AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Peter J. C. Nash


avatar

▲ Date d'inscription : 21/04/2016
▲ Messages : 26

MessageSujet: If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !    Jeu 21 Avr - 21:00


Peter Joël Cristof Nash


All Hail The Kings.


Nom : Nash
Prénom : Peter Joël Cristof
Âge : 266 ans
Date de naissance : 30 janvier
Situation familiale : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Particularités : Créateur des Maniax est tout de même quelque chose d'assez une ne trouvez-vous pas ? Sinon, je porte des lunettes de temps à autre pour lire, plus par envie de classe qu'autre chose mais maintenant j'ai pris l'habitude.
Habitudes : Détruire des choses ○ Manipuler des gens ○ Peindre des trucs ○ Espionner des personnes  ○ Faire le sadique  ○ Boire du café noir  ○ Mettre en place des plans super tordus  ○ Draguer les belles demoiselles célibataires ou non  ○  Faire tout plein de choses par loin d'être légales et de répondre aux bonnes moeurs.
Groupe : Sorcier
Avatar : Andrew Scott

Caractère

Il était étendu de tout son long sur le divan dans la pièce richement décorée, les visages morbides de grands philosophes encadrés de ci de là, des diplômes proclamant l’intelligence du psychiatre affichés par pure vantardise cachée sous l’envie de rassurer le client. Il inspira longuement, fixant le plafond sombre duquel pendait immobile un lustre antique. Les mains croisées sur son torse, mâchant mollement sa gomme, il entendit enfin la première question de la doctoresse : Très bien Monsieur Nash. Parlez-moi un peu de vous… Au final ce n’était pas réellement une question. Plus un ordre afin de lancer la séance. Elle était richement payée pour finalement prendre de haut les torturés venant lui rendre visite. Ridicule. Peter inspira une nouvelle fois avant de se lancer. Vous parler de moi… Disons que je suis quelqu’un de froidement sympathique, je suis quelqu’un qui fait rapidement comprendre lorsque quelqu’un lui plaît, ne lui plaît pas, le saoule, l’intéresse, l’ennuie ou l’intrigue. Vous voyez ? Il n’attendait pas réellement de réponse de son interlocutrice et reprit : On ne peut pas dire que je sois quelqu’un de secret, il ne s’agit pas là d’une question de confiance, disons juste qu’il suffit de me poser les bonnes questions… Sinon j’éviterai gentiment de vous parler de certaines parties de mon passé... Ou je les tournerai de manière à ne pas être mal-vu, sinon je ne pourrai pas jouer à tromper les gens comme j’aime tant le faire… J’espère donc pour vous que vous trouverez les bonnes questions, docteur. Ria-t-il en jetant un coup d’œil à la psy confortablement installée dans sa chaise de bureau majestueuse, une plume en argent dans une main, un calepin à papier fin posé sur ses genoux. Elle sourit elle aussi : J’y compte bien. Peter eut un haussement de sourcil, peu convaincu avant de poursuivre : Je suis un parfait égoïste… Je l’ai toujours été. Je me contrefous de ce qu’il se passe dans le monde. Les clans et les revendications de chacun, tant qu’on ne touche pas à mes projets et à mon clan adoré alors je serai gentil et doux comme un agneau… Elle fronça les sourcils, ne semblant pas réellement le suivre et osa le couper : Les clans ? Que voulez-vous dire par là ? Les partis politiques peut-être ? Il éclata de rire et prit une seconde pour retrouver contenance : Excusez-moi, je ne peux pas vous en vouloir, vous faites partie de ces imbéciles qui pensent tout savoir du monde, mais qui au final ne voient pas plus loin que leur nombril. Oh ! Ne vous sentez pas offensée ma jolie. Vous êtes née ainsi, c’est dans votre nature… Ricana-t-il en sentant la jeune femme s’empourprer suite à l’insulte qu’il avait laissé échapper. Je ne suis pas sûre de vous suivre M… Quand je parle de me moquer des clans, j’omets bien sûr le mien. J’y tiens tout particulièrement, après tout c’est ma réussite. J’en suis l’initiateur, mais pas le leader, il n’y en a pas tout simplement. Nous formons un tout, une seule entité qui traverse les terres, ils sont les seuls qui ont une réelle importance à mes yeux, sans pour autant qu’on se le dise, quel intérêt ? Malgré cela, nous sommes prêts à regarder l’un des nôtres mourir pour le bien et l’évolution du reste de notre clan… Beau n’est-ce pas ? Son regard pétillait alors qu’elle éprouvait grandes difficultés à déglutir. Comm… Mais il la coupa de nouveau pour continuer dans sa description : Je pense qu’il est possible de me définir comme un taré psychopathe et sociopathe. Je n’ai pas besoin de vous définir ces termes, vu ces jolis papiers que vous affichez fièrement, vous devez voir de quoi je parle… Il l’entendit bouger, mal à l’aise dans son fauteuil de cuir, amusant de plus belle l’homme qui s’amusait à se tourner les pouces : Je suis un grand avide du danger et j’embrasse la destruction. Bon par contre, je dois vous l’avouer, je n’ai aucune contenance parfois. Je suis un grand hystérique. Il m’arrive de passer d’une joie folle à une colère noire bien rapidement, souvent les autres ont du mal à me suivre dans mes délires presque psychotiques. Enfin, hormis mes chers camarades de clan, eux y parviennent à la perfection, il faut dire que nous partageons tous bien des similarités dans nos caractères respectifs. Elle toussota, de moins en moins à son aise, il l’intriguait, certes, mais il commençait aussi à l’effrayer. Le calme morbide dont il faisait preuve en se décrivant l’a déconcertée… Elle sentait qu’il était dangereux et pourtant elle restait là, n’arrivant pas à s’éloigner, à s’échapper. Quelle idée, il n’avait pas fini, il n’allait pas la laisser s’enfuir de la sorte au beau milieu de son histoire… Si vous voulez, je suis à la fois colérique, patient, stratège, manipulateur, protecteur, sadique et impassible. Il faut dire que je ne ressens aucune réelle émotion comme la majorité des êtres sur cette pauvre planète. J’exècre la médiocrité et la débilité, cela a l’art de m’ennuyer et de me fatiguer. Je suis sociable, mais sans pitié ni cœur, et on me dit assez violent… Pourtant je suis très souvent d’une humeur très joviale ! Croyez-le ou non… Il lui adressa un sourire, le visage de la jeune femme avait pâli, elle ne le regardait plus, ses yeux fixaient à la fois la porte de son bureau et son téléphone trop loin d’elle pour qu’elle puisse l’agripper. Mais pourquoi diable n’arrivait-elle pas à se lever ? Oh ! Elle sursauta et reporta son regard sur son client. Il avait de nouveau reporté son attention sur le plafond et avait levé un doigt, se souvenant de quelque chose : J’ai faillis oublier, je suis capricieux ! Et moqueur… Pas du tout empathique… Mauvais ? On me l’a souvent dit, je vous passe tous les synonymes auxquels on me rattache tels que vil, mesquin, hautain, horrible, diabolique et autres gentillesses de la sorte… Sentimental ? Pitié… Curieux, c’est certain… Calculateur va avec manipulateur n’est-ce pas ? Ajouta-t-il en affichant un nouveau sourire à celle qui ne riait plus du tout. Crispée, elle craignait ce qu’il se passait. Et n’avait pas idée de ce qui allait suivre…

Anecdotes

Qu’est-ce que… Oh ! Je vous en prie ! Ne me gâchez pas le plaisir si vite ! Continuez d’exceller dans votre métier, vous en semblez si fière… La coupa-t-il de nouveau, un sourire malicieux étirant ses lèvres. Elle le dévisageait, apeurée, et après plusieurs minutes elle se résigne, n’arrivant toujours pas à comprendre pourquoi elle ne parvenait à se délivrer de cette paralysie qui la happait. Elle resserra son poing sur son stylo, regardant son papier pour échapper au regard de l’homme face à elle avant de reprendre. Parlez-moi de vous en dix points… Parvint-elle à articuler. Comme elle persévérait à éviter son regard, il rigola, cela eut l’art de la figer de plus belle… Il réfléchit un instant. En dix points… Dix n’étaient pas suffisant à son goût mais il s’en contenterait, après tous, elle était celle qui tenait les rênes, du moins, dans un sens… Levant un doigt à chaque point il reprit la parole pour se lancer : J’ai une grande sœur que je chéris comme jamais, nous nous comprenons à la perfection bien que l’on ne puisse s’empêcher de se lancer des piques de temps à autres. Elle n’a pas eu la vie facile la pauvre, nos parents étaient continuellement à lui reprocher toutes sortes de choses inutiles, nous n’avons jamais su pourquoi, seulement trouvé ça d’un pathétisme extrême. C’est pour ça qu’ils n’ont pas fait long feu… Il sentit la tête de la jeune femme se redresser pour le dévisager, craignant de comprendre ce qu’il sous-entendait. Ne lui laissant pas le temps de digérer il poursuivit : J’ai découvert mes pouvoirs à l’âge de 5 ans. Suffisamment tôt au goût de mes géniteurs c’est la raison pour laquelle ils s’acharnaient moins sur moi. Du moins lorsque j’étais enfant. J’ai de suite apprécié ces pouvoirs et m’en suis beaucoup amusé. La jeune psychiatre fronçait les sourcils, espérant rêver, être perdue dans les limbes d’un cauchemar plutôt que d’être réellement dans la même pièce que pareil psychopathe… Troisièmement… Mes parents se sont mis à abuser de leurs pouvoirs sur moi, chacun à leur manière. Mon père me maltraitait de la sorte, n’appréciant pas que je m’épanche à quelques découvertes morbides. Ma mère me vénérait un peu trop… Son obsession malsaine me dégoûtait et chaque fois que je faisais quelque chose allant à l’encontre de la manière parfaite dont elle me voyait alors elle devenait une tout autre personne, se laissant aller à une violence extrême pour me forger selon l’image qu’elle avait de son fils parfait. Ils étaient écœurants. Soupira-t-il en levant les yeux en se remémorant ces ignobles personnages qui avaient malheureusement fait partis de son histoire. Alors que j’avais 13 ans, nous nous sommes débarrasser de ces nuisibles, jamais personne ne nous a inculpé, après tout, qui penserait deux enfants si beaux en apparence capables de tant d’horreur ? Un éclair de malice alluma son regard. L’un de ses plus beaux souvenirs, ils avaient trompé tant de personne ce jour-là et ils avaient tant apprécié cela… Oh ! Un autre point important de ma petite vie, ou plutôt devrais-je dire notre… L’orphelinat. Nous y avons passés quelques années Tya et moi-même et nous y avons semé la panique, l’air de rien, bien sûr. Il nous plaisait tant de torturer nos petits camarades, mentalement j’entends, cela en nous faisant passer pour les victimes. Mon dieu, ça a si bien marché… Il laissa le silence suivre ses paroles, se remémorant ces anciennes aventures aux côtés de sa chère sœur. Qu’ils s’étaient amusés. Sixième point, la mort de ma sœur à ses 27 ans. Enfin, ce n’était pas une surprise, obnubilée par les vampires, son rêve était d’en devenir une. Je ne pouvais pas lui trouver meilleur présent que de lui offrir l’immortalité, n’est-ce pas ? Il leva un regard interrogateur à la jeune femme qui resta, pâle comme un linge, avant de comprendre qu’il attendait réellement un signe de sa part. Elle opina lentement de la tête ce qui eut l’art de satisfaire son client qui ne tarda à poursuivre. Ah ! Et il faut que je vous parle de ma chère Ophélia ! Comme on s’est amusé ensemble, elle avait l’art de savoir me faire rire, ma petite sorcière bien aimée… Nous avons passé quelques temps ensemble, l’une de mes plus longues relations… Vous avez été en couple ?! Coupa le docteur, interloquée. Il eut un sourire moqueur : Vous en doutez ? Vu votre aura à mon arrivée cela m'étonne de vous... Ça a pourtant été le cas, au départ que charnel mais je dois l’avouer elle me plaisait. Si elle avait été plus sombre elle serait très certainement toujours à mes côtés à ce jour. Mais elle ne l’était pas. Par contre, elle avait quelque chose qui m’émerveillait. Le secret de l’éternité, huitième point de ma vie donc. Je ne pouvais me résoudre à même choix que ma sœur, tenant bien trop à mes pouvoirs contrairement à elle. J’ai manipulé ma belle brunette pour obtenir cette formule. Voilà pourquoi, avec près de trois siècles de vie, je n’ai toujours pas pris une ride ni même un cheveu blanc… Vous ne me jalousez pas j’espère ? Ajouta-t-il avec un coup d’œil à son interlocutrice qui restait de marbre, n’arrivant toujours pas à assimiler les délires de son patient. Il ne lui en laissa pas le temps, inutile de perdre du temps, elle ne parviendrait pas à se sortir de l’esprit qu’elle ne rêvait pas. Neuvièmement… La création de mon petit clan de psychopathes originaux. J’ai commencé avec ma sœur, puis nous avons trouvé des compagnons de route à travers les siècles, bon nombre ne sont plus d’actualité à ce jour, mais certains ont tenu le coup. Mais ceux que nous venons de recruter sont bien plus prometteur et je suis certain qu’ils tiendront bien plus la route maintenant. Mais pas de politique entre nous, sauf lorsqu’on s’ennuie peut-être, chose rare. Juste de l’amusement et de la destruction à gogo. Il frappa dans ses mains, impatient de s’amuser de nouveau avec ses petits camarades. Et pour finir… Beacon Hills… Nous venons d’arriver, juste après un court arrêt à Mystic Falls et je dois avouer que nous avons bien des projets dans cette petite ville centrale du surnaturel… Un silence de plomb tomba. Il jeta un nouveau coup d’œil à son docteur, pâle comme un linge, à la limite de sombrer dans l’inconscience. Elle rassembla le reste de ses forces et déposa son stylo. Très bien, ce sera tout pour aujourd’hui, je vous recontacterai pour un prochain rendez-vous… Elle tenta de nouveau de se lever mes ses jambes tremblantes refusèrent de lui obéir. Tututut… Soupira-t-il appuyant sa négation d’un mouvement de doigt : Voyons, ne suis-je pas sensé vous conter mon histoire ? Je suis sûr que vous allez adorer… Il eut un sourire narquois avant de se lancer…

acidbrain




Derrière l'écran
Pseudo : Toujours Zazou ou Finou ou Tatou ou aujourd'hui on m'a appelé la vieille mais vu que j'ai même pas encore le cinquième de siècle je me considère pas comme vieille alors vos gueules. Merde.
Prénom : Satan.
Âge : Vous êtes mignons mais vous précisez toujours pas alors je peux pas répondre ! Parce qu'il y a une sacrée différence... Parce que mental c'est quelque chose, physique c'est autre chose et réel aussi ! Parce qu'on peut avoir l'air mature comme ça à vue d'oeil mais être un l'intérieur un vrai gamin taré et au final avoir un âge normal ( ce qui en soit n'a aucun sens parce que, qu'est-ce qu'un âge normal ? Celui-ci ne varie-t-il pas en fonction de la personne ? Du pays ? Du siècle ? Des conditions de vie ? Peut-on vraiment être d'accord sur un âge normal ? Je ne pense point...) ou bien encore complètement le contraire, c'est-à-dire avoir un tête de bisounours enfantin et être au final aussi vieux qu'une momie mentalement alors qu'on a un âge respectable (mais qu'est-ce que respectable ? Est-ce pareil que normal ? Le contraire ? Le multiple ?! Que de questions mes amis, que de questions...) Donc illuminez-moi et je vous répondrais, peut-être, si je trouve votre explication digne de ma réponse.
Pays : WeedLand
Code du règlement : Call 911 now si je me souviens...
Inventé ou scénario : Inventé avec un peu d'être d'un doc et d'un kiwi et d'une licorne.
Commentaires : Faites l'amour et pas la guerre. Enfin non, faites pas l'amour, parce que ça fait des gosses qui crient et qui sont chiants. Faites des crêpes, c'est bon les crêpes.
acidbrain


Dernière édition par Peter J. C. Nash le Ven 26 Aoû - 0:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter J. C. Nash


avatar

▲ Date d'inscription : 21/04/2016
▲ Messages : 26

MessageSujet: Re: If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !    Jeu 21 Avr - 21:00


For no cause You'll cause Destruction




- ENFANCE –  
Un sorcier, une sorcière, ça ne pouvait être qu’un couple plein d’étincelles ! C’est peu de le dire… Ils ont eu une première enfant, une jolie demoiselle qu’ils nommèrent Tya. Par la suite vint rapidement un second enfant, Peter, donc ma petite personne. Bon, jusque-là rien de bien formidable ni d’extravagant. En apparence, c’était une petite famille aimante et chaleureuse. Croyez-moi, c’était, en réalité, bien l’inverse. Traînant dans une pauvreté dissimulée aux yeux de tous (il faut faire attention à son image voyons) à cause des jeux du paternel et de la luxure de la maronne, les enfants n’ont pas grandi dans un environnement des plus sympathiques. Et histoire d’en rajouter une couche, les parents n’étaient pas très aimants. A croire qu’ils avaient besoin de gamins pour s’en servir tels des punching-balls. LA LOGIQUE ! Puis lorsque vous avez besoin de passer vos nerfs et que vous êtes sorciers, c’est de suite plus… hard… En deux mots, nous étions maltraités, ma sœur prenait bien plus que moi, je ne sais trop si c’était parce qu’elle était une fille, l’aînée ou encore parce que ses pouvoirs sont apparus bien plus tard que les miens, mais elle a beaucoup souffert et je l’ai toujours reconnu. Je n’étais pas pour autant épargné, mais plus robuste, je ne finissais que rarement dans des états aussi extrêmes que ceux dans lesquels elle se retrouvait.
Nous ne manquions pas de cicatrices, d’hématomes et autres marques de l’amour inconsidéré que nos parents avaient à notre égard. Nous n’étions pas heureux, et n’avions personne à qui demander de l’aide, avec la magie il est simple de camoufler les blessures de ses enfants. Que d’avantages ! Nous pouvions respirer que lorsque nos parents n’étaient pas à la demeure familiale. Alors nous rêvions de nous débarrasser d’eux, de vivre une vie bien plus joyeuse, des rêves d’enfants en quelques sortes. Plus les années se sont écoulées, plus nos rêves se sont assombris, plus nous avons sombré dans cette folie hérédité de nos géniteurs. Nous espérions bien des souffrances à leur infliger, les détruire était notre but premier. Notre père ne cessait de s’amuser à dégrader ma très chère Tya, notre mère, obnubilée par son fils si parfait à ses yeux, s’emportait dès que quelqu’un posait les yeux sur moi ou me faisait un compliment, possessive maladive elle défoulait sa colère sur moi, m’accusant d’aguicher ses amies, d’être trop gentil alors que je n’étais qu’un enfant. Alors elle me battait, me faisait découvrir les murs et meubles de plus près et sous toutes sortes d’angles jusqu’à ce que son heure de folie lui passe et qu’elle me serre contre elle, larmoyante en s’excusant et m’appelant son précieux. Tel ce cher Sméagol. Autant dire que je me retenais de régurgiter à chaque étreinte qu’elle m’accordait, me faisant la haïr on ne peut plus chaque seconde. Et lorsque ce n’était pas ma mère, mon père prenait le relai, jaloux de ‘la tendresse’ de ma mère (au fond, je ne vois vraiment pas de quoi il était si jaloux, elle était tout de même bien tordue cette bonne femme) il me fouetter pour chaque attention et étreinte. Ce n’était jamais bon signe lorsqu’on le voyait ôter son ceinturon…


- ADOLESCENCE –  
Ma partie favorite ! Enfin l’une de mes favorites, d’ailleurs, je pense que mis à part mon enfance, j’ai adoré, ou kiffé comme on dit de nos jours, tout le reste de ma plutôt longue existence… Mais l’adolescence a vraiment été un paradis pour moi, pour Tya aussi si je ne m’abuse. Après tout, c’est à cette période que nous nous sommes débarrassés de nos géniteurs. J’avais 13 ans et nous planifions la chose depuis bien longtemps déjà ! Ah… Si jeunes et déjà si créatifs. Nous avons argumenté bien des soirs pour choisir la meilleure manière de venir à bout de ces pathétiques qui avaient lâchement le dessus sur nous. Au départ, nous pensions les tuer d’une manière bien morbide, mais cela impliquait qu’on nous accuse de leur meurtre, il était difficile de faire autrement à cette époque. Au moins, ainsi nous aurions été affichés officiellement comme les psychopathes que nous étions, ou plutôt sommes étant donné que tel est toujours le cas à ce jour. Ça aurait été distrayant de voir tout ce petit monde autour de nous nous craindre et nous regarder avec effroi devant tant de folie. Mais ça nous aurait contraints à fuir, et nous n’en avions pas l’envie. Alors nous avons donc dû choisir une autre solution. Et c’est ainsi que nous avons fini par opter pour une toute autre méthode.
Nous les avons pris par surprise, alors qu’ils étaient en plein ébats, gueulant tels les porcs qu’ils ont toujours été, une sacrée vision d’horreur si vous voulez mon avis. Mais la surprise était telle qu’ils n’ont pas su répliquer alors que nous celions leur chambre afin qu’ils ne puissent en sortir. Ensuite, grâce aux recherches de Tya, nous avons foutus un sacré bordel dans leur esprit et les avons manipulés mentalement parlant pour qu’ils se déchirent l’un l’autre. Jusqu’à la mort. Nous sommes restés assis au seuil de la porte à les regarder se battre, se gueuler dessus, user de leurs pouvoirs l’un contre l’autre, se mutiler et se tuer sans que nous ayons le moindre effort à faire. C’est bien dommage que les caméras ou le pop-corn n’existaient pas à cette époque, il me plairait tant de revoir cette jolie petite scène d’horreur de temps à autres… A l’aube, notre père avait rendu son dernier souffle. Apparemment notre mère était bien plus vivace et violente que ce-dernier… J’ai eu l’honneur de lui ôter la vie. Nous lui rendîmes ses esprits pour découvrir, avec tout le mélodramatisme dont elle était capable, ce qu’elle avait fait. Elle tenta de s’en prendre à nous et je ne vous cache pas que j’ai éclaté de rire en la voyant foncer vers nous sans pouvoir passer le seuil de la porte de leur chambre, se prenant un mur invisible en pleine tronche. Fallait bien se foutre encore un peu d’elle… Alors, Tya l’immobilisa de ses pouvoirs et j’entrais dans la pièce pour l’égorger, appréciant ressentir son sang chaud gicler sur mon visage qu’elle disait si angélique. Je doute qu’elle m’ait pris pour un petit ange tombé du ciel alors qu’elle rendait son dernier souffle, me regardant avec des yeux exorbités, m’agrippant dans un ultime spasme. Dernière qu’elle me touchait cette grognasse.
Parents check. Après, comment bidouiller tout ça pour sembler de frêles enfants innocents dans ce carnage ? Vint alors le temps des blessures. Je m’occupais déjà de celle de Tya, la frappant en portant la chevalière du paternelle pour lui laisser une bien belle balafre. Une fois qu’elle eut suffisamment d’hématomes à son goût elle fit de même avec moi, j’eus le droit à l’imprimé de la chevalière sur la joue, un œil en sang et plusieurs côtes bien amochées. Nous rendîmes la bague à notre géniteur avant de sortir de chez nous. Se soutenant l’un l’autre, larmoyant en grands acteurs, cherchant de l’aide. Tout le monde est tombé dans le panneau et a cru à notre histoire. Deux pauvres enfants avaient subi la folie de leurs parents qui avaient fini par s’entre-tuer. C’était parfait et nous avions même notre petit moment de gloire pour avoir réussi à survivre aussi longtemps sous le même toit que ces monstres et surtout à leur ultime folie. Mais ils ne savaient pas qui étaient les vrais monstres dans l’histoire et c’était tellement hilarant de les berner comme cela…
Nous avons passé quelques semaines dans l’hospice de la ville, étant désormais orphelins, nous avons par la suite été envoyés dans l’orphelinat. Une distraction sans pareil ! Nous avons tellement pu améliorer nos pouvoirs là-bas ! Je ne serais jamais assez reconnaissants à nos petits camarades et sujets involontaires de nos petites expériences…  
Aaah l’orphelinat. Nous ne n’y sommes pas faits beaucoup d’amis je dois l’avouer, nous en avons fait pleurer, même ces lourdauds qui pensaient pouvoir nous prendre de haut, et comme toujours nous arrivions à les faire passer pour les méchants et nous pour les pauvres petits oisillons sans défense. C’était tellement distrayant. Nous y avons passé plusieurs années, il était si amusant de voir l’infirmerie se remplir, les ragots s’amplifier avec les années proclamant que l’endroit été hanté pour que tant d’enfants soient en si mauvais état. Oui, c’était amusant, très amusant. Mais tout jeu finit par faire son temps n’est-ce pas ?

- LA VINGTAINE –  
Nous avons passés quelques années dans cet endroit miteux avant de nous en lasser et de décider de le quitter. Voleurs et manipulateurs, il ne nous a pas été complexe de faire notre vie et survivre dans ce monde décrépi. C’est de cette manière que nous avons vécu jusqu’à ce que nous dépassions les vingt ans.
La vingtaine… Je l’avais déjà dépassé de peu d’années lorsque ma route a rencontré celle d’Ophélia, cette belle sorcière brune qui savait on ne peut mieux comment s’amuser… Et nous nous sommes bien amusés, c’est peu de le dire. Elle n’était pas aussi extrême que moi, certes, elle gardait de bonnes mœurs même dissimulées, mais malgré cette petite tare, nous nous sommes liés d’amitié, tous trois, Ophélia, Tya et moi. Un trio de jeunes sorciers qui n’avaient peur de rien, qui n’avaient qu’envie d’exploiter leur pouvoir et de les voir grandir, évoluer, se renforcer. Nous avons appris l’un de l’autre et rapidement je me suis attaché à ma petite sorcière bien aimée. Il fallait bien que ça arrive non ? Bien que les sorts soient une superbe distraction, il n’y a rien d’égal aux ébats ! Il n’y avait pas de sentiments aussi puissants que ceux contés dans les romans, les poèmes et autres nouvelles, faut pas abuser non plus vous m’avez vu ?! Mais, je dois l’avouer, il y en avait malgré tout, et je savais que si j’arrivais à la garder sous mon aile encore un peu, elle finirait par radier toute luminosité de son âme et alors les choses sérieuses auraient réellement pues commencer.  Nous avions même un plan, Tya et moi-même…
Tya en avait assez de se voir vieillir, la lassitude la gagnait étrangement. Oui, je ne la comprenais pas. Comment se lasser de quelque chose dont on découvrait tous les jours une nouvelle part ?! Mais elle est ma grande-sœur, je n’allais pas la contredire. C’est alors qu’elle revint vers moi un soir, un sourire comme jamais au visage. Elle avait fait tomber sous ses charmes un vampire, nature qui l’avait toujours intriguée comme jamais. Elle voulait en être. C’est ainsi qu’ensemble, comme toujours, nous planifiâmes sa mort, maquillant sa transformation sous les traits d’un crime terrible et surtout moyennant le fait de rapprocher Ophélia de moi. Nous étions s’y proches, il suffirait qu’elle me voit me retrouver seul au monde, nourrit par cette colère pour suivre mes desseins. Mais surtout, j’espérais que c’était ce qui me permettrait de mettre la main sur son fameux sortilège transmis de vieille en fille. Le sortilège permettant de vivre autant d’années qu’on le souhaite. Garder ses pouvoirs et être immortel ? Je ne vais pas dire non voyons !
Tya est donc morte, enfin, façon de parler, et Ophélia a de suite été là pour moi m’apportant un soutien dont je n’avais clairement pas besoin mais dont j’ai énormément et plusieurs fois profité. Puis, je lui ai fait part de mes plans, de ce que je voulais faire subir à ceux qui m’avaient ôté ma sœur, quel acteur je vous dis… Elle m’a aidé, au départ, et elle m’a passé, après plusieurs mois d’insistance, le sortilège dont j’avais besoin. J’aurais pu la laisser de côté à ce moment-là, mais moi aussi je suis têtu, et j’avais des projets en tête… projets que je tentais inlassablement d’ancrer dans sa jolie petite tête…
Malheureusement, elle était plus robuste que cela… Notre tentative échoua et signa la fin de ma relation avec ma sorcière bien-aimée… Enfin ce n’est que partie remise, je ne m’avoue que très difficilement vaincu en termes d’histoires de cul.

- UNE NOUVELLE VIE –  
C’était bien dommage, je l’ai regrettée pendant quelques temps, mais il se passe tant de chose en ce monde que ma déception a été vite mise de côté. Puis je savais très bien que je la récupérerai à un moment donné. J’ai réussi le sortilège, quel bonheur que ne plus voir une ride m’affecter. J’ai retrouvé ma sœur qui s’était, de la plus belle des manières, débarrassée de son Don Juan à crocs. Et nous avons lancé mon projet, qui devint bien rapidement notre projet, rien de telle qu’une touche féminine pour intensifier la chose.
Notre clan est alors né. Nous rallions à notre folie d’autres âmes perverses et violentes pour détruire tout ce dont nous avions envie, le chaos nous réjouissant nous n’en avions jamais assez. Au départ deux, puis cinq, sept et même une fois quinze, nous avons perdus des camarades de jeu en route, mais n’avons jamais ressentis de peine pour cela, on n’a jamais fait dans les sentiments, vous devez l’avoir compris à ce point de notre, du moins de mon, histoire.
Bien sûr, nous avons eu quelques accrocs, ce sont les aléas que nous réserve la vie non ? Tout ne peut pas être tout beau, tout rose. Puis ça nous a fait un peu d’action, nous nous en sommes toujours sortis indemnes, en quelques sortes, du moins mieux que nos adversaires, sinon je ne serais pas là aujourd’hui pour déblatérer sur ma vie ainsi. Nous avons embrassé chaque embuche, chaque opposant, meilleure manière de s’amuser tout en s’améliorant. On est jamais contre du deux en un après tout ! C’est aussi de cette manière qu’on a perdu certains de nos camarades de clan, c’est tellement simple de se débarrasser des poids lourds de cette manière. Au moins, ils ont quitté ce petit monde en se battant, drôle non ?
J’ai très souvent été avec Tya et le clan, bien que parfois j’aimais aussi m’éloigner, aller vaquer à mes petits désirs et jouer en solo, ça change et pimente un peu la chose, puis ça fait des choses à raconter le jour des retrouvailles ! Nous avions un nouveau train-train quotidien, voyant le monde évoluer et nous évoluions avec plaisir avec lui. Bien que Tya s’épanouisse à se plaindre du vingt et unième siècle… Tya sans plainte se serait inquiétant aussi…

Mais je ne vais pas vous raconter en détails cette partie de ma vie, ça serait vous en dire trop et je dois avouer que je doute que vous m’écoutiez encore sérieusement à cette heure… Passons donc à la dernière étape que je vous libère ! Oh, je serais vous, je ne prendrais pas un air aussi réjoui, croyez-moi…

- AU JOUR D'AUJOURD'HUI –  
Enfin je vais pouvoir vous libérer ! Il y a quelques années, ma route a croisé celle de deux jeunes garçons qui avaient déjà un fort penchant pour la destruction, je ne pouvais donc que les aider à continuer dans cette voie ! Malheureusement, Tya quémandant ma présence, j’ai dû les laisser à leur besogne et j’ai bien fait, car ce n’est que par soi-même qu’on apprend le plus.
Fort heureusement, nos routes se sont croisées de nouveau il y a de ça trois ans.  Enfin je les aies un peu cherchés aussi, en peine de compagnon pour peupler notre clan qui s’était sauvagement vidé, puis ces gamins s’étaient cachés en prison. Rien de tel que moi en tant qu’avocat pour les en sortir en moins de deux. Ils avaient fait des progrès dingues et n’ont pas rechignés à nous suivre. Petit à petit, nous avons trouvé d’autres petits camarades et notre petit comique de Matt nous trouva même un surnom, The Maniax. Je ne trouvais pas l’utilité au départ, mais j’avoue que cela m’a plu à force. Ça nous correspond tellement.
Nous n’avons pas de but particulier, inintéressés par les querelles des êtres surnaturels comme humains nous avons juste envie de nous amuser et nous avons récemment ouïe dire qu’il y avait du mouvement à Beacon Falls… Il ne nous reste plus qu’à nous fondre dans la masse et pour cela…

Il se leva sous l’œil de nouveau effrayé de la psychiatre Il faut que je m’assure que vous ne direz un mot à personne… Elle ouvrit la bouche pour parler mais il attrapa la langue de la femme et tira violemment sur celle-là, l’arrachant, la regardant porter ses mains, paniquée, à sa bouche sanguinolente avant de prendre le coupe-papier, tranchant la langue de la chouineuse alors que quelqu’un entrait dans la pièce Tu as fini ? J’en ai marre de t’attendre et je meurs de faim… Se plaignait Tya suivit par un autre patient qu’elle avait envouté, elle fit de même et il s’amusa à laisser ses empreintes partout alors que Pete avait ôté les siennes d’un sort, plantant le coupe-papier dans la langue et ainsi au bureau d’ébène J’en ai fini oui, alors vas-tu me montrer ton nouveau chez toi ma chère sœur ? Et ils partirent bras dessus, bras dessous alors que l’homme ôtait sa ceinture pour l’attacher en hauteur et se pendre.


acidbrain

_________________
Peter Joel Cristof Nash.
- Are you out of your mind ?!
- Hum... Let me think... Hell yeah! Definitely.


Dernière édition par Peter J. C. Nash le Ven 26 Aoû - 0:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silver O. Steele

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 30/01/2016
▲ Messages : 39

MessageSujet: Re: If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !    Ven 22 Avr - 22:52

OH QUE OUI QUE TOI QUE OUI QUE POURQUOI TA FICHE EST VIDE ?! ?! ?!

Dépêche-toi de la finir et que ça saute parce que je veux qu'on continue notre RP (même si c'est à mon tour de poster si je me souviens bien...)

_________________


THE WITCHY BITCHY GIRL

Histoire, Journal, Liens & Sujets.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter J. C. Nash


avatar

▲ Date d'inscription : 21/04/2016
▲ Messages : 26

MessageSujet: Re: If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !    Dim 24 Avr - 23:36

J'AI FINIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!
Bon maintenant presse-toi de me valider que je reposte notre RP qu'on se le continue en flashback parce que je veux la suite et je sais que toi aussi alors hophophop madame !

_________________
Peter Joel Cristof Nash.
- Are you out of your mind ?!
- Hum... Let me think... Hell yeah! Definitely.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !    Lun 25 Avr - 0:11


Congrat’s
T’es validé !



Tu rejoins nos rangs !

Bienvenu à toi sur le forum !

Je t'annonce officiellement que ta fiche est VALIDÉE

Cependant il te reste quelques petites choses à faire avant de te lancer dans l'aventure :

★ N'oublis surtout pas de recenser ton avatar pour ne pas qu'il te soit piqué !
★ Tu dois aussi créer ta fiche de lien et de rp afin que les autres joueurs puissent te faire des demandes. N'oublis pas de recenser toutes tes fiches une fois cette étape terminée
★ On a tous besoin d'un endroit ou vivre et qu'on veut pas tous être sdf alors n'hésite pas à faire une demande de logement
★ Tu as déjà un compte parmi nous et le message du début t'ennuie car tu le connais déjà ... N'oublis de recenser ton multicompte
★ N'hésite pas à skyper ton staff pour tout contact en cas de problème


Ma très chère vieille,

Alors, pour ton anniversaire je pouvais que te faire ce cadeau, niark niark niark. J'aime cet ajout au surnom, bien que je me suis sentie visée pour le coup. Passons, je me suis dépêchée de lire, tout bien comme il faut, pour pouvoir te validé avant que tu aies fini ton cafcaf. Ne suis-je pas adorable ? Sinon, bah, encore une fois, rien à dire, j'aime ton style d'écriture, j'aime le beau Peter, et j'aime l'endroit où tu habites, derrières ton écran, tu m'invites ? Sur ce, je vais écouter tes conseils, parce qu'au sujet des enfants on est bien d'accord. Mais peut être que je vais attendre demain pour faire des crêpes. Tout ça pour dire, que voilà, t'es validée, félicitations et tout le blabla. A ton clavier et bon jeu, et je veux tout pleins de liens et de RP !

code (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Silver O. Steele

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 30/01/2016
▲ Messages : 39

MessageSujet: Re: If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !    Lun 25 Avr - 0:16

A TOUT LU (Moi... J'accuse personne hein...)
MAINTENANT T'AS PLUS D'EXCUSES POUR FAIRE TOUTES TES FICHES DE LIENS ET DE RP !!! Et pour reposter notre RP (je t'ai envoyé le doc d'ailleurs ?) et pour ajouter notre lien !!
Sinon panpan sur le zoli p'tit cul du Peter !

_________________


THE WITCHY BITCHY GIRL

Histoire, Journal, Liens & Sujets.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter J. C. Nash


avatar

▲ Date d'inscription : 21/04/2016
▲ Messages : 26

MessageSujet: Re: If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !    Lun 25 Avr - 0:37

Chère Anna qui était vile et pas gentille mais ça c'était avant parce que tu m'as validé,
Bien sûr que tu t'es sentie visée, c'était le but voyons ! Tu veux venir à l'endroit où j'habite ? C'est drôle et on est tous gentils et cool et décontrak ! On fait des gâteaux qui font zoner et des dessins qui font flipper ! Si tu fais des crêpes t'as intérêt d'en ramener, on les améliorera !!!!

Chère Silver à moi que tu vas arrêter de faire ta têtue et rejoindre les Maniax,
Oui oui oui, je te ferai dire que tu me l'as envoyé déjà deux fois et que je te l'avais déjà dit la deuxième fois et que je te l'ai redis quand j'ai créé Peter et que t'es venu me péter les tympans parce que t'étais contente ! Je fais mes fiches après la fin de mon snack et peut-être un épisode de je ne sais trop quoi (ou encore du youtube) et après je m'occupe de notre RP (sache que t'as intérêt à avoir du temps parce qu'après c'est à toi de répondre... ET VITE !!) t'façon je bosse pas demain, et je dois tenir jusqu'à je ne sais plus quelle heure du matin pour avoir ma dose d'une série que si vous êtes pas des incultes bin vous verrez de quoi je parle !

Sur ce, zigouigoui et zougouzou, j'vous aime putain !
(Devinez ce que je regarde sur Youtube... Si vous ne savez pas. INCULTES !!! )

_________________
Peter Joel Cristof Nash.
- Are you out of your mind ?!
- Hum... Let me think... Hell yeah! Definitely.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !    Lun 25 Avr - 18:29

Cher Peter. (Ou "Salut bande de Salopes !")

Alors pas le droit au moindre commentaire sur l'épisode en question parce que j'dois attendre la fin de ma réunion au taff pour pouvoir le regarder, soit surement aux alentours de 22 heure ce soir le temps que je rentre. Et que je suis dégoutée parce que ça faisait au moins un an que j'attendais cet épisode !

Bref, dis moi quand je peux emménager dans cette ville au combien magnifique, je prépare ma valise de ce pas. ET JE RAMÈNE LES CRÊPES !

Revenir en haut Aller en bas
Silver O. Steele

Admin
avatar

▲ Date d'inscription : 30/01/2016
▲ Messages : 39

MessageSujet: Re: If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !    Lun 25 Avr - 18:48

Cher tordu.
Non, c'est toujours non pour les Maniax, va te falloir du courage pour convaincre ma petiote Silver et la faire retomber du côté obscur >.<
Mieux vaut deux fois qu'une d'abord... Alors tu te chutes et t'arrêtes de m'embêter. C'est bien t'as fait tes fiches, je suis fière de toi, mais il manque un petit quelque chose, qui s'appelle RP........ Je te pique ma crise ici ? Sur Skype ? Les deux ? Même si j'imagine qu'après l'épisode de Game of Thrones tu devais te trouver dans le même état que moi et même si ça justifie un poil l'oubli je te péterais quand même mon câble parce que c'est rigolo

Tendresse et chocolats ! (Pas inculte...)

_________________


THE WITCHY BITCHY GIRL

Histoire, Journal, Liens & Sujets.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !    

Revenir en haut Aller en bas
 
If you lie to me I'll find you and I'll skin you. Alive. And burn you. And probably cut your tongue. And, finally crash your eyes. Nice to meet you by the way !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (akhésa) ✚ those who don't believe in magic will never find it.
» Glorfindel • Mornie utúlië... believe and you will find your way
» I've been dreaming for so long, to find a meaning to understand.
» (AGADRIEL) i'm gonna stand by you even if we can't find heaven
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beacon Falls  :: Fiches de présentation archivées-
Sauter vers: