentais beaucoup mieux, vivant dans le présent et ne pensant pas du passé. Profitant aux maximums des moments passés avec ma seconde famille et mes nouveaux amis étrangers.

Le temps passait à une vitesse folle puis on finissait par l’Angleterre avant de retournais au Canada. Je rencontrais Alan Adams un jeune vampire tout comme moi et qui avait à peu près mon âge. On avait vite sympathisé, chassant de temps en temps ensemble. Grâce à lui, il m’a aidé à m’évader de mon passé et me faire vivre de nouvelles choses malgré mon passé. On ne sait jamais raconter nos histoires, ne voulant juste profité du présent. Il m’a fait visité des petites villes ou il y avait peu d’habitants et que de la campagne. La veille de mon départ, il me déclara sa flemme. Je repensais à Jess, mon premier amour, celui qui m’a donné mon tout premier baiser. Mais cette fois-ci j’ai repoussé gentiment, même s’il était de la même nature que moi, je ne voulais pas retomber amoureuse. Alan s’est sentit horriblement triste et mal, je pouvais bien le voir mais je n’avais pas le choix enfin non plutôt l’envie.

Après cela, pour la première fois depuis que je suis partit de la maison, je me suis permise de me promener seule. J’avais bu assez pour la soirée, j’avais besoin de prendre l’air et d’être seule. Je marchais pendants quelques minutes, sans vraiment savoir ou j’allais, me perdant complétement. Puis, je ne sais comment je me retrouvais au plein milieu d’un champs…bien bien bien….comment j’avais fait alors qu’à l’origine j’étais dans une ruelle. Pas du tout inquiète de ma situation, j’essayais tant bien que mal de retrouver mon chemin. Puis brusquement je vis une ombre courir le champ à grande vitesse. Je suivais sans difficulté la personne, la suivant discrètement pour savoir ce qu’elle essayait de fuir. Puis, je vis une maisonnette à l’autre bout du champ, tout à fait logique, l’ombre cassa une fenêtre. Blanc…ce n’étais pas quelqu’un qui fuyais mais plutôt un cambrioleur qui essayait de voler une pauvre maison de campagne. Non mais où va le monde quand même ? J’accourus donc vers le voleur, pour le prendre avant qu’il essaye de pénétrer dans le salon. On se battait comme on pouvait, bon j’avais quand même un peu plus de force à cause de ma nature et comme lui, car oui c’était un homme, il était un humain. Malheureusement, je ne pensais pas qu’il allait me donner un bon coup sur les côtes avant de prendre mon portable des mains et de s’enfuir. Oh et joie et bonheur, les habitants s’était réveiller et commençaient à crier dans tous les sens. Bien sûr, comme le voleur était partit, ils sont crus que c’était moi la voleuse.

Le lendemain, je devais rejoindre Kazuki et Yuki dans quelques heures, je me suis retrouvais dans le commissariat du petit village. Point positive, j’avais retrouvé mon chemin mais j’étais sous les barreaux et je commençais à avoir soif. Un peu paniqué, je demandais juste si je pouvais passer un petit coup de fil. Les policiers qui n’étaient pas très aimables n’ont pas acceptés ma requête, sinon ça allait être trop simple et j’ai donc dû utiliser l’une de ma compétence vampirique : l’hypnose, bien pratique pour s’évader de prison quand on est pas coupable. Je me suis donc amusée à changer du coup leurs souvenirs et j’ai pu retrouver le couple. Sans aucune gêne, je leurs ai raconté en détail ce qu’il c’était passé et j’ai vu un désespoir de leurs regards, ce qui était assez comique.

Bref, après cette petite aventure on est tous allés à l’aéroport pour rejoindre le…les Etats-Unis ???? Je regardais mon billet d’avion avec des yeux ronds. Qu’est qu’on allait faire là-bas ? Par la suite, Yuki m’expliqua qu’on allait vivre un an pour que je m’habitus à l’environnement ou il y a beaucoup de personnes et peu de forêt. Non, c’était vraiment la ville ou les vampires ne pouvait vivre là-dedans : pas de forêt, peu d’animaux à part des écureuils ou des bestioles dégoutante genre souris, cafards et autres joyeuseté. Le pire c’est que c’était la ville ou y a le plus d’habitants…Comment j’allais faire pour survivre moi ?

A mon grand désespoir on est partit direction New-York et on est restés une année. Un an ou j’ai dû boire du sang à Central Park de pauvres bestioles qui trainait là-bas. En plus, il avait très peu de vampires comme ce n’était pas vraiment l’environnement idéals pour les êtres surnaturels. Mise à part cela, je me suis vraiment éclaté à m’inscrire dans un lycée spécialisé dans la musique ou j’ai pu m’entrainer à fond au piano.  

Un an, ou mon hallucination restais à mes côtés mais qui restais calme et je m’étais habitué à ne pas la regarder. Mais il était temps de la faire disparaitre avant que je rentre définitivement au Canada.

A la fin de l’année, il y avait un grand concours organisé. Je pris la décision de tout donné pour ma famille, mes amis et surtout Ethan.

Epilogue :


Deux grandes valises à la main remplis de souvenirs et plein d’autres choses, j’étais prête pour revenir voir ma famille. Kazuki et Yuki avait adoré New York et avait décidé de rester ici pour y vivre. Je les enlaçais bien fort avant de prendre l’avion. Malgré tous mes voyages je détestais autant l’avion. Voyons au vol quand même, on est dans les airs, on tombe de très très haut…Pourtant ça ne me dérangeait pas les hauteurs, mais là quand même on était dans le ciel.

Bref, après quelques heures, j’arrivais enfin à l’aéroport pour retrouver ma petite famille qui était là pour m’accueillir à bras ouvert. Je racontais des aventures et leurs donnaient tous mes cadeaux. Je montrais aussi ma récompense de mon concours et j’étais heureuse d’être enfin chez moi. Je n’avais plus peur de boire du sang ni de mes sentiments. Je garderais mon humanité en ne supprimant rien de ma personnalité. On me raconta que Stannis était partit à Beacon Hills pour y vivre. J’étais contente s’il allait bien dans ce nouveau chez lui.

Après avoir parlé pendant des heures et des heures avec ma famille, tout le monde partis se couchais. Je me recueillis à la tombe d’Ethan pour lui dire ceci :

« J’ai réussis Ethan…J’ai accepté ma nature, j’ai pris en compte mes sentiments et ma nouvelle nature. Je suis redevenue la Elsa d’avant !!! Et mon hallucination à disparus…J’ai réussis…J’ai réussis… »

Je partis dans un sanglot, ce n’était pas de la tristesse plus un contre coup de ce qui m’étais arrivée dans ma petite vie. J’essuyais tant bien que mal mes larmes, avant de m’apercevoir que la lettre avait disparus.

Avant même d’avoir eu le temps de réflichir du pourquoi du comment, mon nouveau portable sonna. A mon grand étonnement c’était Stannis qui voulais que j’aille le voir comme il avait quelque chose d’important à me dire

acidbrain


Dernière édition par Elsa Walsh le Sam 1 Oct - 1:45, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam F. Kendall


avatar

▲ Date d'inscription : 31/07/2016
▲ Messages : 48

MessageSujet: Re: ~Mon petit monde tout gentil et tout mignon~ enfin....   Mer 21 Sep - 18:25

MAIS C'EST PAS BIENTOT FINI DE FAIRE DES HISTOIRES ROMANS ?!?!

D'abord la Licorne, ensuite l'épousée, sûrement le Chouchou et maitnenant la paupiette ?!?!?!
VOUS BOUFFEZ QUOI BORDEL ?!

_________________
You shoot me down but I won't fall. Sam F. Kendall
Devenir cinglée et se taper la tête contre les murs. Mon corps réclame aussi ce venin qui, injecté à mes journées, me fait oublier que je ne rêve plus, je ne fais que pleurer, comme une malade mentale qu'on aurait pas soigner... × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macéo J. Cubbins


avatar

▲ Date d'inscription : 10/07/2016
▲ Messages : 152

MessageSujet: Re: ~Mon petit monde tout gentil et tout mignon~ enfin....   Ven 23 Sep - 16:07

Au moins on écrit et on poste NOUS !!!

_________________
© LILACSKY.
 
« I have spent so much time with this Guy. I have learned a ton and been pushed both musically and in life by Him. I can’t imagine not even being His friend. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Stannis Walsh

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 01/02/2016
▲ Messages : 13

MessageSujet: Re: ~Mon petit monde tout gentil et tout mignon~ enfin....   Dim 25 Sep - 3:13


Congrat’s
T’es validé !



Tu rejoins nos rangs !

Bienvenu à toi sur le forum !

Je t'annonce officiellement que ta fiche est VALIDÉE

Cependant il te reste quelques petites choses à faire avant de te lancer dans l'aventure :

★ N'oublis surtout pas de recenser ton avatar pour ne pas qu'il te soit piqué !
★ Tu dois aussi créer ta fiche de lien et de rp afin que les autres joueurs puissent te faire des demandes. N'oublis pas de recenser toutes tes fiches une fois cette étape terminée
★ On a tous besoin d'un endroit ou vivre et qu'on veut pas tous être sdf alors n'hésite pas à faire une demande de logement
★ Tu as déjà un compte parmi nous et le message du début t'ennuie car tu le connais déjà ... N'oublis de recenser ton multicompte
★ N'hésite pas à skyper ton staff pour tout contact en cas de problème


Le petit mot de l’admin
Petite soeur...
Bon, tu sais déjà ce que je pense de ta fiche hein, t'as eu les réactions en live donc je te passe le fait que j'ai adoré comment tu as remanié cette petite fiche de cette petiote d'Elsa même si t'as un petit peu beaucoup trop joué les sadiques...
Te nem !!

code (c) crackle bones

_________________

Stannis Walsh

Story • Relationships • RPs
sheepirl.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa Walsh


avatar

▲ Date d'inscription : 16/05/2016
▲ Messages : 18

MessageSujet: Re: ~Mon petit monde tout gentil et tout mignon~ enfin....   Sam 1 Oct - 1:46

MAJ le 01/10/16 !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ~Mon petit monde tout gentil et tout mignon~ enfin....   

Revenir en haut Aller en bas
 
~Mon petit monde tout gentil et tout mignon~ enfin....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout est possible, tout est réalisable.. Haha
» Tout est beau, tout est rose. Tant que je l'impose.
» Tenter le tout pour le tout.
» Suh Nam Hi ☆ « tout le monde l'est beau, tout le monde l'est gentil ! »
» Le petit monde d'Angélique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beacon Falls  :: Personnage :: Fiches de présentation :: Fiches validées-
Sauter vers: